Archives par mot-clé : euro 2016

Shaqiri, chat qui pleure

Le Regard Libre N° 18 – Sébastien Oreiller

Cet article sera à l’image d’un match de foot: une causerie sans vrai début ni fin, à match nul, écrite à l’intention des bons supporteurs, ceux qui sont agressifs, détruisent des cités entières à coups de violence et de bière; les supporteurs, donc, que l’on préfère voir chez son voisin plutôt que chez soi. Voltaire constate que le Sénat romain déversait le peuple sur les pays étrangers plutôt que sur lui-même. Il en va de même pour le football, qui canalise toutes les frustrations, la haine quotidienne, que le match permet au supporteur d’exprimer en se substituant au guerrier du gazon vert, avec force invectives et cris de jouissance. Et pendant ce temps, le chat pleure. Il pleure parce qu’il est tout seul. A l’image de ces affiches que l’on trouve placardées partout en Suisse, prétendant «échanger mari contre bon soins». Je ne sais pas exactement de quoi il en retourne; je soupçonne qu’il s’agisse d’une publicité pour un site de rencontres adultérines. L’avenir nous le dira peut-être.

Lire la suite de l’article (en libre accès)

Hymne suisse, comme un malentendu

Le Regard Libre N° 18 – Nicolas Jutzet

La polémique est chronique, elle refait surface à chacune des sorties de l’équipe de Suis-se de football. Et qui dit grand événement, type Euro 2016 en France, dit polémique amplifiée. Une partie des médias et des spectateurs gémissent quand ils découvrent qu’une majorité des joueurs de notre chère « nati » ne chantent pas le Cantique suisse. Traîtres à la nation, mercenaires déconnectés de la réalité, tels sont les reproches formulés par ces patriotes du dimanche. Les sélectionnés rétorquent que l’attachement à un pays ne se limite pas à un futile hymne national. Rien ne semble pouvoir unir les deux camps.

La question de l’hymne national est pourtant intéressante. Celui-ci en dit souvent beaucoup sur l’histoire de son pays et son évolution. Prenez La Marseillaise, le chant de la Révolution française, celui d’une population se battant pour sa liberté qui semble aujourd’hui totalement dépassé et même obscène quand il est chanté par les représentants d’un Etat providence obèse ou par son peuple qui a depuis longtemps oublié ce qu’était la liberté, et dont les seuls combats consistent à demander plus d’Etat. On est loin de l’esprit initial.

En Suisse, jusqu’à la fin du XIXème siècle, aucun hymne officiel n’existait. L’une des explications pourrait venir du fait que, contrairement à nos voisins, notre unification n’est pas le résultat d’une guerre sanglante (Sonderbund, moins de cent morts) et qu’elle n’a pas eu besoin d’un quelconque chant de combattant. Le premier hymne suisse, Ô Monts indépendants, composé par Johann Rudolf Wyss en 1811, sur la musique de God Save the Queen, est aujourd’hui tombé dans un anonymat total. Ses paroles, bien plus pertinentes à mes yeux que celles de la version actuelle, méritent pourtant d’êtres rappelées : Continuer la lecture de Hymne suisse, comme un malentendu