Archives par mot-clé : galanterie

Modes de vie et arts de vivre

Le Regard Libre N° 66 – Jonas Follonier

Les modes de vie sont les produits des civilisations. C’est ce sur quoi m’a ouvert les yeux l’article de Robin Parisi, publié en page 16 de ce numéro, «Civilisations européennes». Contrairement à ce que je prenais pour acquis depuis un certain temps, il n’y a pas de civilisation européenne, mais plutôt des civilisations qui se croisent en Europe. Elles sont au nombre de trois: la civilisation latine, la civilisation slave et la civilisation germanique. Toutes trois correspondent globalement aux principales branches du christianisme: catholique, orthodoxe et protestante. Rien de surprenant à cela: il y a un lien très fort entre les religions et les modes de vie.

Lire la suite de l’édito

Mona Ozouf livre un magnifique plaidoyer pour la littérature

Les bouquins du mardi – Jonas Follonier

C’est un ouvrage important qui a été publié par les Editions Stock dans la si belle collection à la couverture confectionnée par Le Petit Atelier. Pour rendre la vie plus légère. Les livres, les femmes, les manières fait entendre les voix de Mona Ozouf et de ses interlocuteurs Pierre Manent, Diane de Margerie, Geneviève Brisac, Philippe Raynaud, Claude Habib, Philippe Bélaval et Patrice Gueniffey, sans oublier l’animateur de l’émission Répliques qui a accueilli ces conversations, l’essayiste et académicien Alain Finkielkraut. Ils y discutent de la nature de la littérature, de ses effets sur notre vie plus que de son rôle, ainsi que de la galanterie, qui d’une manière extrêmement subtile et convaincante est associée aux livres dans cet ouvrage.

Lire la chronique

Galanterie, machisme et indifférence

Le Regard Libre N° 49 – Jonas Follonier

La galanterie est aujourd’hui considérée comme machiste, du moins par certaines féministes. Selon elles, cette forme française de savoir-vivre masculin à l’égard des femmes cacherait une vision sexiste où la femme serait traitée comme un être faible et fragile.

Or, la galanterie est une marque de civilité parmi d’autres et ne peut donc sérieusement que s’opposer à des réflexes balourds tels que le machisme ou la sauvagerie. Ce qui frappe quand on prend le métro à Lausanne ou à Paris, ce n’est pas le machisme de méchants hommes de droite blancs cis-genres occidentalo-centrés, mais tout simplement le manque de civilité de quelques «ouesh ouesh», de plus en plus nombreux. Ceux qui écartent leurs jambes en empiétant sur les autres sièges avec leur training insupportable.

Lire la suite de l’éditorial