Archives par mot-clé : héros

« Deadpool 2 », le retour de l’anti-héros comique

 Les mercredis du cinéma – Marina De Toro

Deux ans après le film Deadpool, Ryan Reynolds revient vêtu de son costume rouge pour interpréter le fameux anti-héros Marvel dans Deadpool 2 réalisé par David Leitch. La sortie du premier film avait séduit le public étant donné l’originalité du concept issu des comics.

Wade Wilson, mercenaire réputé, se retrouve défiguré, mais surpuissant après un traitement extrêmement violent contre son cancer généralisé. Désormais surnommé Deadpool, Wade devient le mercenaire le plus redouté du monde, mais plusieurs événements vont le pousser à collaborer avec le groupe de super-héros qu’il fuit depuis longtemps, les X-Men.

Un orphelinat de mutants est en danger à cause d’un jeune garçon, Russell, en colère contre l’établissement et qu’il menace de détruire avec son pouvoir pyromane. Les X-Men et Deadpool se rendent immédiatement sur place pour canaliser le jeune garçon. Très vite, l’anti-héros ressent le besoin de protéger Russell, car il est doublement menacé par un orphelinat violent et par Cable (Josh Brolin), un homme venu du futur pour traquer et éliminer le jeune mutant…

Continuer la lecture de « Deadpool 2 », le retour de l’anti-héros comique

Publicités

Le 15h17 pour Paris

Les mercredis du cinéma – Marina De Toro

Après American Sniper et Sully, Clint Eastwood se penche à nouveau sur des héros américains modernes peu connus du grand public dans Le 15h17 pour Paris. Mais cette fois, sa réalisation est différente puisque ce ne sont pas des acteurs qui interprètent des personnages, mais les protagonistes d’un événement qui jouent leur propre rôle. Ce long-métrage est une remise en scène de l’attentat déjoué dans un train du 21 août 2015 à destination de Paris.

Continuer la lecture de Le 15h17 pour Paris

Réflexion sur la liberté

Le Regard Libre N° 9 – Sébastien Oreiller

Tout le monde se casse les dents sur la liberté, tant le sujet est vaste et épineux. Sartre disait : « La liberté, c’est vouloir ce que l’on peut. » En lieu d’une définition, voilà un pléonasme, un sophisme même, qui n’apprend rien sur la liberté en tant que telle. Sartre se contente de préciser les conditions dans lesquelles s’exerce cette fameuse liberté, sans préciser ce que l’on peut vraiment – à noter d’ailleurs que l’on ne peut pas quelque chose mais que l’on peut faire quelque chose. La liberté se pose en actes. Nuance. – La réciproque même aurait été plus constructive, à savoir que n’est pas libre celui qui recherche ce qu’il ne peut atteindre. Mais ça, tout le monde le sait ; le philosophe de l’existentialisme tourne autour du pot. L’éminent père du Zarathoustra lui aussi préfère rester dans le vague : « La liberté, c’est d’avoir la volonté d’être responsable de soi-même. » Or, on est libre parce que l’on a la volonté d’être responsable de soi-même. C’est une cause, non la liberté en soi. Ajoutons que le mot même de liberté est un concept désagréable qui ne renvoie à rien. Il n’y a pas de liberté : il n’y a que des êtres libres ou non. Il faut donc en revenir au fait physique, si simple et effrayant parce que si dangereux : être libre, c’est faire ce que l’on veut. A cela, il faut ajouter l’indispensable corollaire social : être libre, c’est faire ce que l’on veut, quitte à en payer les conséquences.

Continuer la lecture de Réflexion sur la liberté