Archives par mot-clé : monde

« Et moi je vis toujours », le roman posthume de Jean d’Ormesson

Article inédit – Jonas Follonier

Longtemps, j’ai erré dans une forêt obscure. J’étais presque seul. Peu de voisins, pas d’amis. Pour ainsi dire pas de parents. J’ai à peine connu ma mère qui m’avait donné son lait. Je n’ai guère eu le temps de m’attacher à elle. Mon père n’était jamais là. Il se promenait, il courait les filles, il se battait, il chassait.

Continuer la lecture de « Et moi je vis toujours », le roman posthume de Jean d’Ormesson

Le monde va-t-il aussi mal qu’on le pense ?

Le Regard Libre N° 33 – Clément Guntern

Il existe chez l’homme actuel une propension à penser que le monde, la société dans laquelle il vit, va au plus mal. Ce qu’il voit autour de lui ne le laisse guère accepter le contraire ; les guerres, les famines et la violence sont omniprésentes.

Il n’est pas nécessaire d’aller au bistrot pour l’entendre. Ce discours, si répandu dans les médias ou en politique, dépeint un monde empli de dangers et de catastrophes. Des intellectuels se mêlent aussi au concert des alarmistes se lamentant sur le monde dans lequel nous vivons. Des personnalité dont nous attendrions d’avoir la capacité d’analyser les problèmes contemporains se laissent dicter leurs propos par les sentiments du moment, tel l’ancien chef d’état-major des armées des États-Unis qui parlait il y a trois ans d’un monde qui n’avait « jamais été aussi dangereux qu’aujourd’hui ».

Peut-on effectivement dire que notre Terre n’a jamais si mal tourné ? Nous allons tenter d’apporter quelques éléments de réponse à cette grande question, en observant à cette fin quelques facteurs-clés sur l’état du monde. Nous nous baserons sur plusieurs mesures telles que les guerres, la pauvreté, la démocratie ou la violence, pour dresser un bilan sommaire de notre époque.

Nous n’avons jamais eu si peu de violence

Continuer la lecture de Le monde va-t-il aussi mal qu’on le pense ?

Sophia : citoyenne d’avenir ?

Les lundis de l’actualité – Hélène Lavoyer

Les sciences fictions de tous domaines ont fantasmé sur leur arrivée, les conséquences de leur présence, les dangers ou la simplification dont ils pourraient être les acteurs. Présents pour la première fois dans une pièce de théâtre du tchèque Karel Capek[1], les robots sont aujourd’hui des composants inhérents à bien des domaines, de l’automobile à la cuisine.

Certes, le champ de la robotique s’est transformé et étendu jusqu’à la vie quotidienne ; cependant, ce que l’avenir réserve ouvre des possibles qui n’avaient jusqu’ici existé que dans l’imaginaire de l’homme.

En réalité, l’ère des robots à l’intelligence artificielle (abrégé « I.A.»), capables d’apprendre et de simuler un cerveau humain, de réagir à son environnement en temps réel ou de mettre en relation des évènements afin de déduire la situation postérieure, a déjà commencé.

Bien que pas encore immiscée dans notre quotidien, des recherches comme celles du projet Blue Brain de l’École Polytechnique Fédérale de Lausanne (EPFL) ou de la société Hanson Robotics – recherches unissant les connaissances de neurologues, biologistes, informaticiens et ingénieurs, entre autres – permettent de toucher l’idée d’une vie avec des robots pas comme les autres. Continuer la lecture de Sophia : citoyenne d’avenir ?