Archives par mot-clé : saisons

La brasserie des Condémines à La Sarraz, convivialité et partage au rendez-vous

Les vendredis de la microbrasserie – A. B.

En flânant au bord de la Venoge, la rivière tranquille qui serpente aux abords du village vaudois de La Sarraz, on risque fort de faire des rencontres pour le moins inattendues. Notamment au lieu-dit des Condémines. Cet endroit atypique et alternatif célèbre la rencontre de passions de tous horizons. On y trouve en vrac : un atelier de mécanique, un cabinet de psychologue, un bar « La Bille », une brocante, un centre portugais et, bien sûr, une brasserie éponyme, « la brasserie des Condémines », véritable oasis du promeneur assoiffé.

Continuer la lecture de La brasserie des Condémines à La Sarraz, convivialité et partage au rendez-vous

Publicités

Pour en finir avec l’été

Thierry Fivaz – Le Regard Libre N° 38

Il suffit de prendre le bus, le train ou simplement de déambuler dans les rues pour savoir qu’elle est arrivée. Le parfum laiteux de la crème solaire et l’odeur acidulée de transpiration laissaient peu de place au doute ; sa venue était imminente. Défiant l’entendement, les habitudes et les statistiques, c’est sans aucun respect des saisons qu’avril et ses températures estivales enfoncèrent le clou. Le mal était fait et plus tôt qu’à l’ordinaire. Aucun moyen d’y échapper ; nous voilà contraints et forcés, comme chaque année, de la supporter : l’effervescence de l’été.

Continuer la lecture de Pour en finir avec l’été

L’été, pour renouer avec le désir

Le Regard Libre N° 30 – Loris S. Musumeci

Une jeune femme marche dans la rue. Sa robe légère donne aux deux jambes fines et sveltes qu’elle promène un mouvement de valse. Languissante. Strié jaune pastel et bleu clair, le vêtement de lin complète la poésie du bas de son corps. Par une taille modelée tout en grâce et subtilité, ainsi qu’un buste épousant la peau mais aéré. Pour laisser respirer la vie qui bat en son plein.

La fille discrète s’assied doucement à la terrasse d’un café. Ses pieds, chaussés de luisantes ballerines, se croisent sous la chaise de bois tressé. Une fois celle-ci installée avec pudeur, l’instant est à la révélation d’une ineffable face. A peine le voile de lunettes noires retiré, quelques taches de beauté s’envolent vers le soleil brûlant, immobile. Continuer la lecture de L’été, pour renouer avec le désir