Archives par mot-clé : umberto eco

La traduction, un acte de lecture

Le Regard Libre N° 47 – Hélène Lavoyer

«La langue de l’Europe, c’est la traduction», écrivait Umberto Eco dans son ouvrage Dire presque la même chose. Qu’entendait-il par là? Que l’Europe s’est construite dans la découverte de l’autre par le biais de sa propre langue en rapport à celle de l’autre, certes, mais pas seulement: que la traduction, sujet qui nous intéressera au fil des prochains paragraphes, a été jusqu’ici la manière d’être même de l’Europe. Et ce, dès les textes fondateurs de notre continent. De la Bible à la philosophie, du Cantique des Cantiques à la Métaphysique d’Aristote, les soubassements de la pensée occidentale – aussi diversifiée et hétéroclite qu’elle puisse être – reposent sur des textes traduits.

Lire l’article

L’invasion des individualités

Le Regard Libre N° 14 – Sébastien Oreiller

Umberto Eco n’est pas encore froid que déjà, sur Facebook et autres Twitter, fleurit la désormais célèbre citation : « Les réseaux sociaux ont donné le droit de parole à des légions d’imbéciles qui, avant, ne parlaient qu’au bar, après un verre de vin et ne causaient aucun tort à la collectivité. On les faisait taire tout de suite alors qu’aujourd’hui, ils ont le même droit de parole qu’un prix Nobel. C’est l’invasion des imbéciles ».

Si vrai et pourtant si paradoxal ! Les amateurs de réseaux sociaux eux-mêmes reconnaîtraient la vacuité de leur Moi exacerbé ? La parole au peuple, pour le peuple, contre le peuple, cela ne semble néanmoins pas déranger les manipulateurs de tous bords, les saboteurs et autres populistes ; en témoignent certains UDC (mais cela est également vrai pour les révolutionnaires de gauche), s’offusquant pour un tout et pour un rien, par exemple contre un pape qui ne leur a fait aucun mal, sinon de prôner la paix. « Ce n’est pas mon pape ! » Toujours ce moi, toujours autant peu d’intérêt intellectuel, surtout quand il s’agit d’un message aussi universel que celui de François. Chacun s’invite sur le net ; même Le Regard Libre y est ! C’est peut-être pour cela que nous essayons, peu à peu, de passer au papier, une avancée que d’aucuns qualifieraient de régression, mais pour nous une légitimité que les pixels de notre écran ne possèdent pas. Quoi qu’il en soit, le flot continuel de toutes les individualités, aussi (in)intéressantes soient-elles parfois, est devenu incontournable. Pour lui donner une raison d’être, les constructivistes l’appelleront « arène de socialisation ». Amen ! Enfin soit… Continuer la lecture de L’invasion des individualités