Archives pour la catégorie Musique

Gérard Depardieu, une femme qui chante

Le Regard Libre N° 37 – Jonas Follonier

« Je suis une femme qui chante », dit Gérard Depardieu – ou Barbara – dans son spectacle Depardieu chante Barbara, que nous avons vu à la Salle Métropole de Lausanne, le 13 mars dernier. Le concert, intimiste, le prouve : le célèbre acteur détient ce pouvoir particulier d’effacer sa personne en s’affirmant. De s’exposer en s’imposant. Barbara serait si fière : elle n’a jamais été aussi présente sur scène qu’en cette période.

Lire la suite Gérard Depardieu, une femme qui chante

Stephan Eicher au Théâtre de Beausobre

Le Regard Libre N° 37 – Alexandre Wälti et Hélène Lavoyer

Sur la scène en pagaille où se mêlent instruments et confettis, quelques chaises désordonnées attestent d’un remue-ménage nocturne. Près du jukebox, un homme semble dormir sur un banc. Une guirlande d’ampoules de couleur pend par-dessus lui. Sur les notes d’un accordéon automatique, une deuxième personne entre en scène, balaie les confettis entre une échelle et une flopée d’instruments. Le tuba est posé au milieu de la scène, un trombone patiente avec deux guitares électriques près du piano et l’indispensable batterie attend au fond à droite.

La scène ressemble à un lendemain de carnaval dans un bistrot où s’est endormi un dernier client. C’est assez à l’image de la musique balkanique du Traktorkestar, bordélique et folle, qui partage l’affiche avec Stephan Eicher et la beatboxeuse Steff La Cheffe. A entendre les sifflements et le tonnerre d’applaudissements qui le portent sur scène, on pourrait croire à un public adolescent devant l’idole du moment. Mais à cinquante-sept ans, l’homme a déjà fait ses preuves et rassemble un public fidèle depuis son album de 1983, Les Chansons Bleues. Des Alémaniques et des Romands se tiennent là, dans le vaste Théâtre deBeausobre, prêts à danser et chanter.

Lire la suite Stephan Eicher au Théâtre de Beausobre

Hugo TSR, « Tant qu’on est là »

Les mélodies du jeudi – Raffaele Pracchi

Un article également consultable sur LeMurDuSon.ch

Autant annoncer la couleur de suite, cet album est une bombe. Depuis que j’ai mis la main dessus, il tourne en boucle dans nos voitures. C’est l’un des meilleurs projets de rap français depuis longtemps.

Lire la suite Hugo TSR, « Tant qu’on est là »

Anouar Brahem, « Blue Maqams »

Les mélodies du jeudi – Karim Karkeni

Un article également consultable sur LeMurDuSon.ch

Anouar Brahem, le joueur de oud et compositeur tunisien, a sorti l’automne dernier un album tout en douceur et rondeurs, Blue Maqams. Il sera les 11 et 12 avril en Suisse, respectivement à Zurich (Tonhalle) puis à Bâle (Musical Theater). Envoûtement garanti.

Lire la suite Anouar Brahem, « Blue Maqams »

Ariel Pink, « Dedicated to Bobby Jameson »

Les mélodies du jeudi – Jorris Sermet

Un article également consultable sur LeMurDuSon.ch

Je ne sais pas quand ni où vous lirez cet article, cela a peu d’importance de toute manière, mais si vous ne connaissez pas Ariel Pink, branchez votre meilleur sonotone et laissez-vous emporter dans l’un des meilleurs univers pop et indie rock du moment.
Lire la suite Ariel Pink, « Dedicated to Bobby Jameson »

Orelsan mérite-t-il les Victoires de la musique ?

Les lundis de l’actualité – Jonas Follonier

Aurélien Cotentin, devenu Orelsan (composé de « Orel » pour Aurélien, et « san », un suffixe japonais utilisé à l’oral comme marque de cordialité) , a reconquis le public et la presse francophones. C’est le moins qu’on puisse dire. Très vite marginalisé pour la violence de ses textes, le rappeur français a opéré une remontée spectaculaire dans l’opinion, amorcée par Le Chant des sirènes sorti en 2011 et confirmée par son nouvel album, La Fête est finie. Lire la suite Orelsan mérite-t-il les Victoires de la musique ?

France Gall, l’interprète

Les lundis de l’actualité – Jonas Follonier

Janvier 1986. Daniel Balavoine s’éteint dans un accident d’avion. Michel Berger, qui était proche de l’artiste, écrit alors une chanson hommage interprétée par son épouse, France Gall : Evidemment.

Evidemment, cette chanson est magnifique. Et nous pourrions en citer une dizaine d’autres qui font indéniablement partie du patrimoine musical de la seconde moitié du XXe siècle. Il jouait du piano debout, La Déclaration d’amourElla, elle l’a, Diego libre dans sa tête, … Toutes montrent que France Gall était fondamentalement une très bonne interprète et que sa voix transcendait les mélodies de son mari. Lire la suite France Gall, l’interprète