Tous les articles par Quentin Perissinotto

Conseiller-clients, écrivain, auteur du blog «Eternel transitoire», Quentin Perissinotto est critique littéraire pour Le Regard Libre.

«Summer», dans les limbes du lac et des souvenirs

C’est allongé au bord de l’eau, les pages sentant bon la crème solaire, que j’ai lu ce roman de 2017 (paru en poche en 2019), se déroulant sur les rives d’un lac en Suisse. Quoi de plus normal pour un livre au doux nom de «Summer»? Mais les premières pages ont vite évacué cette impression de candeur estivale… Rien n’est douçâtre dans Summer. Tout n’est que reflux d’amertume.

Lire la recension (en libre accès)

«Une jolie fille comme ça», un désir comme nul autre

Après Le dernier en été en ville, roman culte de l’auteur italien Gianfranco Calligarich publié dans les années 70 et traduit en français dans les années 2020, voici une autre recommandation de lecture de qualité qui se prête à merveille à l’été: Une jolie fille comme ça de l’auteur britannique Alfred Hayes, paru initialement en 1958. Lui aussi tiré de la collection «Du monde entier» de Gallimard et disponible en poche.

Lire la recension (en libre accès)

«Le dernier été en ville», l’ivresse de la dolce vita

Le dernier été en ville est un chef-d’œuvre sorti de l’oubli. Publié en Italie dans les années 70, le roman connaît un rapide succès, devient immédiatement épuisé et reste longtemps introuvable sur les étals des librairies transalpines, s’arrachant comme un trésor perdu chez les bouquinistes. Et soudainement, en février 2021, le voilà qui refait surface en France, sous la jaquette crème de Gallimard! Il vient d’ailleurs de sortir en édition poche. Il n’y a donc plus aucune excuse pour ne pas l’acquérir, le lire et le relire.

Lire la recension (en libre accès)

Annie Ernaux, «Le jeune homme» est amer

Les bouquins du mardi – Quentin Perissinotto

Annie Ernaux s’est imposée au fil des ans comme l’une des figures majeures de la littérature contemporaine et du féminisme français, jusqu’à devenir l’une des auteures les plus appréciées de la jeune génération. Autour de plus d’une vingtaine de romans et récits autobiographiques, elle a su tisser et démêler les liens de l’intime, de la sexualité féminine et de l’expérience amoureuse, toujours teintés de sociologie. Alors quand Gallimard a annoncé la parution d’un nouveau livre d’Annie Ernaux, la sphère littéraire s’est rapidement emballée. Avant de découvrir que cet inédit était un opuscule de quelques pages – moins d’une trentaine. Encensé unanimement par les lectrices et les lecteurs dès le premier jour de sa sortie, le texte d’Annie Ernaux est un défi: la littérature tient-elle en trente pages?

Lire la recension (en libre accès)

Animaux en littérature, satire à balles réelles

Le Regard Libre N° 84 – Quentin Perissinotto Dossier «L’homme et l’animal» Tout au long de l’histoire littéraire, nous croisons une joyeuse et importante ménagerie. Des Fables de La Fontaine à La Ferme des animaux de George Orwell en passant par un large pan de la fantasy, le lecteur se retrouve immergé dans un monde de … Continuer la lecture de Animaux en littérature, satire à balles réelles

Ce contenu est réservé à nos abonnés.

Déjà un compte? Connexion

Pas encore de compte? Voir nos différentes formules d’abonnement (abo d’essai d’un mois gratuit)

Dans le carnage de «Comme Carthage»

Les bouquins du mardi – Quentin Perissinotto

Une adresse de l’auteur à l’éditeur comme quatrième de couverture, une couverture faite d’un montage Photoshop; je ne savais pas trop à quoi m’attendre avec ce livre. On nous promet un roman, mais tout paraît si burlesque qu’on s’imagine tout. Avec Comme Carthage, Jean-Yves Dubath nous donne rendez-vous à Paris, dans un appartement transformé en boîte de Pandore des corps sculpturaux. Un aller simple pour un dévergondage érigé en système bien rodé.

Lire la recension (en libre accès)

«Le Voyant d’Etampes», un roman wokistador

DOSSIER IRONIE, Quentin Perissinotto | «Récent lauréat du prix de Flore, "Le Voyant d’Etampes" est la radiographie de la fracture entre deux générations qui ne se comprennent plus, le portrait de la déliquescence d’une époque, incapable de se confronter à l’effritement de ses illusions et de répondre aux nouvelles préoccupations antiracistes. Un sujet sensible qui se révélera très vite brûlant lorsque l’idéologie woke se chargera de son emballement médiatique. Une dimension sociétale qui transportait dans mon imaginaire de lecteur son escarcelle de traquenards romanesques et de craintes littéraires. Mais comme ce roman traite du cloutage au pilori d’un auteur que l’on n’a pas lu, il aurait été cocasse que j’en fasse de même. Alors soyons résolument dissidents, lisons-le!»

Ce contenu est réservé à nos abonnés.

Déjà un compte? Connexion

Pas encore de compte? Voir nos différentes formules d’abonnement (abo d’essai d’un mois gratuit)

Morgane Ortin, «Le Secret» des clichés

Les bouquins du mardi – Quentin Perissinotto

Après avoir séduit des millions de lecteurs et d’instagrammeurs un peu partout dans le monde avec Amours solitaires, Morgane Ortin est de retour avec un projet différent: un livre qui se présente comme une enquête et un rassemblement de témoignages sur les blessures secrètes et enfouies. Un ouvrage aux antipodes donc de mes lectures habituelles, mais le succès qu’elle connaît depuis de nombreuses années maintenant m’a rendu extrêmement curieux. Reste à savoir si la curiosité est un vilain défaut…

Lire la recension (en libre accès)

Lolita Pille, Hess Side Story

Les bouquins du mardi – Quentin Perissinotto

S’il y a une chose encore plus fugace et volatile que le succès, c’est notre propre récit de vie. Maintes fois dérobé, continuellement altéré, il est une chimère derrière laquelle nous courons sans cesse afin de nous réapproprier notre destinée. Le livre de Lolita Pille se situe à la croisée des ombres, au carrefour de ces traques; il dénoue les fils de la mue pour tisser la toile d’une introspection aussi méticuleuse que sensible. Lolita Pille se retourne sur son chemin et contemple son passé, en portant en arrière un regard acéré sur sa jeunesse et son adolescence.

Lire la recension (en libre accès)

«A la pointe» de Pierric Bailly: un musée à la confluence des vies

Le Regard Libre N° 82 – Quentin Perissinotto Depuis 2014, les Editions Cambourakis et le Musée des Confluences de Lyon se sont associés pour faire naître un projet, à la croisée de la littérature et de l’art: la collection «Récits d’objets». L’idée est simple: proposer à des romanciers de choisir un objet parmi le fonds … Continuer la lecture de «A la pointe» de Pierric Bailly: un musée à la confluence des vies

Ce contenu est réservé à nos abonnés.

Déjà un compte? Connexion

Pas encore de compte? Voir nos différentes formules d’abonnement (abo d’essai d’un mois gratuit)