Archives par mot-clé : caspar david friedrich

La journée: faire de sa vie une existence

ARTICLE LONG FORMAT, Vinciane Vuilleumier | C’est l’aube d’un nouveau monde et la terre tremble. L’humain s’est emmêlé dans son propre cataclysme et ceux qui ont survécu se débattent dans la toile d’araignée: que doit être demain? On est en Allemagne, 1920. Le roi est tombé, les factions s’enflamment, l’un prend le pouvoir et puis c’est l’autre. L’individu est pièces rapportées, on se déchire et on se reprend comme on peut. Quelle expérience ce doit être, en vérité, de traverser une si violente tempête – le monde ne sera jamais plus comme avant, c’est vrai. L’homme et ses extases, l’homme et ses haines, l’homme et ses chimères – l’homme dans l’entre-deux qui ne peut que perdre pied.

Ce contenu est réservé à nos abonnés.

Déjà un compte? Connexion

Pas encore de compte? Voir nos différentes formules d’abonnement (abo d’essai d’un mois gratuit)

De la solitude

Article inédit – Loris S. Musumeci

Léo Ferré la chanta, Charles Baudelaire la proclama, Caspar David Friedrich la peignit, Jean-Paul Sartre la pensa philosophiquement. Il s’agit de la solitude. Cette belle rose piquante qui blesse à s’en saisir, mais dont on ne peut se passer.

« Celui qui n’a jamais été seul au moins une fois dans sa vie », qui est-il ? Existe-t-il du moins ? Si l’homme est, par nature, un être social, il a besoin aussi, par cette même nature, de se retrouver face à son propre mystère, à savoir lui-même.

Je ne prétendrai pas ériger ici une histoire des conceptions et représentations de la solitude à travers les âges, ni de l’expliquer à la lumière des théories de grands psychanalystes. Je désire simplement livrer une brève pensée par la question suivante : la solitude peut-elle être le terreau de l’ouverture à autrui ? Continuer la lecture de De la solitude