Archives par mot-clé : euro

François Asselineau: «J’ai créé mon parti par désespoir»

Le Regard Libre N° 43 (à paraître) – Jonas Follonier

François Asselineau fut candidat à l’élection présidentielle française de 2017. Classé parmi les « petits candidats », il était le seul à proposer une sortie de la France de l’Union européenne. Jugé complotiste par certains, lucide par d’autres, l’homme est dans tous les cas très intéressant. Rencontre avec le président de l’Union populaire républicaine.

Jonas Follonier : Le lancement immédiat d’une procédure de sortie de l’Union européenne, de l’Euro et de l’OTAN se trouve au cœur de la ligne politique de votre parti, n’est-ce pas ?

François Asselineau : J’ai créé l’UPR le 25 mars 2007, le jour même du cinquantième anniversaire du Traité de Rome. Lorsque nous avons déposé les statuts à la préfecture de police de Paris, la nécessité d’une sortie de l’Union européenne était inscrite dans l’objet même du parti politique. Ce n’est donc pas quelque chose de conjoncturel. En ce moment, un certain nombre de personnes sur la scène politique française et européenne commencent à se poser des questions sur l’UE. Tant mieux, mais personne ne peut nier que j’ai eu la primeur de cette affaire, puisque cela fait depuis onze ans et demi que c’est ma proposition. Ce qui fait aussi la caractéristique de notre parti, c’est qu’il n’y a aucune ambiguïté sur notre objectif : il s’agit de sortir de l’Union européenne de façon juridique par l’article 50. Celui-ci impose une négociation qui doit durer deux ans au maximum.

Continuer la lecture de François Asselineau: «J’ai créé mon parti par désespoir»

Ah ! le tourisme d’achat

Le Regard Libre N° 12 – Nicolas Jutzet

Ah ! le tourisme d’achat, ce sujet polémique par excellence. En tant qu’habitant d’un canton qui partage sa frontière avec la France, j’y suis sans cesse confronté. Les arguments fusent, les débats se tendent, les « touristes » sont vites taxés de mauvais patriotes, qui mettraient l’économie suisse à mal. Pourtant, dans le camp adverse, on défend mordicus qu’après tout, il est logique et légitime de vouloir payer moins cher ses achats quand l’occasion se présente à une si courte distance. Dans les lignes qui suivent, je me permets un modeste décryptage, dans le but de permettre à chacune et chacun d’avoir une partie des tenants et des aboutissants au moment d’affronter ses responsabilités de consommateur. Alors docteur, c’est grave le tourisme d’achat ?

Déjà sensible avant janvier 2015, le sujet s’est définitivement installé dans les débats depuis l’abolition du taux plancher. La force du franc pénalise certes fortement les exportations, mais de l’autre côté il favorise le Suisse face aux vendeurs étrangers. De facto, l’annonce du 15 janvier fait des heureux dans les ménages. Les individus qui font, chaque weekend ou occasionnellement, le déplacement en France, en Allemagne ou encore direction l’Italie, sont les vainqueurs opportunistes de la décision de la BNS. Cette aubaine se traduit par une explosion du volume des achats hors frontières. En face, on s’affole. On crie au loup. Qui a tort, qui a raison ? Penchons-nous sur les arguments des deux camps. Continuer la lecture de Ah ! le tourisme d’achat