Archives du mot-clé hélène lavoyer

Des compagnies trop polluantes poursuivies en justice par la ville de New York

Les lundis de l’actualité – Hélène Lavoyer

Bill de Blasio, fraîchement réélu à son poste de maire de la ville de New York, a annoncé mercredi 10 janvier avoir entamé une procédure judiciaire à l’encontre de cinq grandes compagnies pétrolières. Le motif de cette démarche ? Ces compagnies contribuent au réchauffement climatique.

« Nous menons le combat contre le changement climatique en nous attaquant directement aux compagnies d’énergie fossile, qui connaissaient les effets et ont intentionnellement induit en erreur le public afin de protéger leurs profits. » Lire la suite Des compagnies trop polluantes poursuivies en justice par la ville de New York

« Maria by Callas »

Les mercredis du cinéma – Hélène Lavoyer

« Où cesse la parole, commence la musique, a dit l’admirable Hoffman. Et vraiment la musique est une chose trop grande pour pouvoir en parler mais, en revanche, on peut toujours la servir et toujours la respecter avec Humilité ; chanter pour moi n’est pas un acte d’Orgueil mais seulement une tentative d’élévation vers ces cieux où tout est harmonie. »

C’est en janvier 2013, seul dans sa chambre d’hôtel, que Tom Volf découvre Maria Callas, grande soprano du XXe siècle. A peine introduit à l’univers de l’opéra à ce moment-là, une véritable passion pour la chanteuse naît, lui inspirant un projet gargantuesque : faire parler « la » Callas, avec ses propres mots, et ouvrir au public la personne qu’il découvrit, différente à bien des égards de celle décrite par les médias de l’époque.

Après des années de recherches, récoltant des archives aux quatre coins de la planète, Tom Volf devient l’un des plus grands spécialistes de Maria Callas. Peu prompts à parler aux journalistes, les membres de la famille s’ouvrent pourtant à lui et lui confient des documents privés tels que lettres, photos ou films.

Lire la suite « Maria by Callas »

« Wonder », un apprentissage divertissant

Les mercredis du cinéma – Hélène Lavoyer

« « Quelle est la personne que je souhaite devenir ? » C’est la question que nous devrions nous poser à chaque instant. »

Auguste « Auggie » Pullman (Jacob Trembley) est un petit garçon comme les autres. Comme les autres, oui, mais avec « un truc » en plus. Atteint du syndrome de Treacher Collins qui lui a causé une déformation du visage, Auggie est le soleil, et tout le reste du monde, la terre. Autour de l’étoile tournent ses parents (Julia Roberts, Owen Wilson) et sa sœur (Izabela Vidovic), autour de laquelle personne ne tourne plus, si ce n’est ce nouveau rencontré au lycée (Nadji Peter). Lire la suite « Wonder », un apprentissage divertissant

« Les Gardiennes » : plongée dans la vie féminine de la guerre

Les mercredis du cinéma – Hélène Lavoyer

« Il faudra être forte demain. »

Alors qu’entre 1914 et 1918 des corps d’hommes jonchent le sol dans un silence de mort, une autre bataille se mène loin du front : celle de femmes ordinaires, à qui la guerre prit maris, pères, frères et amis. C’est par exemple l’histoire de « Madame Hortense » (Nathalie Baye) et de sa fille Manon (Laura Smet), qui afin de survivre continuent tout comme des milliers d’autres à travailler les champs abandonnés des hommes. La famille réside en France au « Paridier », un domaine agricole qu’elles maintiennent à la sueur de leur corps. Tout aurait été d’une plus grande difficulté si elles n’avaient pas engagé Francine (Iris Bry), petit bout de femme robuste et travailleuse.

Le fils de Madame Hortense – Georges (Cyril Descours) – revient en permission ; un amour sincère naît en lui pour Francine qui se retrouve aux anges. La fin de la guerre aurait pu permettre des retrouvailles, mais c’était sans compter l’effort de Madame Hortense pour placer des rumeurs de racolage avec des soldats américains sur Francine plutôt que sa fille Manon. Licenciée, humiliée et enceinte, Francine doit s’en aller. Elle mettra au monde son enfant, et l’orpheline deviendra mère célibataire à la voix douce et puissante, permettant aux couples de danser leurs retrouvailles.

Lire la suite « Les Gardiennes » : plongée dans la vie féminine de la guerre

Faune en danger, hommes infectés

Le Regard Libre N° 34 – Hélène Lavoyer

La publication d’une étude sur la population des insectes volants par le journal scientifique Plos One crée une vague d’inquiétude. Les chiffres annoncés à la mi-octobre sont alarmants et les dangers pour la faune et pour l’homme, conséquents. Une fois de plus, l’agriculture massive et les produits chimiques utilisés par certains paysans se trouvent pointés du doigt.

Les insectes, apparus sur terre à la période du dévonien inférieur allant de -418 à -359 millions d’années, ont survécu aux changements climatiques et ont continué d’exister à travers les âges. Nombre d’espèces de cette classe se trouvent aujourd’hui menacées par l’activité humaine.

Les rôles principaux d’une pièce complexe

Les insectes volants, qui se déplacent de fleur en fleur, comme les abeilles ou les papillons, permettent la pollinisation de 80% des espèces végétales. Lire la suite Faune en danger, hommes infectés

Un marché aux découvertes à l’Interlope de Neuchâtel

Les lundis de l’actualité – Hélène Lavoyer

En gravissant rapidement les marches métalliques menant à l’Interlope (Neuchâtel), la bise cingle le visage et s’emploie à infiltrer les recoins de nos habits. Le besoin de chaleur et de contact humain se fait ressentir petit à petit. Le silence, invité de la saison, sait comment habiter l’extérieur, aidé du froid ; mais à peine la porte se trouve-t-elle entrouverte que la joie, la chaleur tant désirée et l’odeur de thé nous pénètrent de toutes parts, sur les vibrations d’une musique entraînante choisie par l’Espace 032. Bienvenue au X-MAS KIOSK ! Lire la suite Un marché aux découvertes à l’Interlope de Neuchâtel

L’art, essence de la mode ?

Le Regard Libre N° 33 – Hélène Lavoyer

Nous respirons tous l’air parfumé d’une chose que nous connaissons bien : la mode. Agréable ou non, cette fragrance est chargée d’une énergie captivante, encline à créer du mouvement. Le prêt à porter a tendance à uniformiser les individus qui choisissent de s’y conformer – ou de s’y soumettre. Or, déployée au singulier, la mode est à l’origine de son pluriel, un artisanat capable de déformer les frontières des normes, de les bousculer pour mieux les faire céder. Est-elle un art ? L’arrivée au Musée des arts décoratifs, à Paris, d’une exposition consacrée à la maison Dior, ou celle dédiée à Balenciaga, remet la question sur le tapis.

Il convient d’abord de définir clairement ce qu’est l’art ; alors pourrons-nous déterminer si oui ou non, la mode en fait partie. La tâche semble d’emblée périlleuse, chacun y allant de sa propre définition, considérant l’art comme un domaine quasi sacré, que l’on ne peut décrire autrement que par un « pour moi, l’art c’est… » ou encore « je considère que l’art est… » de peur d’offenser celui qui connaît son sens réel. Lire la suite L’art, essence de la mode ?