Archives par mot-clé : histoire vraie

«Green Book: Sur les routes du Sud»

Les mercredis du cinéma – Loris S. Musumeci

«Les Noirs adorent le poulet frit.»

Tony travaille comme videur dans un cabaret; sa carrure est on ne peut plus adaptée au métier. Mais voilà que l’établissement va fermer ses portes. Réputé pour s’arranger en toute situation – parce que c’est un baratineur et surtout parce que c’est un vrai rital – il est recommandé au pianiste virtuose Don Shirley. Il faut à ce musicien noir non seulement un chauffeur pour sa tournée dans le Sud, mais également quelqu’un qui veille sur lui. Nous sommes en 1962, et le racisme est plus que présent. Un rital et un négro sur les routes du Sud, est-ce possible? Il faut croire que oui, puisque Green Book: Sur les routes du sud ne raconte rien d’autre qu’une histoire vraie. 

Continuer la lecture de «Green Book: Sur les routes du Sud»

Bienvenue dans l’histoire vraie de Mark Hogancamp, «Bienvenue à Marwen»

Les mercredis du cinéma – Loris S. Musumeci

«A la vie, à l’amour, à Marwen!»

Mark Hogancamp mène a priori une vie normale. Il passe cependant beaucoup plus de temps dans son monde imaginaire que dans la vraie vie. Car dans la vraie vie, Mark est terriblement timide, faible et paranoïaque. Mark est malade. Cela est dû au choc qu’il a vécu quelque temps auparavant. Tabassé à la sortie d’un bar quasiment jusqu’à la mort par cinq types, il est resté psychologiquement très fragile, renfermé sur lui-même et amnésique. Mais dans le monde qu’il a imaginé, le capitaine Hogie, son alter ego, est vaillant, beau, musclé, courageux et entouré de femmes qui le protègent et qui l’aiment. 

Continuer la lecture de Bienvenue dans l’histoire vraie de Mark Hogancamp, «Bienvenue à Marwen»

« Papillon », le corps est narrateur

Les mercredis du cinéma – Loris S. Musumeci

« J’arrive pas à croire que t’aies pris perpet’. »

Paris, 1931. L’ambiance est swing, l’ambiance est folle, l’ambiance est chaude. Henri Charrière, surnommé Papillon, travaille comme cambrioleur pour une organisation criminelle. Son chef, un vieux diable aux dents pourries, semble admirer le jeune employer tout en sachant qu’il garde discrètement des parts de la rapine. Travail terminé, Papillon rentre avec sa petite amie, une danseuse travaillant pour le même patron que lui ; ils passent une nuit d’amour.

Continuer la lecture de « Papillon », le corps est narrateur