Archives de catégorie : Séries

«Sky Rojo» et nuages menaçants

Les plateformes ciné du samedi – Kelly Lambiel

De bon augure le soir, un ciel rouge est plutôt signe de mauvais présage le matin. A l’image du dicton, la nouvelle série Netflix, «Sky Rojo», séduit au premier abord, rend perplexe dans un second temps. Sexy au coucher, dérangeante au réveil; attrayante dans la nuit, déplaisante à la lumière du jour. Où se situe le malaise?

Lire la critique (en libre accès)

Aux sources des esprits criminels avec «Mindhunter»

Les plateformes ciné du samedi – Jonas Follonier

La naissance du profilage des tueurs récidivistes par le FBI. Voilà la passionnante moelle à ronger sur Netflix: Mindhunter. La série allie exigence et excellence pour mettre en lumière une complexité de plus dans ce monde mirifique et morbide. Moi, je valide.

Lire la suite de la critique (en libre accès)

«Je veux juste en finir», moi aussi

Les plateformes ciné du samedi – Kelly Lambiel

Thriller psychologique? Film d’horreur? Road movie cauchemardesque? Film d’auteur? Aucune idée. Perché? Profond? Ennuyeux? Poétique? Je ne sais pas. Moi aussi Je voulais juste en finir. Mais pourquoi? Parce que j’ai aimé ça? Je n’irais pas jusque-là. Parce que j’ai détesté ça? Non, je ne crois pas.

Lire la critique (en libre accès)

Je suis «Lupin» et bien d’autres

Les plateformes ciné du samedi – Alissa Musumeci

Changements d’identité, énigmes et rebondissements inattendus, voilà tout ce que nous réserve Lupin, dans l’ombre d’Arsène, diffusé sur Netflix depuis janvier 2021. George Kay et François Uzan, créateurs de la série, ont vu très juste. Quelques jours après sa sortie, la première partie de Lupin est déjà dans le top 10 des contenus les plus regardés dans de nombreux pays. La Suisse, le Brésil, et bien d’autres ont été conquis par cette adaptation des recueils de nouvelles rédigées par Maurice Leblanc, à partir de 1905. A la distribution, on retrouve Assane Diop (Omar Sy) et Claire, son ex-petite-amie (Ludivine Sagnier).

Lire la critique (en libre accès)

«Quartier des Banques» – Grangier, l’entreprise familiale gangrenée

Les plateformes ciné du samedi – Malika Brigadoi

Difficile de trouver sa place dans le marché impitoyable des séries. Quartier des Banques – une série helvético-belge, créée par Stéphane Mitchell, Fulvio Bernasconi et Jean-Marc Fröhle – s’est révélée être la première pierre de l’édifice grandissant des séries de la chaîne nationale. Dès les premiers épisodes, le spectateur plonge dans les coulisses de Grangier, une entreprise familiale de gestion de fortune basée à Genève. Alors que la première saison – diffusée en 2017 – prend pour contexte l’ébranlement du secret bancaire en 2012 par les Américains et la crise financière qu’il entraîna, la deuxième – sortie en 2020 – s’intéresse aux fonds spoliés et au blanchiment d’argent. Entre secrets de famille et problèmes économiques; enlèvements, intimidations, jeux de pouvoir, déloyauté, perfidie, amour et argent incarnent les ingrédients phares de cette saga financière.

Lire la critique (en libre accès)

«Dorohedoro», que la chasse aux mages commence!

Les plateformes ciné du samedi – Ivan Garcia

Au fil d’une première saison convaincante, l’anime Dorohedoro dessine un univers divisé entre mages et non-mages, au sein duquel règne l’injustice envers les derniers. C’est sur ce fond de critique sociale qu’un homme-lézard tâchera de retrouver la mémoire et celui qui l’a transformé. Passionnant.

Lire la critique (en libre accès)

Le point de vue multidimensionnel d’Anja Kofmel dans «Chris the Swiss»

Les plateformes ciné du samedi – Malika Brigadoi

Chris the Swiss, film biographique et documentaire d’animation historique réalisé par Anja Kofmel, retrace la vie du journaliste suisse Christian Würtenberg. En 1992, dans le contexte de la guerre en ex-Yougoslavie, il a été retrouvé étranglé dans un champ en Croatie. La famille de Chris n’a jamais compris son envie de partir si près du danger, en tant que journaliste. Depuis l’annonce de sa mort, la réalisatrice – et cousine de Chris – n’a, à aucun moment, cessé d’être hantée par les mystères qui entourent son décès. Elle décide alors de mener son enquête et de restituer son histoire. Elle espère ainsi s’expliquer pourquoi il était parti au cœur du conflit, mais aussi pourquoi il y a laissé la vie. Chris the Swiss a reçu plus d’une dizaine de prix, notamment dans les festivals, dont, en 2019, le Prix du cinéma suisse du meilleur film documentaire.

Lire la critique (en libre accès)

«Atlas» – un équilibre fragile

Les mercredis du cinéma – Malika Brigadoi

En première mondiale, le film Atlas du Tessinois Niccolò Castelli a ouvert ce mercredi 20 janvier les 56e Journées de Soleure, dont la cérémonie a été diffusée en direct sur les trois chaînes de télévision nationale. A cette occasion, il a été nominé, hier, au Prix du cinéma suisse 2021, comme l’un des «Meilleurs films de fiction» et l’une des «Meilleures photographies». Atlas, second long-métrage du réalisateur, est inspiré d’un attentat qui a eu lieu à Marrakech en 2011 et qui a coûté la vie à trois Tessinois. Niccolò Castelli explique qu’en 2011, il a été «envahi par le sentiment que quelque chose pénétrait dans notre quotidien» alors qu’il était persuadé «d’habiter sur une île neutre, libre et heureuse, à l’écart du reste du monde». Cette impression de ne plus vivre dans un cocon protecteur s’apparente à un ressenti omniprésent dans notre actualité. Atlas semble le film tout indiqué pour ouvrir cette édition en ligne du festival, dans cette période troublée par la pandémie de Covid-19.

Lire la critique (en libre accès)

«Bâtards»: un «Black Mirror» édition romande

Article inédit – Fanny Agostino

Depuis un mois, les résidents suisses peuvent accéder à la nouvelle plateforme de streaming de la SSR baptisée «Play Suisse». Avec son interface similaire à celle de Netflix, elle permet de visionner gratuitement des productions helvétiques. C’est le cas de la websérie Bâtards. Dans un décor lunaire et dystopique, des enfants abandonnés se battent dans une télé-réalité pour être adoptés par un couple de célébrités, jusqu’à ce qu’une prise d’otage fasse tout basculer. Un scénario ambitieux qui aurait mérité de se développer dans un format plus long.  

Lire la suite de la critique (en libre accès)

«Dix pour cent», saison 4: histoire d’un coming out

Article inédit – Jonas Follonier

La quatrième saison de Dix pour cent confirme l’excellence de la série créée par Fanny Herrero. Basée sur le monde des agences d’acteurs, cette production hexagonale désormais disponible sur de nombreuses plateformes parvient à allier divertissement bon enfant et septième art de réflexion. Jusqu’à multiplier les symboles et les doubles sens.

Lire la suite de la critique (en libre accès)