Archives par mot-clé : jonas follonier

«Toute ressemblance», un grand film malgré ce qu’en dit la presse bobo

Les mercredis du cinéma – Jonas Follonier

Le Monde et Télérama s’en sont donné à cœur joie. Le premier film de Michel Denisot serait lourdingue, il enfilerait les clichés et ne dirait rien de substantiel. Face à l’excellence de Toute ressemblance…, on se dit que le procès de la presse bobo française tient peut-être à une certaine jalousie pour un journaliste ayant fait sa carrière à Canal+ et à TF1 et qui se donne le courage – ou tout simplement le plaisir – de tenter un beau jour le cinéma, sous une formule simple, populaire et diablement réussie.

Lire la critique
Publicités

Tesson l’inimitable

Les bouquins du mardi – Jonas Follonier

Le grand voyageur et grand écrivain Sylvain Tesson est de retour en librairie avec La panthère des neiges. Un ouvrage léché de part en part, profond du début à la fin et que l’on ne referme pas avant la fin. Tesson, qui relate sa quête de la panthère des neiges au Tibet avec le photographe Munier, est un classique, et c’est une certitude du simple fait qu’il est inimitable.

Lire la chronique

Le temps d’une soirée viennoise à la Salle Métropole

Article inédit – Jonas Follonier

Le jeudi 28 novembre dernier, l’Orchestre de la Suisse romande (OSR) a interprété à la Salle Métropole deux œuvres fort différentes mais reliées par une même nation musicale: l’Autriche. Concerto pour piano N° 27 de Mozart et sixième symphonie d’Anton Bruckner étaient au programme. Retour un brin émotionnel d’un spectateur parmi d’autres.

Lire l’article

Joyeuse retraite au scénario!

Les mercredis du cinéma – Jonas Follonier

Dans Joyeuse retraite!, Thierry Lhermitte et Michèle Laroque composent le couple-type content d’arriver à la retraite et se confrontant à la réalité de devenir plutôt des nounous pour leurs petits-enfants. Si le pitch est beauf, et c’est plutôt un compliment, le résultat, lui, est plus que bof. Petite interprétation sans mauvaise foi d’un film à éviter.

Lire la critique

«Le regard de Charles» de là où il se trouve à présent

Les mercredis du cinéma – Loris S. Musumeci et Jonas Follonier

C’est un objet cinématographique bouleversant qui sort aujourd’hui. Surtout que le film est signé… Charles Aznavour. «A l’inverse de mes chansons, je n’ai jamais dévoilé mes images.» C’est maintenant chose faite avec Le regard de Charles, réalisé par Marc Di Domenico, reprenant les petits films qu’Aznavour, en secret, avait tournés avec sa caméra amateur pendant des décennies. On y entend également, portés par la voix de Romain Duris, des textes du quotidien écrits par le maître de la chanson française.

Lire la critique

J’accuse Polanski d’avoir sorti un film moyen

Les mercredis du cinéma – Jonas Follonier

J’accuse, le nouveau film de Roman Polanski, vient de sortir dans les salles. Il raconte la condamnation du militaire français et juif Alfred Dreyfus (Louis Garrel) et la découverte de son innocence par le commandant Picquart, promu lieutenant-colonel (Jean Dujardin). Poursuivi par des polémiques sur des faits qu’il aurait commis quarante ans plus tôt et de nouvelles accusations, Polanski signe une œuvre pour le moins moyenne. Et c’est la seule chose qui nous intéressera ici.

Lire la critique

Le drame des paysans porté à l’écran par Edouard Bergeon

Les mercredis du cinéma – Jonas Follonier

C’est un film aussi bien dur – dans son propos et ce qu’il montre à l’écran – qu’artistiquement réussi, et donc beau. Au nom de la terre d’Edouard Bergeon met en scène un paysan (Guillaume Canet) qui reprend la ferme de son père et qui glisse lentement du bonheur à l’horreur, malgré une femme et des enfants aimants. Un film percutant, basé hélas sur la réalité du monde agricole et de son évolution depuis quarante ans.

Lire la critique

Ode à la bière

Les vendredis de la microbrasserie – Jonas Follonier

Nulle chronique en ce vendredi, ou plutôt plus qu’une chronique: une ode. Une des différentes formes poétiques possibles de l’éloge, l’ode peut être héroïque, célébrant ainsi des hauts faits, ou anacréontique, pour les sujets familiers. Il semblerait que la bière, si familière, endosse également quelque noble statut. Place donc à une ode hybride en alexandrins.

Lire la chronique

«Camille», documentaire sur la Centrafrique et le photojournalisme

Les mercredis du cinéma – Jonas Follonier

Camille est une jeune photo-reporter française. Elle a décidé de partir en Centrafrique pour couvrir sous forme de reportage photo les conflits qui s’y déroulent. La violence non seulement de la guerre civile, mais aussi de la solitude du photojournalisme qui ne permet jamais de véritable rencontre, vont la bouleverser. Camille est un film basé sur des faits réels.

Lire la critique