Archives par mot-clé : jonas follonier

La chose à faire est de lire Antoine Vuille

Jonas Follonier – Les bouquins du mardi

La nécessité de sortir des calendriers intérieurs pour s’ouvrir aux autres et au monde. Tel pourrait être le thème reliant les quatre nouvelles parues sous le titre Les choses à faire, que publie le jeune auteur Antoine Vuille aux Editions L’Age d’Homme à Lausanne.

Lire la critique

Des toilettes non genrées? Allons donc!

Le Regard Libre N° 51 – Danilo Heyer

Ce mercredi 22 mai, Jonas Follonier, rédacteur en chef de la présente revue, partageait sur les réseaux sociaux la photo de la porte des toilettes pour hommes de la Faculté des lettres et sciences humaines de l’Université de Neuchâtel. Sur cette porte figurait une petite affiche masquant le logo masculin et indiquant que «les toilettes avaient été libérées du genre parce que les sigles hommes-femmes affichées sur les toilettes oppressent une partie de la population universitaire». A l’origine de cette action, le «collectif UniNE pour la grève des femmes* et féministe», qui «appelle au boycott de ces codes stéréotypés et moyenâgeux».

Lire la suite de l’article

Gonzague de Waresquiel, le Comte qui acheta la Harley de Polnareff

Le Regard Libre N° 50 – Jonas Follonier

C’est une rencontre insolite que nous vous racontons dans cette cinquantième édition. Celle d’un personnage aux différentes facettes, au carrefour de grandes familles, un homme passionné, amusant et amusé, qui a acheté en 2016 la moto de Michel Polnareff, avec lequel il est maintenant ami. Gonzague de Waresquiel, un épris de liberté.

Lire l’entretien

«Venise n’est pas en Italie», elle est dans la tendresse

Les mercredis du cinéma – Jonas Follonier

Encore une comédie dramatique française dans les mercredis du cinéma? En plus, traitée très positivement par un critique pas très critique et un brin monothématique? Oui, désolé. Parce que Venise n’est pas en Italie d’Ivan Calbérac est un film réussi sur tous les plans.

Lire la critique

Les forces d’un mensuel

Le Regard Libre N° 50 – Jonas Follonier

Que de travail bénévole réalisé cinq ans et trois mois durant, mais que de plaisir également! En me rasant le matin, il m’est arrivé bien plus d’une fois de me demander si cette belle aventure n’était pas plus folle que belle. A quoi bon toutes ces heures quotidiennes consacrées à la vie de cette revue? A l’occasion de la publication de notre cinquantième édition, j’en suis plus que convaincu: non seulement notre investissement n’est pas vain, mais nous pouvons aussi voir ses fruits concrètement. Là, devant nos yeux. En nous efforçant de procurer de la matière intéressante à nos lecteurs, de plus en plus nombreux, voilà que nous arrivons fièrement à ce résultat, un magazine classe de soixante-huit pages, produit chaque mois par la passion de quelques jeunes.

Fiers, nous pouvons l’être. Fiers de susciter le débat et de proposer de grands dossiers culturels. Fiers de compter parmi nos abonnés et nos soutiens d’éminentes personnalités. Fiers de notre effort de réflexion pour dépasser le flux de l’information. Fiers d’avoir tenu bon face au manque d’ouverture et de considération de la part d’une certaine caste journalistique et artistique. Fiers d’avoir cru à une démarche à laquelle personne ne croyait. Fiers d’avoir donné la parole à des individus aux sensibilités diverses, des passionnés, des êtres déjantés parfois, critiques toujours; jamais fades.

Lire la suite de l’éditorial

«Astrid», la quête de liberté

Les mercredis du cinéma – Jonas Follonier

Vous êtes-vous déjà demandé qui se cachait derrière l’écriture des contes pour enfants Fifi Brindacier, Zozo la Tornade ou Les Frères Cœur-de-lion? Astrid Lindgren fut une Suédoise hors du commun, et le biopic actuellement sur vos écrans nous fait pleurer et rire avec elle.

Lire la chronique

Sous les pavés soixante-huitards d’un certain Grégoire Müller

Les bouquins du mardi – Jonas Follonier

Publié aux Editions de l’Aire, Sous les pavés… Lézards est un magnifique témoignage d’un soixante-huitard, le peintre suisse Grégoire Müller, nostalgique d’une époque qui pourtant a donné naissance à la société d’aujourd’hui qu’il abhorre.

Lire la chronique

Les chansons calmes de feu Nino Ferrer

Le Regard Libre N° 49 – Jonas Follonier

C’était un déjanté, un inclassable. Et pourtant l’écoute de ses albums permet de retracer chacune des époques du rock progressif hexagonal. Nino Ferrer, qui s’est suicidé en 1998 du fait d’un mal-être insurmontable, gagne à être connu là où peu le connaissent: dans ses chansons calmes.

Lire l’article grand format

Le Musée du son présenté par Pierre-André Perrin

Le Regard Libre N° 49 – Jonas Follonier

Au troisième étage du Manoir de Martigny, en Valais, se niche une petite  caverne d’Alibaba pour tout passionné de microsillons, mais pas seulement… Le Musée du son s’adresse à toute personne intéressée par l’histoire du disque. Pierre-André Perrin, qui s’occupe depuis 2017 de la Fondation Guex-Joris, nous en parle au milieu des plus beaux phonographes Edison et autres appareils cylindriques. Dans une ambiance vintage.

Lire l’entretien

«L’adieu à la nuit», l’adieu à la vie

Les mercredis du cinéma – Jonas Follonier

Dans L’adieu à la nuit, la célèbre Catherine Deneuve incarne une Française du sud-ouest qui découvre que son petit-fils s’apprête à partir faire le djihad en Syrie. Un film poignant signé André Téchiné.

Lire la critique