Archives par mot-clé : jonas follonier

«Asterix – Le secret de la potion magique»

Les mercredis du cinéma – Jonas Follonier

Le film d’animation Asterix – Le secret de la potion magique est une grande réussite. En réunissant tous les ingrédients d’un film pour enfants, il enchante aussi les plus grands. Quelques impressions.

Un dessin animé? Suis-je vraiment en train de me rendre au cinéma pour voir ça? Telles étaient naturellement les pensées de l’être empli de préjugés que je suis. Heureusement, la curiosité est aussi toujours de la partie! Et quelle ne fut pas ma surprise positive face à l’écran, tant ce qui s’offrit à moi constitua non seulement un bon moment, mais un véritable spectacle. Comme diraient les Vaudois, j’ai été «déçu en bien».

Continuer la lecture de «Asterix – Le secret de la potion magique»

Les duos subtils de Véronique Sanson nous la font redécouvrir

Les mélodies du jeudi – Jonas Follonier

Cet article sera accompagné d’encadrés, de commentaires et de compléments sur l’œuvre et la vie de Véronique Sanson, dans notre édition de janvier, en commande ici.

La grande artiste française Véronique Sanson n’avait pas besoin de publier cet album pour que l’intemporalité de son génie soit reconnue. Et pourtant, elle a bien fait de le faire. Duos volatils, sorti le 23 novembre dernier, réunit des duos inédits avec d’autres figures actuelles de la chanson française, toutes générations confondues. Sanson réinterprète ainsi en studio ses plus grands succès avec des confrères. Cette dimension essentielle de l’altérité a le mérite de nous faire entrer encore plus dans le monde de la chanteuse. Nos trois coups de cœur.

Continuer la lecture de Les duos subtils de Véronique Sanson nous la font redécouvrir

Rencontre avec le duo Marzella, qui s’envole vers un bel avenir

Les mélodies du jeudi – Jonas Follonier

Marzella est un duo de jeunes musiciennes ayant grandi à Yverdon-les-Bains. Depuis dix ans, elles parcourent l’Europe pour proposer à un public toujours plus nombreux une folk rock hors catégorie. Leur nouveau single, Lovely Bird, signe l’arrivée du français dans leurs textes et connaît un succès fulgurant. Rencontre.

Continuer la lecture de Rencontre avec le duo Marzella, qui s’envole vers un bel avenir

«bascules ciao», y a-t-il quelque chose à dire?

Les bouquins du mardi – Jonas Follonier

Cette chronique sera accompagnée d’un article contradictoire ainsi que de deux poèmes extraits du recueil bascules ciao dans notre édition de février. Vous serez ainsi invités, chers lecteurs, à donner votre propre avis sur cette poésie.

Que voulez-vous? Dois-je mentir? Le Regard Libre, porteur de la littérature romande? Porteur de ce qui nous interpelle, avant tout, en bien et en mal. Pour ma part, nombreuses sont les fois où je me suis retrouvé déçu par des œuvres que, soit j’avais considérées dans le méli-mélo de la mondialisation bobo-helvético-sérieuse, soit que j’avais appréciées «malgré moi». Cette fois, nul besoin de prendre des pincettes. Nous avons affaire à une pseudo-poésie sans véritable intérêt.

André Petitat nous livre basclues ciao (sans majuscules au titre! oui, ce n’est pas moi), son recueil de poèmes récemment publiés aux Editions de l’Aire, pourtant appréciables et même exemplaires dans le paysage éditorial de notre pays. Cet ouvrage, je l’ai lu. J’ai pleuré. Quelles qualités un texte doit-il présenter pour être considéré comme un poème? Des rimes, dirait un classique. Un rythme, dirait un laxiste. Une âme, dirait un amateur de métaphores.

Continuer la lecture de «bascules ciao», y a-t-il quelque chose à dire?

Agassiz, censurer le passé?

Le Regard Libre N° 44 – Jonas Follonier

Au bord du lac de Neuchâtel, aux pieds des Jeunes Rives, se niche la Faculté des lettres et sciences humaines de l’Université, sise à l’Espace Louis Agassiz. Cet espace porte le nom d’un grand scientifique américano-suisse du XIXe, Jean Louis Rodolphe Agassiz, devenu professeur à l’académie de Neuchâtel, qui allait devenir ce que les modernes appellent l’UniNE.

Seulement voilà, c’était sans compter les bien-pensants qui peuplent les différentes ramifications étatiques. Louis Agassiz était un raciste, voyez-vous, il fallait donc, d’urgence, ôter son nom de cet espace et le remplacer par celui, plus politiquement correct, de Tilo Frey, qui a – pardonnez mon sarcasme – la triple compétence d’être une femme, une métisse et une «pionnière de l’égalité». La proposition a été formulée par le Conseil général de la Ville de Neuchâtel et s’est vue validée par le rectorat de l’Université.

Continuer la lecture de Agassiz, censurer le passé?

La Brasserie B’Art a ouvert ses portes aux bubus neuchâtelois

Les vendredis de la microbrasserie – Jonas Follonier
(En collaboration avec Max Moeschler pour les dégustations)

Et un tour de plus dans notre tournée de bières et surtout de brasseries suisses. C’est à Neuchâtel que nous retournons en cette saison où l’automne se fait hivernal et où une nouvelle venue fait son entrée sur la scène des institutions brassicoles.

Connaissez-vous le «bubu» ? Sous-genre du désormais célèbre «bobo», le «bubu» est un bourgeois-bohème barbu. C’est sans doute ce qualificatif qui siérait le mieux à la majorité de la clientèle présente le 17 novembre dernier. Un véritable entre-soi générationnel, celui des trentenaires branchés et amateurs de bières artisanales. De quoi faire plaisir à un sociologue désireux de créer une nouvelle étiquette dans sa soif de catégorisation.

Continuer la lecture de La Brasserie B’Art a ouvert ses portes aux bubus neuchâtelois

«Les animaux fantastiques 2» ou comment se faire de l’argent

Les mercredis du cinéma – Lauriane Pipoz et Jonas Follonier

Il s’agit du deuxième volet de la nouvelle saga Les animaux fantastiques, se situant dans le même univers de fiction que la série de films Harry Potter. Autant dire qu’on en avait entendu parler et parler, de ce film-événement au budget tout aussi historique. Et autant dire que les fans du sorcier, adolescents à l’âge plutôt avancé et adultes relativement jeunes, étaient au rendez-vous. J. K. Rowling, auteur du best-seller ayant donné lieu à cette icône du merveilleux, signe le scénario de cette nouvelle série de films. Si le premier volet, sorti il y a deux ans, nous avait convaincus, ce deuxième épisode n’aura pas réussi à susciter notre enthousiasme. Loin de là.

Continuer la lecture de «Les animaux fantastiques 2» ou comment se faire de l’argent

«Les chatouilles» ou la pédophilie montrée à l’écran

Les mercredis du cinéma – Jonas Follonier

Un ami de la famille, qui s’en méfierait? Gilbert est un bon type, plaisantin, travailleur, attentionné, surtout envers Odette, la petite. Elle a des yeux d’ange, des cheveux dorés. Elle prend des cours de danse et se rêve grande danseuse étoile. Gilbert est tellement «fier d’elle». Au point que, lorsqu’il se retrouve seul avec elle dans sa chambre, il va lui proposer un jeu étrange. «Et si on jouait à la poupée, Odette? Mais en vrai. Toi, tu serais la poupée, et moi, la petite fille. Vas enlever tes habits dans la salle de bain.» Et le cycle infernal des «chatouilles» est lancé. On parle d’une fille de huit ans.

Continuer la lecture de «Les chatouilles» ou la pédophilie montrée à l’écran

«Portnoy et son complexe»

Le Regard Libre N° 43 – Jonas Follonier

Dossier spécial Philip Roth (4/4)

Un petit livre incontournable que Portnoy et son complexe, roman de 1969 ayant valu à l’Américain Philip Roth sa sulfureuse notoriété. L’auteur avait déjà publié un recueil de nouvelles dix ans plus tôt, Goodbye, Columbus, qui n’avait pas obtenu le succès. Néanmoins, les thèmes obsessionnels de Roth étaient déjà présents, à commencer bien sûr par la judéité. Obsessionnel, cet écrivain l’est assurément, comme tous les génies. Imaginez un Tarantino qui ne fût pas obsessionnel, de même qu’un Proust, un Polnareff, un Flaubert ou un Kubrick. Et il est une obsession qui parcourt tout Portnoy et son complexe: celle du sexe.

Continuer la lecture de «Portnoy et son complexe»

s e l e n n, un ovni sur la scène musicale des jeunes artistes romands

Les mélodies du jeudi – Jonas Follonier

s e l e n n est un jeune artiste fribourgeois qui commence à se faire sa place sur la scène musicale romande. Situé entre la folk et l’électro calme, son dream indie-rock francophone fascine. Demain, les Neuchâtelois auront l’occasion de l’écouter au Salon du Bleu Café, en co-plateau avec Morgoran.

A lire aussi: Morgoran, le Bob Dylan suisse romand

Un nom d’artiste intrigant, ponctué d’espaces: s e l e n n. Un univers musical envoûtant, se situant entre la pop aérienne, l’électro douce et la chanson française. Des textes en français, ce qui n’est pas une dimension à minimiser chez cet auteur-compositeur-interprète fribourgeois de trente ans. Tant nombreux sont les jeunes artistes à préférer à la langue de Molière le parler non pas de Shakespeare, mais celui, américanisé, du commerce international!

Continuer la lecture de s e l e n n, un ovni sur la scène musicale des jeunes artistes romands