Archives par mot-clé : jonas follonier

Galanterie, machisme et indifférence

Le Regard Libre N° 49 – Jonas Follonier

La galanterie est aujourd’hui considérée comme machiste, du moins par certaines féministes. Selon elles, cette forme française de savoir-vivre masculin à l’égard des femmes cacherait une vision sexiste où la femme serait traitée comme un être faible et fragile.

Or, la galanterie est une marque de civilité parmi d’autres et ne peut donc sérieusement que s’opposer à des réflexes balourds tels que le machisme ou la sauvagerie. Ce qui frappe quand on prend le métro à Lausanne ou à Paris, ce n’est pas le machisme de méchants hommes de droite blancs cis-genres occidentalo-centrés, mais tout simplement le manque de civilité de quelques «ouesh ouesh», de plus en plus nombreux. Ceux qui écartent leurs jambes en empiétant sur les autres sièges avec leur training insupportable.

Lire la suite de l’éditorial

Alexandra Lamy et José Garcia chamboulent tout

Les mercredis du cinéma – Jonas Follonier

Chamboultout réunit sous la direction d’Eric Lavaine un José Garcia en pleine forme d’acteur et une Alexandre Lamay au sourire plus doux, plus franc et plus tragique que jamais, interprétant une histoire très touchante. Un exemple de plus d’un cinéma français réussi et universel.

Lire la critique

«Alpenbier», la nouvelle star suisse des restaurants CFF

Les vendredis de la microbrasserie – Jonas Follonier

Une véritable expérience que l’aspiration buccale de cette bière inconnue venue du fin fond de la Suisse centrale et mise à l’honneur depuis peu dans les wagons restaurants des trains CFF. Voyage et surprise garantis au pays de l’alcool bio.

Lire la chronique

Des gauches inconciliables

Le Regard Libre N° 48 – Jonas Follonier

Quelques actualités illustrent une réalité politique bien peu discutée et pourtant intéressante et fondamentale: la présence dans le paysage idéologique contemporain de diverses gauches inconciliables. Voici trois exemples.

Premièrement, la loi sur la laïcité de l’Etat de Genève acceptée par la population genevoise le 10 février dernier a résulté de débats de deux ans au parlement. Le Parti socialiste, les Verts et Ensemble à gauche ont passé leur temps à taxer cette disposition légale de liberticide, discriminatoire et même islamophobe.

Lire la suite de l’éditorial

Les «Arpèges» d’une amitié, entre lettres et couleurs

Les bouquins du mardi – Jonas Follonier

Arpèges est la réunion de la peinture et du verbe. Publié chez Slatkine suite au décès de Jocelyne Gagliardi, qui fut professeur de littérature et d’histoire de l’art en Valais, cet ouvrage célèbre l’amitié de cette femme avec la peintre Isabelle Tabin-Darbellay. Par une sélection de lettres qu’elle lui a envoyées. Un véritable coup de cœur.

Lire la chronique

«Le Mystère Henri Pick»

Les mercredis du cinéma – Jonas Follonier et Lauriane Pipoz

Le mystère Henri Pick est une adaptation cinématographique du roman éponyme de David Foenkinos. Celui-ci raconte l’histoire d’un roman (encore un) dont l’auteur serait un illustre inconnu, décédé quelques années plus tôt. Rémi Bezançon signe un film réussi comptant sur la présence de Fabrice Luchini et Camille Cottin.

Lire la critique

Les bières prennent la place du vin au restaurant!

Les vendredis de la microbrasserie – Jonas Follonier

De plus en plus de restaurants proposent un choix de bières intéressant, répondant ainsi à une demande croissante des clients pour accompagner leur repas de bière. Et non pas de vin. Une petite révolution gastronomique.

Lire la chronique

En 1969, le blues psychédélique de Johnny Hallyday

Les mélodies du jeudi – Jonas Follonier

En 1969, Johnny Hallyday sortait un album qui allait devenir le sixième meilleur album de rock français selon l’édition francophone du magazine Rolling Stone. Comptant sur la participation de guitaristes de renom, Rivière… ouvre ton lit est une pépite trop méconnue où le blues se fait psychédélique.

Lire la chronique

La consommation rend heureux

Le Regard Libre N° 47 – Jonas Follonier

L’acte de consommation, au sens large, a toujours existé. La consommation de produits fabriqués par d’autres a elle-même existé depuis que l’homme est un fabriquant. Le fait de pouvoir actuellement loger dans l’appartement d’un inconnu grâce à Airbnb tandis que seul le fils de l’homo sapiens je ne sais quoi pouvait utiliser sa cuiller en bois ne change pas grand-chose à la donne. La «société de consommation» dans laquelle nous vivons est une redondance ancestrale.

Lire la suite de l’éditorial

Christophe et son «succès fou» auprès des filles

Jonas Follonier – Les mélodies du jeudi

Avec son Succès fou repris avec Nusky & Vaati et annonçant son nouvel album de duos, le chanteur français Christophe, septuagénaire à l’élégance injustifiable, s’embarque dans le hip-hop-électro autotuné. Et, étonnamment, on aime. On aime beaucoup.

Lire la critique