Archives par mot-clé : jonas follonier

«Sweet Country», un western atypique

Les mercredis du cinéma – Jonas Follonier

Le film s’ouvre sur de l’eau qui bout. De l’eau qui paraît noire, en raison de la couleur de la casserole. Couleur centrale dans Sweet Country, puisqu’il n’y aura pas d’Indiens ni de grand ouest américain : le western se déroule dans l’Australie des années 1920 et met en scène les tensions raciales de cette époque, entre aborigènes et blancs. Le vocabulaire est rude : « bétail noir », « sale négro », le film ne tarde pas à faire entendre les qualificatifs, rappelant en quelques aspects le dernier Tarantino. Le noir, c’est aussi l’obscurité d’une chambre où se passe un viol.

Continuer la lecture de «Sweet Country», un western atypique

« Altes Tramdepot », là où la bière bernoise coule à flots

Les vendredis de la microbrasserie – Jonas Follonier

Il n’y a pas qu’en Suisse romande que la bière, boisson divine s’il en est, se décline en d’innombrables formules artisanales. En Suisse allemande, plus de trois cents microbrasseries se placeront sur votre sentier du pèlerin assoiffé. Bien heureusement, depuis le mois d’avril, Le Regard Libre a pris l’initiative de faire ce chemin à votre place : nul besoin d’enfiler vos souliers et de fondre sous un soleil atroce, nous vous présentons chaque semaine des niches brassicoles fort diverses qui vous permettront directement de vous diriger vers celles qui parlent le plus à votre gorge. Oui, car si la gorge est l’instrument des chanteurs, elle aussi celui des buveurs de bière. Et vous admettrez que ces personnes-là sont souvent les mêmes.

Continuer la lecture de « Altes Tramdepot », là où la bière bernoise coule à flots

« 20 ans 100 francs », quand les portes de la culture sont ouvertes à la jeunesse

Le Regard Libre N° 40 – Loris S. Musumeci et Jonas Follonier

Vous parlez jeunesse ? Ils vous répondent culture ! L’équipe de « 20 ans 100 francs » étend son offre en donnant la possibilité aux jeunes de cinq cantons, jusqu’à vingt-et-un ans, de bénéficier de la grande majorité des événements culturels pour seulement cent francs.

Continuer la lecture de « 20 ans 100 francs », quand les portes de la culture sont ouvertes à la jeunesse

«Et Lamarck créa Darwin»

Le Regard Libre N° 40 – Jonas Follonier

Pourquoi la girafe a-t-elle un long cou ? Vous êtes-vous déjà posé cette question ? Jean-Baptiste de Lamarck est en tout le cas la première personne à y avoir apporté une réponse. C’est parce qu’il doit manger les feuilles situées sur les plus hautes branches des arbres que cet animal a acquis un long cou. Le milieu et le comportement déterminent l’espèce.

Continuer la lecture de «Et Lamarck créa Darwin»

Poelvoorde dans un « Au poste ! » totalement absurde et génial

Les mercredis du cinéma – Jonas Follonier

Au poste !, la nouvelle comédie de Quentin Dupieux, est un huis clos dans un poste de police, où le spectateur assiste à un tête-à-tête entre un garde à vue, Fugain (Grégoire Ludig) et un commissaire, Buron (Benoît Poelvoorde). Le premier est innocent, mais il est soumis à l’interrogatoire car il a appelé la police pour signaler la présence d’un cadavre au bas de son immeuble. Or, en tant que première personne à avoir vu le cadavre, il est considéré comme le suspect numéro un. C’est pour ça.

Continuer la lecture de Poelvoorde dans un « Au poste ! » totalement absurde et génial

L’Ukraine rurale dépeinte dans «When the trees fall»

Neuchâtel International Fantastic Film Festival (NIFFF) – Jonas Follonier

Le film When the trees fall, présenté en compétition internationale du NIFFF la semaine dernière, s’ouvre sur une forêt où nous allons assister à une scène d’amour entre Larysa, la protagoniste principale, et un voyou dont elle s’est éprise. La cousine de Larysa, une fillette de cinq ans, est laissée sans personne au milieu des bois. L’abandon, ce sera l’un des thèmes centraux du film, si ce n’est le thème central. Le contexte, quant à lui, est tout aussi important : l’Ukraine rurale, où il semble impossible pour les femmes de s’extraire de leur quotidien patriarcal.

Continuer la lecture de L’Ukraine rurale dépeinte dans «When the trees fall»

«Luz» vous a-t-il hypnotisés?

Neuchâtel International Fantastic Film Festival (NIFFF) – Jonas Follonier

Expérimental de part en part, Luz en aura perturbé plus d’un. Il s’agit d’un film de fin d’études, réalisé par Tilman Singer, qui a été présenté au festival international du film de Berlin avant d’être projeté au NIFFF en première suisse. Il met en scène une protagoniste portant le même nom que le film et sujette à une forme de démence. L’essentiel du long-métrage se passe dans une salle d’interrogatoire où des médecins l’hypnotisent pour lui retirer des informations sur son passé pour le moins cabossé.

Continuer la lecture de «Luz» vous a-t-il hypnotisés?

Van Morrison et Steve Winwood, deux facettes historiques du blues à Montreux

Montreux Jazz Festival – Jonas Follonier

Ce mercredi 11 juillet, Montreux a accueilli dans son célèbre auditorium chacun à leur tour deux monstres de la musique ayant ce point commun d’avoir une carrière inénarrable qui a ses racines dans le blues et les années soixante : Van Morrison et Steve Winwood. Retour sur une soirée une fois de plus magique.

« Toute la musique que j’aime, elle vient de là, elle vient du blues », disait l’autre. Oui, le blues est à l’origine de toutes les musiques qui ont véritablement compté ces dernières années, reléguant (hélas !) la musique classique au rang d’inspiration lointaine ou de distraction pour personnes d’un certain âge. Or le monde se divise en deux catégories : ceux qui aiment le jazz et ceux qui aiment le rock.

Continuer la lecture de Van Morrison et Steve Winwood, deux facettes historiques du blues à Montreux

«Muere, monstruo, muere» : mmmh ?

Neuchâtel International Fantastic Film Festival (NIFFF) – Jonas Follonier

Muere, monstruo, muere, présenté hier soir au NIFFF, fait partie de ces films dont on sort en osant se faire cette réflexion : « Je n’ai rien compris ; je suis incapable de formuler un résumé du film ; suis-je bête ? » Et ce n’est pas la seule question que l’on se pose. En voici une anthologie :

Quel était le sujet de ce long-métrage ? Pourquoi tant de laideur ? Le monstre que l’on voit à la fin du film, que symbolise-t-il ? Pourquoi sa gueule en forme de sexe féminin et sa longue queue à connotation phallique ? Est-ce un film non seulement de genre, mais aussi transgenre ? Ma question précédente était-elle vraiment une blague ? Qu’en est-il des personnages montrés à l’écran ? Sont-ils tous fous ? Pourquoi toutes ces longueurs ? Et quid des motards ?

Continuer la lecture de «Muere, monstruo, muere» : mmmh ?

«La Femme la plus assassinée du monde», le coup de cœur de notre rédaction

Neuchâtel International Fantastic Film Festival (NIFFF) – Jonas Follonier

Franck Ribière nous plonge dans le Paris des années 1930, dans un film qui fait la part belle au théâtre, à la transition avec le cinéma et aux débuts du gore. La Femme la plus assassinée du monde, le coup de cœur de notre rédaction.

Continuer la lecture de «La Femme la plus assassinée du monde», le coup de cœur de notre rédaction