Archives par mot-clé : jonathan coe

«Billy Wilder et moi», quand Jonathan Coe écrit sur la caméra

Les bouquins du mardi – Lauriane Pipoz

Le dernier ouvrage de Jonathan Coe nous parle de cinéma, de nostalgie et de jeunesse. Il nous entraîne dans les souvenirs d’une jeune Grecque présente sur le tournage tumultueux de Fedora, l’avant-dernier film de Billy Wilder. Entre le roman et le biopic, Billy Wilder et moi se détache des autres récits de l’auteur britannique et prouve ainsi qu’il sait toujours se réinventer.

Lire la suite de la critique (en libre accès)

Jonathan Coe: «C’est fascinant comme n’importe quoi peut devenir politique en un rien de temps»

Au « cœur de l’Angleterre » et des clivages

Ce contenu est réservé à nos abonnés.

Déjà un compte? Se connecter

Pas encore de compte? Voir nos formules d’abonnement

«La pluie avant qu’elle tombe»: le déterminisme selon Jonathan Coe

Les bouquins du mardi – La rétrospective – Lauriane Pipoz

Une vieille tante mystérieusement décédée dans un manoir lugubre, des cassettes entassées… La pluie avant qu’elle tombe commence auréolé de mystère. Le titre énigmatique de ce roman avait attiré mon regard il y a plus de dix ans. Si le suspense n’est pas en reste, un autre thème profond est pourtant bien plus important: le déterminisme. Décryptage d’un récit profond et émouvant.

A lire dans notre édition d’octobre (en pré-commande ici), le grand entretien de Lauriane Pipoz avec Jonathan Coe.

Lire la chronique

Jonathan Coe, le cœur déchiré par l’Angleterre des années 2010

Les bouquins du mardi – Lauriane Pipoz

Entre roman et essai politique, Jonathan Coe revient pour nous présenter les forces sous-tendant le Brexit. A travers les personnages de Bienvenue au Club et du Cercle fermé, il nous raconte le morcellement de ce pays jadis si puissant. Grâce à leurs péripéties et surtout leurs bons mots, j’ai beaucoup ri. Mais c’est pourtant l’histoire d’un effondrement que nous décrit l’auteur. Sans en avoir l’air.

Lire la critique