Archives par mot-clé : montaigne

Philippe Val: «L’humour suppose le sens du tragique»

ENTRETIEN LONG FORMAT, Jonas Follonier | Journaliste, éditorialiste, écrivain, humoriste... Et même auteur-compositeur-interprète. On ne présente plus Philippe Val, au profil aussi riche que les grandes figures des Lumières dont il se fait un ardent défenseur face aux folies du présent. Ancien directeur du journal Charlie Hebdo et de la radio France Inter, il s’est fait mieux connaître du public suisse romand depuis l’an dernier en débattant chaque semaine dans l’émission «Le PoinG» animée par Laetitia Guinand sur la chaîne genevoise Léman Bleu, où il ne manque pas une occasion de rappeler son attachement à la laïcité, à l’universalisme ou à l’Europe. Venant de publier un «Dictionnaire philosophique d’un monde sans Dieu» aux Editions de l’Observatoire, Philippe Val était un interlocuteur naturel pour tenter une définition de l’ironie, de son importance et de ses ennemis.

Ce contenu est réservé à nos abonnés.

Déjà un compte? Connexion

Pas encore de compte? Voir nos différentes formules d’abonnement (abo d’essai d’un mois gratuit)

Marc Lamunière, 100 ans et autant de leçons philosophiques

Le Regard Libre N° 73 – Jonas Follonier

Il fut le président directeur général de la Société de la Feuille d’avis de Lausanne et des Imprimeries Réunies SA, puis d’Edipresse, entreprise fondée par Paul Allenspach, l’éditeur de La Feuille d’avis de Lausanne, devenue 24 heures. Auteur du polar La peau de Sharon (2000) sous le pseudonyme de Ken Wood, il s’adonna précédemment à l’écriture sous un autre pseudo, celui de Marc Lacaze. Sous cette identité, il publia des nouvelles, des chroniques dans Le Nouveau Quotidien – devenu Le Temps après sa fusion avec Le Journal de Genève – de Jacques Pilet et un recueil, Le dessert indien (1996). Mais c’est sous son vrai nom que Marc Lamunière, grand patron de la presse romande du XXe siècle, vient de sortir un ouvrage célébrant les cent bougies qu’il a soufflées début 2021. Conçu comme une suite d’entretiens avec le journaliste Jacques Poget, Le Jardin des piqûres. Vision d’un centenaire sur sa vie, le siècle écoulé et les jours qui restent nous propose une véritable philosophie de vie, nourrie par les lectures du principal intéressé. Rencontre.

Lire l’article long format (abonnés)

«Et moi je vis toujours», le roman posthume de Jean d’Ormesson

Article inédit – Jonas Follonier

Longtemps, j’ai erré dans une forêt obscure. J’étais presque seul. Peu de voisins, pas d’amis. Pour ainsi dire pas de parents. J’ai à peine connu ma mère qui m’avait donné son lait. Je n’ai guère eu le temps de m’attacher à elle. Mon père n’était jamais là. Il se promenait, il courait les filles, il se battait, il chassait.

Lire la chronique (en libre accès)