Archives du mot-clé multiculturalisme

« Ploukitudes » : rencontre avec Jean Romain et Stéphane Berney

Le Regard Libre N° 33 – Loris S. Musumeci et Jonas Follonier

Ploukitudes donne matière à penser. L’ouvrage est bouleversant tant il touche un point intime de l’homme, à savoir son côté plouc. Il a fallu qu’un philosophe (Jean Romain) et un journaliste (Stéphane Berney) travaillent ensemble pour peindre la société dans ses revers les plus absurdes et tragiques, à travers leur analyse sociologique. Rencontre dans un café plouc de la gare de Genève.

L. M. et J. F. : Qu’est-ce qui vous a poussés à écrire ensemble le livre Ploukitudes ?

Jean Romain : Je publiais des billets sur Facebook, pour constituer une sorte de manuel pratique de ploukitudes par petits épisodes. Stéphane Berney m’a alors contacté pour m’exposer son idée de transformer cette succession de billets assez disparates en un ouvrage plus structuré.

Stéphane Berney : Il y avait quelque chose de très puissant dans ses billets. Je trouvais que c’était dommage de ne les laisser qu’à Facebook, car ce sont des idées qui résument beaucoup de choses sur la société actuelle, et on voit d’ailleurs que le livre est en train de prendre son envol.

L’idée de base, c’est le plouc. Qui est-il ?

J. R. : Le plouc n’est ni le beauf, ni le con. C’est une personne qui essaie de se mettre à la mode parce qu’elle se sent larguée. Lire la suite « Ploukitudes » : rencontre avec Jean Romain et Stéphane Berney

L’importance de l’urbanisme

Le Regard Libre N° 33 – Jonas Follonier

Le politicien, l’ingénieur, le philosophe, le scientifique ou encore le policier jouent un rôle important dans la construction d’une société sereine. Mais il en est un que l’on oublie trop souvent : l’urbaniste.

La ville mérite sa science, sa pensée. Il faut quelqu’un pour la concevoir, pour lui donner de l’importance. Toute localité, du petit bourg jusqu’à la métropole en passant par la ville de province, est une cité, et a donc une inflence sur les citoyens, sur leurs comportements, sur leur destinée.

Le problème des banlieues a été maintes fois mis sur la table : comment peut-on en arriver à une situation où, dans certaines villes, et pas forcément grandes, des quartiers entiers sont habités par une communauté étrangère, qui parle dans sa langue et fonctionne de manière autonome ? Et où, souvent, bien trop souvent, l’insécurité est de mise ? Lire la suite L’importance de l’urbanisme

La tolérance, ce n’est pas tout accepter

Un article de Jonas Follonier paru dans Le Regard Libre N° 18

Dans la philosophie politique, une question mérite qu’on y porte toute notre attention, vu les situations inédites auxquelles sont confrontées nos sociétés occidentales actuelles. Un grand changement est survenu ces dernières décennies. Il ne s’agit pas de la technologie, vieille comme le monde, ni des bouleversements écologiques, eux aussi vieux comme le monde. Non, je veux parler du politiquement correct – et ne vous dites pas à ce stade que vous avez affaire aux propos d’un extrémiste de droite un peu simplet ; les lignes que vous lisez émanent d’un libéral.

Le politiquement correct est apparu à la suite de la Seconde Guerre mondiale. L’intelligentsia européenne, qui voulait se racheter du passé colonial, esclavagiste, impérialiste et raciste de l’Europe et qui ne pouvait plus trouver refuge dans le marxisme car il avait également montré son horrible visage, se tourna vers une idéologie qui était alors l’invention de quelques penseurs mais qui désormais fait presque l’unanimité : celle consistant à dire qu’il faut respecter toutes les croyances et tous les modes de vie. L’axiome sous-jacent est que toutes les civilisations sont égales. Lire la suite La tolérance, ce n’est pas tout accepter

Le débat sur la laïcité déchire Genève

Regard sur l’actualité – Jonas Follonier

La laïcité, pour faire court, est un principe hérité du XIXe siècle qui vise à ce que l’Etat soit neutre en matière religieuse et séparé des Eglises. L’idée d’une séparation entre l’Eglise et l’Etat a bien sûr des origines lointaines (« il faut rendre à Dieu ce qui est à Dieu et à César ce qui est à César »), mais soyons clair : la laïcité telle qu’elle se manifeste (timidement, à part en France) depuis deux siècles a ses racines dans la pensée des Lumières – ne pensons qu’à Locke ou Voltaire et leurs traités sur la tolérance et l’Etat libéral.

Les républicains du XIXe siècle ont ensuite érigé la laïcité en tant que principe ; celle-ci est donc constitutive de nos Etats modernes, forgés par les radicaux en France comme en Suisse. Mais quel homme politique connaît encore l’Histoire aujourd’hui, si ce n’est quelques passionnés ? Il semble que personne ne se rend compte à quel point notre héritage bicentenaire est précieux. Lire la suite Le débat sur la laïcité déchire Genève