Tous les articles par Le Regard Libre

Revue mensuelle, depuis 2014 Pour la culture et le débat d’idées

Aux Brasseurs, là où brasserie rime avec gastronomie

Les vendredis de la microbrasserie – Max Moeschler

Dans le foisonnant paysage brassicole suisse, la désormais célèbre chaîne « Les Brasseurs » revêt un statut particulier. Elle s’inscrit en effet dans la spectaculaire montée de la bière artisanale observée ces dernières années dans tout le pays, et répond à une demande sans cesse grandissante dans ce domaine, avec une approche inédite au goût de défi : proposer des bières artisanales de qualité en accord avec des mets de saison, dans un cadre qui se veut à la fois agréablement chic et résolument convivial.

Lire la suite Aux Brasseurs, là où brasserie rime avec gastronomie

« White Lines » d’Eliza Shaddad, un single prometteur

Les mélodies du jeudi – Jorris Sermet

Un article également consultable sur LeMurDuSon.ch

Et si je vous parlais aujourd’hui d’Eliza Shaddad, vous seriez contents ? Pas le choix, de toute façon, parce que cette chanteuse à la voix sensuelle et captivante vient de sortir un premier single, White Lines, de quoi patienter avant son album intitulé Future.

Lire la suite « White Lines » d’Eliza Shaddad, un single prometteur

Johnny au cinéma, comme un ultime rendez-vous intime

Les mercredis du cinéma – Jonas Follonier

Depuis quelques années maintenant, les cinémas s’essaient à retransmettre des concerts en direct – ou en différé. Ce nouveau phénomène répond à la nécessité évidente pour les salles obscures de se réinventer et de diversifier leur offre pour survivre. Survivre, c’était aussi l’histoire d’un homme dont on a beaucoup entendu parler ces dernières semaines, et à juste titre : Johnny Hallyday. Jeudi dernier 14 juin, la Suisse romande a retransmis sur ses grands écrans le concert donné par le chanteur à l’Olympia en 2000.

A lire aussi : « Le théâtre au cinéma »

Lire la suite Johnny au cinéma, comme un ultime rendez-vous intime

Le choix de la désobéissance

Les mercredis du cinéma – Virginia Eufemi

Ronit Krushka (Rachel Weisz), talentueuse photographe exilée à New York, apprend la mort de son père, le rabbin d’une large communauté juive orthodoxe londonienne que Ronit a quitté depuis longtemps. La jeune femme décide toutefois de rentrer en Angleterre pour rendre hommage à son père. Là-bas elle retrouve ses amis d’enfance Esti (Rachel McAdams) et Dovid (Alessandro Nivola) qui se sont mariés entre-temps. Or, l’accueil est froid, voire glacial dans la communauté qui rejette la rebelle new-yorkaise en la culpabilisant de l’abandon de son père, figure de référence de la communauté. En effet, c’est Esti qui a fait appeler son ancienne amie dans l’espoir de la revoir et de ranimer leur ancienne passion, jamais éteinte dans le cœur de la jeune femme très pieuse.

Lire la suite Le choix de la désobéissance

« Le Pape François : Un homme de parole »

Les mercredis du cinéma – Loris S. Musumeci

« François, va et répare ma maison. Elle tombe en ruines. »

La forme est surprenante. On s’attendait bien à un documentaire, comme annoncé partout, mais non à la récupération d’archives de quasiment tous les voyages du pape François – et même des interventions de l’homme qu’il était avant de siéger à Rome, à savoir l’archevêque Bergoglio. On ne pensait pas non plus que le Saint-Père en personne participerait au film, se livrant à la caméra de Wim Wenders en interview.

Lire la suite « Le Pape François : Un homme de parole »

« La cité lassitude » : du fonctionnaire d’Etat ressurgit l’adolescent rêveur

Les lettres romandes du mardi – Loris S. Musumeci

« Mathias aimait la vie, mais se gardait de tout ce qui lui donnait un parfum doucereux ou consolateur. Les filles et le jazz l’attiraient davantage pour leur part de rugueux mystère que pour leur facile beauté et s’il ne papillonnait que brièvement dans le camp des fragiles conquêtes, c’est qu’il craignait encore de s’y consumer. Une part de lui était devenue méfiante et répugnait à l’abandon qui dévore. Il devinait bien qu’il était charmeur, mais il pensait devoir son attraction à l’originalité de ses idées et non à la finesse de ses traits. Son ego et ses succès le trompaient. Il était juste attachant nigaud quand il se croyait profond raisonneur. »

Lire la suite « La cité lassitude » : du fonctionnaire d’Etat ressurgit l’adolescent rêveur

L’été 86

La citation de la semaine – Loris S. Musumeci

« Tout autour on se trouble, s’inquiète, soupçonne un hic, perçoit un aveu de mes trop virulentes dénégations. Ça cache quelque chose, une plaie, une écorchure, une entorse incurable au bonheur.

Toujours j’ai donné le change, mais aujourd’hui me trouve las d’esquiver et pressé d’admettre qu’en effet il y a quelque chose qu’il ne faut pas tarder à raconter.

Le temps est venu quoi qu’il en coûte de remonter à la blessure.

De remonter à 86.

A l’été 86. »

François Bégaudeau, La blessure la vraie

© Loris S. Musumeci pour Le Regard Libre