Archives par mot-clé : sion sous les étoiles

Sion à nouveau sous les étoiles

Le Regard Libre N° 41 – Jonas Follonier et Loris S. Musumeci

Pour sa cinquième édition, le festival Sion sous les étoiles a réuni une fois de plus de grands artistes issus des différents genres populaires. Fraissinet et Julien Clerc en firent partie. Retour sur cette soirée du vendredi 13 juillet.

Lire l’article
Publicités

Hommage à Jean-Philippe Smet

Les lundis de l’actualité – Jonas Follonier

Johnny Hallyday décédé, c’est comme un cercle carré, ça n’existe pas. Et pourtant, même si Laetitia ne croyait pas elle-même à ce qu’elle écrivit cette nuit-là, ces mots annoncèrent la nouvelle au monde entier: «Mon homme n’est plus.» Au matin du 6 décembre, l’humanité sembla découvrir pour la première fois la réalité irrévocable de la mort, à l’occasion de celle du plus grand chanteur que la France ait jamais connu.

Johnny Hallyday évoque en chacun de nous au moins quelques souvenirs, parce qu’il faisait partie de nos vies, comme un membre de la famille que l’on ne rencontre pas souvent mais dont nous savons en permanence qu’il existe. Sa mort m’a d’abord renvoyé aux années de l’école primaire, où, avec un ami, nous avions reproduit à notre façon le clip de la chanson Marie. Je découvrais Johnny, qui n’allait plus jamais me quitter.

Continuer la lecture de Hommage à Jean-Philippe Smet

Sion sous les étoiles 2017 : une affiche spectaculaire

Le Regard Libre N° 30 – Jonas Follonier et Loris S. Musumeci

La quatrième édition du festival Sion sous les étoiles s’est déroulée du 12 au 16 juillet derniers sur la plaine de Tourbillon, à Sion. Cet événement valaisan est désormais un véritable rendez-vous romand. Nous y étions pour deux soirs. Nos impressions.

Si Sion sous les étoiles commence à concurrencer le géant Paléo, c’est que le festival mise sur une programmation très ambitieuse. Deux grandes stars sont à l’affiche chaque soir. Certes, cela se ressent sur les prix, oscillant entre 90.- et 110.- CHF la soirée, mais le public en a pour son argent. Le mercredi 12 juillet, ce sont Michel Sardou et Sting qui sont montés sur la scène sédunoise. Avant eux, le groupe suisse Aliose a conquis les spectateurs par sa musique lumineuse et recherchée, suivi de Slimane, vainqueur de la cinquième saison de l’émission télévisée « The Voice ».

Un Sardou cérémonieux

Continuer la lecture de Sion sous les étoiles 2017 : une affiche spectaculaire

Sion sous les étoiles : une réussite !

Le Regard Libre N° 19 – Jonas Follonier

Du 15 au 18 juillet 2016, la plaine de Tourbillon a réuni quelque 45’000 personnes pour la troisième édition du festival Sion sous les étoiles. La scène sédunoise a vu se succéder notamment L.E.J, Maître Gims, Johnny Hallyday, Black M, Francis Cabrel, UB40, Alice on the Roof, Kendji Girac, Michel Polnareff, Pony Pony Run Run ou encore Indochine. Il y en a pour toutes les générations, mais aussi pour tous les goûts. Si je m’y suis rendu du vendredi au dimanche, c’est bien pour voir mes trois plus grandes idoles : Hallyday, Cabrel et Polnareff. Comme quoi, ce ne sont pas que de vieux chanteurs pour les vieux, mais avant tout des légendes vivantes qui, à elles seules, réunissent les générations.

Et Johnny en est le meilleur exemple. Le vendredi 15 juillet 2016 restera dans l’histoire du festival, tant le public fut unanimement abasourdi par la qualité du concert que nous a présenté le Taulier. Avant lui, c’est Maître Gims qui a fait le show, et mes préjugés le concernant se sont vite estompés : en effet, il a fait valoir une voix magnifique et une musique remarquable. Or l’ambiance a bel et bien changé une fois la nuit tombée, et il est bouleversant de vivre ce moment. A 22h30, la batterie du centre de la scène s’est élevée dans les airs, laissant arriver en-dessous Johnny Hallyday dans un nuage de fumée. Celui-ci commence son concert par l’une de ses dernières chansons, Rester vivant. Cela sonne vrai, cela donne. S’ensuit, impeccablement rodée, une série de tubes que tout le monde chante : de Noir c’est noir à L’envie en passant par Requiem pour un fou, Johnny ne chante pas seul, mais avec 15’000 choristes totalement fascinés. Continuer la lecture de Sion sous les étoiles : une réussite !