Archives par mot-clé : Suisse romande

Les brasseurs, derrière le cliché, des bières artisanales

Les vendredis de la microbrasserie – Nicolas Jutzet

L’aventure de la chaîne Les Brasseurs remonte à 1997. Partie de Genève, elle s’étend désormais au travers de la Suisse romande. Pour preuve, son dernier établissement ouvert en 2015 à Sion. Manque encore le canton de Fribourg et le Jura, pour prendre parfaitement ses marques en Suisse romande. Toutefois, l’aspect artisanal de cette entreprise échappe parfois au passant. Pourtant, les bières sont brassées sur place, au vu et au su du client. Tout le processus est effectué sur place! L’aspect grandiloquent des établissements, le va-et-vient continu et l’aspect faussement international d’une partie de la carte expliquent sans doute cela. Une sorte de déconnexion entre la réalité et l’impression laissée.

Continuer la lecture de Les brasseurs, derrière le cliché, des bières artisanales

« 20 ans 100 francs », quand les portes de la culture sont ouvertes à la jeunesse

Le Regard Libre N° 40 – Loris S. Musumeci et Jonas Follonier

Vous parlez jeunesse ? Ils vous répondent culture ! L’équipe de « 20 ans 100 francs » étend son offre en donnant la possibilité aux jeunes de cinq cantons, jusqu’à vingt-et-un ans, de bénéficier de la grande majorité des événements culturels pour seulement cent francs.

Continuer la lecture de « 20 ans 100 francs », quand les portes de la culture sont ouvertes à la jeunesse

« Venir grand sans virgules », la fraîcheur de la simplicité

Les lettres romandes du mardi – Jonas Follonier

Parfois il suffit d’être l’un à côté de l’autre en silence ça me fait le même effet que de m’asseoir au pied du noyer en rentrant de l’école on accepte de ne pas ouvrir la bouche et le vide n’existe plus.
On est là.

C’est simple. C’est d’une beauté primordiale. C’est d’une fraîcheur apaisante et rassurante. C’est le premier roman de Myriam Wahli, publié aux Editions de l’Aire. Née en 1989 dans le Jura Bernois, cette jeune auteur romande a réuni vingt-et-un chapitres de quelques pages chacun pour en faire un ouvrage à l’écriture singulière. Sans virgules, comme l’indique son titre, Venir grand sans virgules raconte l’enfance. L’enfance de l’auteur ? Peu importe. L’enfance tout court, qui se reflète dans l’écriture et les associations d’idées. Continuer la lecture de « Venir grand sans virgules », la fraîcheur de la simplicité