Archives par mot-clé : Suisse romande

Discussion avec Georges Grbic

Le Regard Libre N° 57 – Ivan Garcia

Série «Les aventures de la scène», épisode #4

De la tragédie antique à la déclamation en alexandrins, caractéristique du théâtre classique, en passant par le théâtre de texte du XIXe siècle jusqu’à l’avènement de la mise en scène et de la performance contemporaines, le genre dramatique a connu bien des (contre-)révolutions et des évolutions. A chaque épisode, le feuilleton «Les aventures de la scène» propose de placer la focale sur une compagnie ou un artiste, qu’il soit dramaturge, scénariste, metteur en scène, danseur ou autres, ou encore des théoriciens de l’art du spectacle qui ont tous, d’une manière ou d’une autre, contribué à façonner le théâtre tel qu’on le conçoit aujourd’hui en tant que manière spécifique que possèdent les hommes de raconter des histoires.

Le milieu théâtral romand compte des personnalités diverses et variées. Parmi celles-ci, nous y trouvons notamment des artistes qui, au cours de leur trajectoire, endossent plusieurs casquettes : comédien, chorégraphe, metteur en scène, directeur de théâtre ou encore dramaturge, pour n’en citer que quelques-unes. Parfois, chose plus rare, il arrive qu’un artiste soit autant à l’aise avec l’art qu’avec les ficelles plus pragmatiques et engagées de son métier telles que l’action syndicale. Pour ce quatrième épisode, Le Regard Libre a donc choisi de vous présenter un entretien avec une personnalité bien connue du milieu romand des arts de la scène: Georges Grbic.

Lire l’entretien
Publicités

La Marmotte, une bière de montagne

Les vendredis de la microbrasserie – Florent Aymon

Nous nous retrouvons en cette année 2019 pour découvrir de nouvelles brasseries suisses romandes. Maintenant que vous savez tout sur la fabrication d’une bière artisanale (voir l’article de la semaine dernière), nous nous rendons en Valais pour déguster une bière portant un nom très local, La Marmotte.

Continuer la lecture de La Marmotte, une bière de montagne

Les Brasseurs: derrière le cliché, des bières artisanales

Les vendredis de la microbrasserie – Nicolas Jutzet

L’aventure de la chaîne Les Brasseurs remonte à 1997. Partie de Genève, elle s’étend désormais au travers de la Suisse romande. Pour preuve, son dernier établissement ouvert en 2015 à Sion. Manque encore le canton de Fribourg et le Jura, pour prendre parfaitement ses marques en Suisse romande. Toutefois, l’aspect artisanal de cette entreprise échappe parfois au passant. Pourtant, les bières sont brassées sur place, au vu et au su du client. Tout le processus est effectué sur place! L’aspect grandiloquent des établissements, le va-et-vient continu et l’aspect faussement international d’une partie de la carte expliquent sans doute cela. Une sorte de déconnexion entre la réalité et l’impression laissée.

Continuer la lecture de Les Brasseurs: derrière le cliché, des bières artisanales

« 20 ans 100 francs », quand les portes de la culture sont ouvertes à la jeunesse

Le Regard Libre N° 40 – Loris S. Musumeci et Jonas Follonier

Vous parlez jeunesse ? Ils vous répondent culture ! L’équipe de « 20 ans 100 francs » étend son offre en donnant la possibilité aux jeunes de cinq cantons, jusqu’à vingt-et-un ans, de bénéficier de la grande majorité des événements culturels pour seulement cent francs.

Continuer la lecture de « 20 ans 100 francs », quand les portes de la culture sont ouvertes à la jeunesse

«Venir grand sans virgules», la fraîcheur de la simplicité

Les lettres romandes du mardi – Jonas Follonier

«Parfois il suffit d’être l’un à côté de l’autre en silence ça me fait le même effet que de m’asseoir au pied du noyer en rentrant de l’école on accepte de ne pas ouvrir la bouche et le vide n’existe plus.
On est là.»

C’est simple. C’est d’une beauté primordiale. C’est d’une fraîcheur apaisante et rassurante. C’est le premier roman de Myriam Wahli, publié aux Editions de l’Aire. Née en 1989 dans le Jura Bernois, cette jeune auteur romande a réuni vingt-et-un chapitres de quelques pages chacun pour en faire un ouvrage à l’écriture singulière. Sans virgules, comme l’indique son titre, Venir grand sans virgules raconte l’enfance. L’enfance de l’auteur? Peu importe. L’enfance tout court, qui se reflète dans l’écriture et les associations d’idées.

Continuer la lecture de «Venir grand sans virgules», la fraîcheur de la simplicité