Archives par mot-clé : thierry fivaz

Lettre à un ami (pastiche philosophique)

Le Regard Libre N° 46 – Thierry Fivaz

C’est une situation gênante que l’on connaît tous. N’importe qui de socialement équilibré a dû y être confronté au moins une fois dans sa vie. Cet étrange malaise qui survient lorsqu’un cher ami dit une connerie. Le mien, d’ami, en dit plutôt rarement, des conneries. J’entends par connerie non pas les petites boutades ou autres calembours que l’on se dit entre copains. Non, j’entends par connerie une proposition assertée avec sincérité, en public qui plus est, par une personne qui la croit vraie – peut-il même arriver que cette personne soit justifiée à croire qu’elle est vraie.

Continuer la lecture de Lettre à un ami (pastiche philosophique)

«Glass»: un drôle de cocktail

Les mercredis du cinéma – Thierry Fivaz

C’est un exercice surprenant auquel s’est prêté le réalisateur M. Night Shyamalan: offrir en un seul long-métrage la suite de deux films, Incassable (2000) et Split (2017). Aucun mot supplémentaire n’est nécessaire pour que d’emblée, cette étrange genèse fasse de Glass un objet cinématographique particulier. Aussi rare qu’intrigant. Le cinéaste s’en expliquait dans les colonnes du journal Le Monde: Glass, «c’est la suite de deux films, tournés dans deux studios différents à presque vingt ans de distance, avec deux générations de personnages et d’acteurs». Si M. Night Shyamalan n’avait jamais caché son désir de donner une suite à Incassable, il dut attendre presque vingt années pour s’offrir cette suite tant rêvée.

Continuer la lecture de «Glass»: un drôle de cocktail

Houllebecq marié: la possibilité d’une fuite

Le Regard Libre N° 45 – Thierry Fivaz

Le 21 septembre dernier, l’écrivain Michel Houellebecq s’est marié. L’heureuse élue se prénomme Qianyum Lysis Li et a vingt ans de moins que lui. Si, la plupart du temps, un mariage est un événement sans intérêt et sans grandes conséquences dans la vie des individus, celui-ci n’aurait-il pas des effets potentiellement catastrophiques pour l’auteur des Particules élémentaires? Car, comment peut-on rester un écrivain cynique, désabusé, défaitiste, nihiliste, bref: comment Michel peut-il être Houellebecq si Michel nage dans le bonheur? Continuer la lecture de Houllebecq marié: la possibilité d’une fuite

«Pupille»: l’adoption ou la promesse de l’aube

Les mercredis du cinéma – Thierry Fivaz

Une jeune femme (Leïla Muse) se présente seule à l’accueil d’un hôpital d’une ville française. Elle est enceinte. De combien de semaines exactement? Elle l’ignore. Elle n’a pas voulu de suivi de grossesse. Ce qu’elle sait en revanche, c’est que son accouchement est imminent et que l’enfant qu’elle est sur le point de mettre au monde, elle n’en veut pas. Cet enfant, elle lui donne un nom: Théo. En l’état, le nourrisson ne peut être adopté. Durant deux mois, sa génitrice peut en effet revenir sur sa décision. Il faut donc lui trouver une famille provisoire avant que le Service d’adoption puisse lui trouver, enfin, de vrais parents.

Continuer la lecture de «Pupille»: l’adoption ou la promesse de l’aube

«Voyage à Yoshino (Vision)»: un shinrin-yoku

Les mercredis du cinéma – Thierry Fivaz

Alors que la fin de l’été approche, Jeanne (Juliette Binoche) s’envole pour le Japon. La raison de ce périple est une plante rare aux vertus prétendument miraculeuses: la vision. Celle-ci aurait comme propriété de mettre un terme aux douleurs humaines et se trouverait dans la magnifique forêt de Yoshino. Alors qu’elle mène ses recherches, Jeanne fait la rencontre de Tomo (Masatoshi Nagase), un garde forestier en qui elle revoit un amour passé.

Continuer la lecture de «Voyage à Yoshino (Vision)»: un shinrin-yoku

«Silvio et les autres», l’art du faux

Les mercredis du cinéma – Thierry Fivaz

Avec Silvio et les autres, Paolo Sorrentino nous livre un film riche et particulièrement déroutant. Et comme grand nombre de ses films, faudra-t-il probablement plusieurs visionnages pour envisager, digérer, dans toute sa mesure, cet étrange objet que nous offre une fois de plus le cinéaste italien.

Continuer la lecture de «Silvio et les autres», l’art du faux

«First Man: le premier homme sur la lune», Armstrong l’extra-terrestre

Les mercredis du cinéma – Thierry Fivaz

Le 21 juillet prochain, les États-Unis célébreront un jubilé particulier: celui des premiers pas sur la lune de Neil Armstrong. Une épopée historique que Damien Chazelle a décidé de porter à l’écran. Mais alors que le cinéma de science-fiction tend à banaliser les vols spatiaux, First Man nous rappelle que la réalité se situe encore à des années-lumière de la fiction. Soulignant d’autant plus l’exploit qu’accomplirent les astronautes de la mission Apollo 11.

Continuer la lecture de «First Man: le premier homme sur la lune», Armstrong l’extra-terrestre

«Croisées»: entre matière et mémoire

Les mercredis du cinéma – Thierry Fivaz

Au soir du lundi 8 octobre, il régnait au cinéma Apollo de Neuchâtel une véritable effervescence. Pour la seconde fois de son histoire, l’association Pierrot Productions avait convié ses sponsors, partenaires et amis à venir découvrir en avant-première son nouveau court-métrage intitulé Croisées.

Continuer la lecture de «Croisées»: entre matière et mémoire

La Panne

Le Regard Libre N° 41 – Thierry Fivaz

Quelle ne fut pas ma stupeur lorsque mon ami et rédacteur en chef de la présente revue me rappela qu’il fallait que je lui rende, pour l’édition de ce mois, une chronique. Un exercice qui d’ordinaire m’aurait réjoui mais qui là, honnêtement, me plongea dans un profond embarras. L’air marin a toujours eu sur moi des vertus apaisantes, presque anesthésiantes. Et depuis trois semaines que j’en inspire à haute dose, me voilà transformé en un être calme et serein. Autrement dit : un être insipide, sans intérêt et particulièrement ennuyeux.

Continuer la lecture de La Panne

NIFFF 2018 : un millésime varié

Le Regard Libre N° 41 – Thierry Fivaz

Pour sa dix-huitième édition, le Neuchâtel International Fantastic Film Festival (NIFFF) a mis les petits plats dans les grands. Pour son passage à l’âge adulte, le festival s’est offert la venue d’un David Cronenberg flamboyant pour présider son jury international et s’est également fait plaisir en installant son splendide Open Air à la place des Halles de Neuchâtel, renforçant encore davantage son lien à la cité. Mais la maturité du NIFFF irradie également à travers sa programmation riche et éclectique : cent quatre longs-métrages et soixante courts-métrages diffusés en neuf jours.

Continuer la lecture de NIFFF 2018 : un millésime varié