Archives par mot-clé : thierry fivaz

« Joueurs » – rien ne va plus !

Les mercredis du cinéma – Thierry Fivaz

Pour son premier long-métrage, la jeune et prometteuse réalisatrice Marie Monge poursuit l’exploration qu’elle avait débuté avec Marseille la nuit, moyen-métrage nommé aux César 2014, et pose à nouveau son regard sur cette troisième France. Cette France oubliée, celle des bas quartiers, des voyous et des durs aux cœurs tendres. Car si avec Joueurs Marie Monge nous raconte une histoire d’amour, celle entre Abel (Tahar Rahim), une petite frappe accro aux jeux, et Ella (Stacy Martin), une jeune femme perdue, il s’agit aussi et surtout d’une histoire d’addiction(s) ayant pour cadre les cercles de jeux parisiens.

Continuer la lecture de « Joueurs » – rien ne va plus !

« Under the silver Lake » – mouffette, branlette, fumette : une bonne recette !

Neuchâtel International Fantastic Film Festival (NIFFF) – Thierry Fivaz

Under the silver lake est un véritable hommage au cinéma et à la culture populaire américaine. Présenté dans le cadre de la compétition internationale au NIFFF, c’est un film aussi étrange qu’amusant ; une véritable chasse au trésor avec un idiot attachant. Continuer la lecture de « Under the silver Lake » – mouffette, branlette, fumette : une bonne recette !

«Kasane – beauty and fate», ou la bénédiction de la beauté

Neuchâtel International Fantastic Film Festival (NIFFF) – Thierry Fivaz

« La beauté est une bénédiction : elle permet de tout obtenir… même quand elle n’est qu’illusion ».

Le mercredi 11 juillet, le NIFFF a présenté en première mondiale Kasane – beauty and fate, une merveilleuse adaptation du manga de Daruma Matsuura récompensé par le Prix RTS du Public.

Continuer la lecture de «Kasane – beauty and fate», ou la bénédiction de la beauté

«I kill giants»: lapin crétin

Neuchâtel International Fantastic Film Festival (NIFFF) – Thierry Fivaz

Pour son premier long-métrage, le jeune réalisateur Anders Walter livre une adaptation un peu poussive de la bande dessinée éponyme de Joe Kelly et Ken Niimura, I kill giants. Présenté au NIFFF en première suisse, I kill giants est un film sur la peur. Ou plutôt, sur la manière dont peuvent se chasser les peurs quand on est encore adolescent.

Continuer la lecture de «I kill giants»: lapin crétin

« Tigers are not afraid » : flingues et tigre en peluche

Neuchâtel International Fantastic Film Festival (NIFFF) – Thierry Fivaz

Pour son troisième long-métrage, la réalisatrice mexicaine Issa Lopez nous conte l’épopée d’un groupe d’enfants perdus qui, de toit en toit, tente de s’extraire d’un monde qui n’est pas fait pour eux.

Continuer la lecture de « Tigers are not afraid » : flingues et tigre en peluche

«La Femme la plus assassinée du monde», le coup de cœur de notre rédaction

Neuchâtel International Fantastic Film Festival (NIFFF) – Jonas Follonier

Franck Ribière nous plonge dans le Paris des années 1930, dans un film qui fait la part belle au théâtre, à la transition avec le cinéma et aux débuts du gore. La Femme la plus assassinée du monde, le coup de cœur de notre rédaction.

Continuer la lecture de «La Femme la plus assassinée du monde», le coup de cœur de notre rédaction

« Pig (khook) » : vous allez liker !

Neuchâtel International Fantastic Film Festival (NIFFF) – Thierry Fivaz

La vie est injuste ! Alors que ses confrères réalisateurs se font décapiter et ont la chance de faire les unes des journaux télévisés, personne ne semble accorder la moindre attention à Hasan Kasmai, réalisateur lui aussi.

Continuer la lecture de « Pig (khook) » : vous allez liker !

« Hereditary » : on en perd la tête !

Neuchâtel International Fantastic Film Festival (NIFFF) – Thierry Fivaz

Avec Hereditary (film en compétition internationale), le jeune réalisateur new-yorkais Ari Aster réussit son pari : celui de nous faire perdre la tête et de nous glacer le sang.

Continuer la lecture de « Hereditary » : on en perd la tête !

Pour en finir avec l’été

Thierry Fivaz – Le Regard Libre N° 38

Il suffit de prendre le bus, le train ou simplement de déambuler dans les rues pour savoir qu’elle est arrivée. Le parfum laiteux de la crème solaire et l’odeur acidulée de transpiration laissaient peu de place au doute ; sa venue était imminente. Défiant l’entendement, les habitudes et les statistiques, c’est sans aucun respect des saisons qu’avril et ses températures estivales enfoncèrent le clou. Le mal était fait et plus tôt qu’à l’ordinaire. Aucun moyen d’y échapper ; nous voilà contraints et forcés, comme chaque année, de la supporter : l’effervescence de l’été.

Continuer la lecture de Pour en finir avec l’été

« Amour et Psyché » d’Omar Porras, un voyage dans l’empyrée

Le Regard Libre N° 38 – Thierry Fivaz

Les 27 et 28 mars derniers était présenté au Théâtre du Passage, à Neuchâtel, Amour et Psyché. Première création d’Omar Porras pour le TKM (2017) : retour sur un moment d’émerveillement.

Il y avait une fois une jeune femme qui s’appelait Psyché. Fille de roi, Psyché était si belle et si pure que son insolente et incomparable beauté en vint à provoquer la colère de Vénus, déesse de l’amour et de la beauté. Responsables du courroux divin : les charmes de la jeune femme. Ces derniers étaient si rares et si merveilleux qu’ils en allaient jusqu’à faire perdre la raison à ceux qui les avaient contemplés. Emerveillés, les hommes en vinrent à croire qu’ils tenaient en la jeune femme une Vénus nouvelle – et mortelle. C’est ainsi que, progressivement, les autels de la divinité furent délaissés au profit de ceux que l’on érigea en l’honneur de Psyché.

Continuer la lecture de « Amour et Psyché » d’Omar Porras, un voyage dans l’empyrée