Archives par mot-clé : thierry fivaz

«Cœurs ennemis»: la justesse des sentiments

Les mercredis du cinéma – Thierry Fivaz & Virginia Eufemi

Hambourg, 1945. La guerre est finie, les Alliés tentent d’instaurer l’ordre dans une Allemagne qui n’est plus que cendres et débris. Les gens ont faim et les révoltes se succèdent, tandis que les corps sont encore chauds sous les décombres. 

Continuer la lecture de «Cœurs ennemis»: la justesse des sentiments
Publicités

Michel Houellebecq: «Sérotonine»

Arrivé dans les librairies le 4 janvier dernier, le septième roman de l’auteur superstar Michel Houellebecq, Sérotonine, se fait des plus déchirants. L’auteur nous raconte l’histoire d’un homme, Florent-Claude, ingénieur agronome de quarante-six ans qui n’a pas su saisir sa chance et qui est passé, stupidement, naïvement, à côté de sa vie. Mais au-delà de l’histoire d’un destin gâché, Michel Houellebecq confirme une fois de plus, pour certains des talents prophétiques, pour d’autres qu’il possède réellement un regard fin et particulièrement aiguisé sur le monde d’aujourd’hui.

Lire l’article

Le jour où mon Robot m’aimera…

Le Regard Libre N° 48 – Thierry Fivaz

Présenté pour la première fois en octobre 2018 au théâtre de Pully, Le robot qui m’aimait, objet composite – à la fois procès surréaliste et pièce de théâtre – s’est invité le 17 janvier dernier en terre genevoise au bâtiment des Forces Motrices. L’occasion de nous interroger sur les enjeux de l’intelligence artificielle dans notre société.

Lire l’article

Captain Marvel: La femme rompue

Les mercredis du cinéma – Thierry Fivaz

Pour leur vingt-et-unième film, les studios Marvel retracent l’histoire de Carol Danvers, ancienne pilote de l’US Air Force et qui deviendra l’un des personnages les plus puissants que l’univers Marvel n’ait jamais compté.

Continuer la lecture de Captain Marvel: La femme rompue

«The Wife»: amour courtois

Les mercredis du cinéma – Thierry Fivaz

Alors qu’il se voit décerner le prix Nobel de littérature, Joseph Castleman et son épouse Joan exultent. Mais sous les apparences convenues du couple règnent des non-dits, des mensonges et des secrets. De la rancœur aussi. Un ensemble de choses – leur histoire finalement – qui va venir colorer et alourdir ce qui devait pourtant être vécu comme un triomphe. 

Continuer la lecture de «The Wife»: amour courtois

Lettre à un ami (pastiche philosophique)

Le Regard Libre N° 46 – Thierry Fivaz

C’est une situation gênante que l’on connaît tous. N’importe qui de socialement équilibré a dû y être confronté au moins une fois dans sa vie. Cet étrange malaise qui survient lorsqu’un cher ami dit une connerie. Le mien, d’ami, en dit plutôt rarement, des conneries. J’entends par connerie non pas les petites boutades ou autres calembours que l’on se dit entre copains. Non, j’entends par connerie une proposition assertée avec sincérité, en public qui plus est, par une personne qui la croit vraie – peut-il même arriver que cette personne soit justifiée à croire qu’elle est vraie.

Continuer la lecture de Lettre à un ami (pastiche philosophique)

«Glass»: un drôle de cocktail

Les mercredis du cinéma – Thierry Fivaz

C’est un exercice surprenant auquel s’est prêté le réalisateur M. Night Shyamalan: offrir en un seul long-métrage la suite de deux films, Incassable (2000) et Split (2017). Aucun mot supplémentaire n’est nécessaire pour que d’emblée, cette étrange genèse fasse de Glass un objet cinématographique particulier. Aussi rare qu’intrigant. Le cinéaste s’en expliquait dans les colonnes du journal Le Monde: Glass, «c’est la suite de deux films, tournés dans deux studios différents à presque vingt ans de distance, avec deux générations de personnages et d’acteurs». Si M. Night Shyamalan n’avait jamais caché son désir de donner une suite à Incassable, il dut attendre presque vingt années pour s’offrir cette suite tant rêvée.

Continuer la lecture de «Glass»: un drôle de cocktail

Houllebecq marié: la possibilité d’une fuite

Le Regard Libre N° 45 – Thierry Fivaz

Le 21 septembre dernier, l’écrivain Michel Houellebecq s’est marié. L’heureuse élue se prénomme Qianyum Lysis Li et a vingt ans de moins que lui. Si, la plupart du temps, un mariage est un événement sans intérêt et sans grandes conséquences dans la vie des individus, celui-ci n’aurait-il pas des effets potentiellement catastrophiques pour l’auteur des Particules élémentaires? Car, comment peut-on rester un écrivain cynique, désabusé, défaitiste, nihiliste, bref: comment Michel peut-il être Houellebecq si Michel nage dans le bonheur? Continuer la lecture de Houllebecq marié: la possibilité d’une fuite

«Pupille»: l’adoption ou la promesse de l’aube

Les mercredis du cinéma – Thierry Fivaz

Une jeune femme (Leïla Muse) se présente seule à l’accueil d’un hôpital d’une ville française. Elle est enceinte. De combien de semaines exactement? Elle l’ignore. Elle n’a pas voulu de suivi de grossesse. Ce qu’elle sait en revanche, c’est que son accouchement est imminent et que l’enfant qu’elle est sur le point de mettre au monde, elle n’en veut pas. Cet enfant, elle lui donne un nom: Théo. En l’état, le nourrisson ne peut être adopté. Durant deux mois, sa génitrice peut en effet revenir sur sa décision. Il faut donc lui trouver une famille provisoire avant que le Service d’adoption puisse lui trouver, enfin, de vrais parents.

Continuer la lecture de «Pupille»: l’adoption ou la promesse de l’aube

«Voyage à Yoshino (Vision)»: un shinrin-yoku

Les mercredis du cinéma – Thierry Fivaz

Alors que la fin de l’été approche, Jeanne (Juliette Binoche) s’envole pour le Japon. La raison de ce périple est une plante rare aux vertus prétendument miraculeuses: la vision. Celle-ci aurait comme propriété de mettre un terme aux douleurs humaines et se trouverait dans la magnifique forêt de Yoshino. Alors qu’elle mène ses recherches, Jeanne fait la rencontre de Tomo (Masatoshi Nagase), un garde forestier en qui elle revoit un amour passé.

Continuer la lecture de «Voyage à Yoshino (Vision)»: un shinrin-yoku