Archives par mot-clé : xénophobie

Xénophobes, les Suisses? Non, mais réalistes en matière d’immigration

Article inédit – Marco Polli

Sur le plateau de la RTS, le 13 janvier dernier, le sociologue français Ugo Palheta suggérait que les initiatives «xénophobes» acceptées en Suisse participaient au retour du fascisme en Europe. Plus largement et au-delà de la question de l’islam et de l’islamisme, il n’est pas rare que les Helvètes soient accusés d’hostilité – en tout cas politique – envers l’immigration. C’est là ne rien comprendre à la volonté de ce peuple, qui a doté son pays d’une véritable politique d’accueil des étrangers. Comment? A la fois en refusant six initiatives xénophobes au cours des 50 dernières années et en acceptant plus récemment les conditions pour que la Suisse ne devienne pas une auberge espagnole.

Lire l’analyse (en libre accès)

Oui à l’Union européenne, mais réformée

ARTICLE LONG FORMAT, Diego Taboada | Les élections européennes de 2019 sont présentées dans la plupart des médias comme un référendum pour ou contre l’immigration. Pourquoi ne pas plutôt y voir une opportunité de repenser le système dans son ensemble et de proposer enfin des réformes pour sauver l’Union européenne?

Ce contenu est réservé à nos abonnés.

Déjà un compte? Connexion

Pas encore de compte? Voir nos différentes formules d’abonnement (abo d’essai d’un mois gratuit)

Francophobie: ça suffit!

Le Regard Libre N° 19 – Jonas Follonier

Il est courant d’entendre, dans nos Républiques helvétiques, des insultes à l’encontre des Français. Une fois sur deux, il faut bien l’avouer, un certain agacement face au comportement de touristes français faisant preuve d’irrespect, d’arrogance ou encore de chauvinisme est totalement justifié. Mais une insulte n’est jamais justifiée.

Et ce foisonnement d’insultes est d’autant plus condamnable qu’il s’agit bel et bien de xénophobie: «frouze», «Français de merde», «couillon de Français» ou seulement «Français» prononcé avec le mépris d’un rustre montagnard, témoignent d’une haine des Français en tant que tels. Le Français est «con» précisément parce qu’il est Français.

Lire la suite de l’éditorial (en libre accès)