Des compagnies trop polluantes poursuivies en justice par la ville de New York

Les lundis de l’actualité – Hélène Lavoyer

Bill de Blasio, fraîchement réélu à son poste de maire de la ville de New York, a annoncé mercredi 10 janvier avoir entamé une procédure judiciaire à l’encontre de cinq grandes compagnies pétrolières. Le motif de cette démarche ? Ces compagnies contribuent au réchauffement climatique.

« Nous menons le combat contre le changement climatique en nous attaquant directement aux compagnies d’énergie fossile, qui connaissaient les effets et ont intentionnellement induit en erreur le public afin de protéger leurs profits. »

En effet, les responsables de la Grosse Pomme réclament plusieurs milliards afin de dédommager la ville pour les dégâts passés, présents et futurs dûs au changement climatique – augmentation du niveau de l’océan, températures grimpantes ou encore catastrophes naturelles plus colériques qu’auparavant.

Le même jour, de Blasio et Scott Stringer (contrôleur des comptes de la ville) déclaraient leur intention de retirer 5 milliards des fonds de pension investis dans l’industrie des combustibles fossiles. Le montant total de 189 milliards de dollars serait ainsi revu à la baisse, et représenterait le plus grand désinvestissement de l’histoire des municipalités états-uniennes. L’objectif serait d’exempter les pensions publiques d’énergies fossiles d’ici à 2022.

Le début de la fin pour les secteurs pétrolier, du charbon ou du gaz ? Cela n’est pas impossible, puisque cette réduction n’est pas un cas isolé ; les assurances Swisse Re ou Allianz et les universités d’Oxford (Angleterre) ou de Stanford (Californie) ont également pris des mesures afin de désinvestir des fonds destinés à ce secteur.

Quoiqu’il soit positif que le maire engage de réelles actions afin de provoquer un changement dans le monde politique, ces mesures ne seraient-elles pas prématurées ? Linda Kelly, avocate américaine, a déclaré à ce sujet que l’attaque survenait ironiquement « à un moment pendant lequel les New-Yorkais sont dépendants du gaz naturel ainsi que d’huile de chauffage (issue du pétrole) afin de faire face au froid extrême de cette période hivernale. »

Outre la question de la viabilité, les avis divergent ; d’un côté, les louanges de Monsieur de Blasio sont chantées par les militants écologistes, pour son courage. De l’autre, son action n’est perçue que comme un stratagème afin d’augmenter sa cote de popularité.

Du côté des accusés, le silence règne en maître. À l’exception de la compagnie Shell, dont un représentant – Curtis Smith – a déclaré que le changement climatique « est un phénomène sociétal complexe qui devrait être abordé avec une politique gouvernementale saine. » Bien que nous accordions raison à cette déclaration, aucune réforme ne survient sans d’exceptionnelles mesures, et son partenariat avec Shell manipule immanquablement son discours.

Une chose reste certaine : cette première offensive contre l’industrie de l’énergie fossile aura marqué les esprits, et il est souhaitable que d’autres actions politiques s’y joignent. Devant l’urgence de la situation – les côtes du monde entier doivent déjà faire face aux problèmes liés à l’augmentation du niveau de l’eau –, une telle action et même sans résultats immédiats convaincra peut-être de la nécessité de fournir aux énergies renouvelables un tout nouveau potentiel.

Sources :

https://www.cbsnews.com/amp/news/pension-funds-in-nyc-taking-steps-to-divest-fossil-fuels/

https://www.positive.news/2018/environment/30905/new-york-divests-from-fossil-fuels-and-files-climate-lawsuit-against-major-polluters/

https://www.commondreams.org/newswire/2018/01/10/mayor-de-blasio-announces-goal-divest-new-york-city-fossil-fuels

https://www.6sqft.com/trump-buildings-rank-as-some-of-the-biggest-polluters-in-nyc/

https://www.youtube.com/watch?v=gawx1DoVGI8

Ecrire à l’auteur : lavoyer.helene@gmail.com 

Crédit photo : © nypost.com

Laisser un commentaire