« Deadpool 2 », le retour de l’anti-héros comique

 Les mercredis du cinéma – Marina De Toro

Deux ans après le film Deadpool, Ryan Reynolds revient vêtu de son costume rouge pour interpréter le fameux anti-héros Marvel dans Deadpool 2 réalisé par David Leitch. La sortie du premier film avait séduit le public étant donné l’originalité du concept issu des comics.

Wade Wilson, mercenaire réputé, se retrouve défiguré, mais surpuissant après un traitement extrêmement violent contre son cancer généralisé. Désormais surnommé Deadpool, Wade devient le mercenaire le plus redouté du monde, mais plusieurs événements vont le pousser à collaborer avec le groupe de super-héros qu’il fuit depuis longtemps, les X-Men.

Un orphelinat de mutants est en danger à cause d’un jeune garçon, Russell, en colère contre l’établissement et qu’il menace de détruire avec son pouvoir pyromane. Les X-Men et Deadpool se rendent immédiatement sur place pour canaliser le jeune garçon. Très vite, l’anti-héros ressent le besoin de protéger Russell, car il est doublement menacé par un orphelinat violent et par Cable (Josh Brolin), un homme venu du futur pour traquer et éliminer le jeune mutant…

Un anti-héros tout de même héroïque

Alors que Deadpool revendiquait clairement son indépendance dans le premier film, il se retrouve à rejoindre un groupe de super-héros auquel il ne s’identifie pas. De plus, il va former lui-même une équipe surnommée « X-Force », qui doit mener à bien une opération pour sauver Russell. Ce changement est étonnant de la part de Deadpool qui est un personnage très arrogant, orgueilleux et solitaire. De ce fait, on ressent comme un tournant héroïque de la part de cet anti-héros, complètement déjanté et imprévisible d’ailleurs, qui se considérait uniquement comme le meilleur assassin.

Cette fois, Deadpool se remet en question et cherche un sens à son existence ce qui rajoute une complexité supplémentaire à ce personnage si obscur. Néanmoins, les fans d’humour noir et d’absurde ne seront pas déçus, car même si Deadpool s’attache quelque peu à l’héroïsme, il ne s’éloigne en aucun cas de son comportement dérangé et de son ironie légendaire.

Des références et de l’action

Deadpool est non seulement un divertissement et un film d’action, mais il est surtout un nid qui prolifère de références liées à l’univers du cinéma et de la pop-culture. Il est donc difficile de saisir les blagues ou les références sans avoir pris connaissance des films de super-héros ou d’être familiarisé avec la culture populaire. L’abondance de références était déjà impressionnante dans le premier film, mais Deadpool 2 enchaîne les signes et les clins d’œil presque à la minute près !

En plus de la quantité, la longue liste des références est très variée se situant environ entre la critique de Green Lantern et une chanson de Céline Dion en générique. Sans oublier, évidemment, la présence éclair et toujours habile de Stan Lee. Néanmoins, le monopole des plaisanteries fait parfois un peu de l’ombre à la personnalité initialement sombre et les pouvoirs potentiellement destructeurs de Deadpool.

Concrètement, Deadpool 2 offre ce qu’on pouvait s’attendre après le premier film de 2016. Notamment des scènes d’action de plus en plus abouties, un scénario peu recherché mais digne de cet univers, des scènes grotesques et beaucoup d’humour noir. La plupart de ces éléments sont les facteurs du succès du phénomène Deadpool, mais c’est aussi parce qu’il propose à ses spectateurs de se plonger un moment dans un monde décalé sans se poser la question de la normalité ou de la bienséance.

Ecrire à l’auteur : marina.detoro@leregardlibre.com

Crédit photo : © Twentieth Century Fox

Laisser un commentaire