« Looking for Oum Kulthum » : un mythe populaire et humain

Les mercredis du cinéma – Alexandre Wälti

Quand une fille doit être garçon pour chanter en public, alors le destin ne peut qu’être exceptionnel ou terrifiant. Ce d’autant plus, sans doute, si l’on avait dix ans comme Oum Kulthum dans l’Egypte du début du XXème siècle lorsque notre père, imam, nous invitait à chanter des nachîds, chants religieux musulmans, devant le village entier et lors de mariages. Voilà ce qu’on peut se dire dès la première scène de Looking for Oum Kulthum du couple iranien Shirin Neshat et Shoja Azari.

Les choix du couple de réalisateurs ne sont pas révolutionnaires. Ils ont choisi la mise en abîme, presque trop simpliste même s’ils évitent ainsi le biopic sans saveur. Ils filment l’histoire de la réalisatrice Mitra (Neda Rahmanian) qui tente de raconter la vie de l’Astre d’Orient. Elle trouve l’actrice parfaite pour le rôle principal sans savoir que le tournage la changera à jamais. Ou quand l’idole étouffe l’artiste, la femme en exil, la mère détesté par un fils.

Deux choix cinématographiques

Oum Kulthum fait partie des voix qui appartiennent au panthéon de la musique mondiale. Elle a scandé d’innombrables poèmes de Ahmed Rami, illuminant d’un timbre profond la langue arabe. Comme Mercedes « La Negra » Sosa en Amérique latine, elle a chanté l’âme d’un peuple, le peuple égyptien tout au long de sa carrière et est devenu un mythe de la chanson. Elle a aussi osé chanter le désir et l’amour.

Le premier choix du duo de réalisateurs est la manière d’attaquer le mythe Oum Kulthum, le démystifiant. Ils ont ainsi insisté sur le danger de la célébrité, faisant le portrait d’une chanteuse se distanciant progressivement de ses origines modestes pour vivre dans les palais et goûter à la richesse de la gloire. En parallèle, Mitra se reconnaît dans le personnage qu’elle filme. Un état de fait qui rend dès lors sa fibre artistique plus fragile à chaque scène et la rapproche paradoxalement de son histoire de famille personnelle. Ce n’est pas une faiblesse en soit, même si ce virage hors de la traditionnelle biographie filmée écartèle quelques peu la temporalité du film.

Le second choix est l’insistance sur la vie de Mitra plutôt que celle de la Quatrième Pyramide, autre surnom d’Oum Kulthum. Cette perspective ouvre des parallèles entre le besoin de gloire des deux protagonistes. La réalisatrice Mitra accepte d’une part tous les sacrifices pour le succès et d’autre part sa relation avec la Cantatrice du peuple, comme les Egyptiens l’appelaient encore, devient presque fusionnelle, identique assurément. Un effet de miroir, trop peu exploité dans le film.

Une moitié de film

Au final, Looking for Oum Kulthum n’est ni exceptionnel ni médiocre. Il a le mérite de vouloir saisir l’étrange envoûtement que la Dame a exercé et exerce toujours sur de nombreux arabophones et autres mélomanes du monde entier. Même s’il n’y arrive qu’à moitié. Une magie vocale que le film rend notamment dans les scènes de chants de Ghada (Yasmin Raeis, éblouissante), l’actrice dans le rôle d’Oum Kulthum. Les deux réalisateurs ont saisi la dimension humaine et politique du mythe sans ignorer l’ostension de la personnalité de l’auteur de l’hymne national égyptien entre 1960 et 1979. Les frissons ont traversé le corps, par moments.

Ecrire à l’auteur : alexandre.waelti@leregardlibre.com

Crédit photo : © Cineworx

 

 

Publicités

Laisser un commentaire