Vous êtes sur smartphone ?

Téléchargez l'application Le Regard Libre depuis le PlayStore ou l'AppStore et bénéficiez de notre application sur votre smartphone ou tablette.

Télécharger →
Non merci
Accueil » Les Africains méritent de retrouver la liberté économique
Economie

Tribune

Les Africains méritent de retrouver la liberté économique11 minutes de lecture

par Magatte Wade
0 commentaire
Magatte Wade, femme d'affaires sénégalaise, dirige dirige le Centre pour la prospérité africaine au sein du réseau Atlas, la principale organisation de groupes de réflexion sur l’économie de marché en Afrique. © Carla Taylor Photographer

Le continent a connu le libre-échange et des institutions décentralisées pendant des siècles avant l’arrivée des colonisateurs. Aujourd’hui, la revitalisation de l’Afrique est entre les mains de ses citoyens.


L’article original est paru en allemand dans Schweizer Monat.


Pour beaucoup, il semble que l’histoire de l’Afrique commence avec l’arrivée des Européens et, plus tard, des Américains. Pourtant, l’Afrique a abrité de grandes civilisations pendant des milliers d’années avant ces événements. Je suis heureux que Henry Louis Gates, un célèbre professeur de Harvard, ait récemment produit un documentaire de six heures pour la chaîne PBS intitulé Africa’s Great Civilizations («Les grandes civilisations de l’Afrique»). Ce documentaire donne un aperçu de plus de 200 000 ans d’histoire africaine et le présente de façon agréable et colorée. C’est un atout inestimable, car la plupart des autres ressources disponibles sont universitaires et donc souvent ennuyeuses, voire rebutantes.

Gates souligne, par exemple, que tous les êtres humains ont des racines africaines. Les huit milliards d’entre nous sont des cousins! Gates souligne également que l’Afrique est à l’origine d’une grande partie de ce qui fait de nous des êtres humains, y compris l’écriture, l’art et la musique.

Prenons l’exemple de Mansa Musa, l’empereur du Mali au XIVe siècle. A l’époque, il était l’homme le plus riche du monde – et probablement de tous les temps. C’est en grande partie grâce au commerce de l’or et du sel que Mansa Musa a acquis sa richesse, qu’il a utilisée pour conquérir de nouvelles terres, mais aussi pour créer à Tombouctou non seulement un grand centre commercial, mais aussi une ville d’universités et d’érudits.

Alors que la première université du monde a été fondée à Fès en 859 de notre ère (précédant Oxford d’au moins cent ans), l’université de Sankore à Tombouctou (Mali actuel) a évolué à partir d’une mosquée fondée en 989 de notre ère et, sous Mansa Musa, a développé l’une des plus grandes bibliothèques du monde – la plus grande d’Afrique depuis la bibliothèque d’Alexandrie.

Comme le dit Gates, ces réalisations magnifiques et d’autres encore apportent un «démenti profond» à la croyance selon laquelle l’Afrique n’avait pas d’histoire avant l’arrivée des Européens: «Ce continent a toujours été dynamique, interconnecté et partie intégrante de l’histoire du monde.»

L’Afrique et le libre-échange vont de pair

Cette interconnexion s’est construite et maintenue comme elle l’est toujours: par le biais des échanges et du commerce. Les civilisations africaines se sont développées sur la côte est grâce au commerce avec l’Asie. Entre 800 et 1600 de notre ère, on estime que 500 tonnes d’or, dont une grande partie provenait de l’intérieur du continent, ont transité par les ports de l’est. La côte ouest s’est liée à l’Europe et aux Amériques et le commerce a permis à nos premiers empires de devenir prospères.

Et maintenant, les Etats africains ont tous des barrières tarifaires élevées. Qu’est-ce qui cloche dans ce tableau? L’accord de libre-échange africain, qui a été signé par la plupart des nations africaines ces dernières années, réduira enfin les barrières commerciales (s’il est réellement mis en œuvre comme l’ont promis les dirigeants africains). Mais vraiment, pourquoi avons-nous dû attendre 2021 pour obtenir le libre-échange au sein de l’Afrique, qui était notre droit de naissance?

Pire encore, cet accord ne concerne que le commerce à l’intérieur de l’Afrique. Contrairement aux anciens grands royaumes d’Afrique, qui commerçaient à l’échelle mondiale, les nations africaines continueront très certainement à maintenir des droits de douane élevés sur les marchandises provenant de l’extérieur de l’Afrique.

Comme l’a écrit le regretté économiste George Ayittey, la liberté de commerce existait depuis des siècles avant l’arrivée des colons; elle constituait en effet un mode de vie fondamental pour pratiquement tous les habitants de l’Afrique subsaharienne. Le sang de la liberté individuelle coule à flots dans les veines de l’histoire africaine, depuis l’époque où les tribus africaines utilisaient une structure de gouvernance décentralisée totalement différente de l’Etat africain moderne (qui est essentiellement une importation coloniale européenne).

NEWSLETTER DU REGARD LIBRE

Recevez nos articles chaque dimanche.

Des gens du monde entier viennent s’émerveiller devant le château de Versailles. Mais quand on parle de l’Afrique, on ne parle que des mauvais côtés. Imaginez ce qu’aurait été l’image de la France si tous les articles la concernant s’étaient concentrés sur ses mauvais côtés.

La vision dominante actuelle est la suivante: l’Europe est belle, l’Amérique est cool, l’Afrique est un trou à rats. Je me suis donc donné pour mission de me concentrer sur les parties de l’histoire qui ont été oubliées. Je veux montrer au monde un endroit magnifique, avec des villes et des villages aussi civilisés que n’importe quel autre endroit sur la planète. Je veux montrer que les Africains étaient souvent en avance sur leur temps. Je veux qu’il soit clair que si nous n’avions pas été interrompus dans notre élan par l’esclavage et le colonialisme, nous aurions pu continuer à dépasser le reste du monde. Je ne parle pas d’un Wakandan imaginaire, comme dans le film Black Panther de Marvel. Je veux parler d’un endroit où les gens sont à la fois imparfaits et bons et où, peut-être, nous aurions créé des idées qui auraient changé le monde. Peut-être aurions-nous construit un gouvernement qui aurait été supérieur à la démocratie telle que nous la connaissons aujourd’hui.

Lorsque les Européens sont arrivés en Somalie, ils ont découvert une culture qui, à bien des égards, ressemblait à la leur. Ils ont trouvé des tribus qui collaboraient. Se battaient-elles parfois? Bien sûr. Nous sommes humains. Mais la plupart du temps, la paix était maintenue. Il y avait des cours royales et les royaumes s’agrandissaient grâce à des mariages stratégiques. Rien à voir avec ce que nous connaissons aujourd’hui.

Mais lorsque les colonisateurs européens sont arrivés, ils ont dit: «Oh, bande de sauvages, nous allons vous apporter la civilisation.» Nous sommes donc passés d’un système décentralisé sophistiqué qui empêchait la domination d’hommes forts à des Etats-nations conçus par les colonisateurs. Ils ont introduit des systèmes de contrôle centralisés, des frontières formelles et des lois générales qui étaient et sont toujours susceptibles d’être corrompues.

Les nouvelles frontières coloniales ne correspondaient pas aux frontières tribales; au contraire, elles étaient et sont toujours parfaitement arbitraires. Celui qui s’empare du pouvoir à l’intérieur des nouvelles frontières prend la main sur les diamants, le pétrole, l’aide étrangère et tout ce qui a de la valeur, y compris les autres tribus. C’est ainsi que la démocratie devient un champ de bataille sectaire ou ethnique.

Aux Etats-Unis, nous pensons généralement que le droit est ce que le législateur adopte. Mais pour les gens qui prennent au sérieux la common law, notamment les Britanniques, la loi est élaborée par les juges au fil des siècles. La plupart des lois africaines étaient à l’origine beaucoup plus proches d’un système juridique de common law. Les «lois» coloniales nouvellement imposées étaient totalement contraires à nos traditions, ce qui a créé des pressions contre-nature. C’est à ce moment-là que nous sommes passés des tribus au tribalisme, le conflit ethnique actuel.

Un cadre de revitalisation pour l’Afrique

Telle est l’histoire que nous devons enseigner sur l’Afrique: avant l’arrivée des colons et des esclavagistes, l’Afrique disposait d’un système de marché libre fonctionnel, relié aux principales routes commerciales d’Europe et d’Asie. La destruction de ce système était intentionnelle. Il peut être recréé aujourd’hui, et doit l’être, pour le bien de chaque génération d’Africains.

Permettez-moi de le résumer pour vous. Appelez cela mon manifeste:

1. Toutes les nations prospères doivent permettre à leurs citoyens de créer de la valeur par le biais de l’entreprise. Toutes les nations protègent les droits de propriété afin que les citoyens et les chefs d’entreprise ne craignent pas que des criminels ou le gouvernement s’emparent arbitrairement de leurs biens. Toutes les nations permettent à leurs citoyens de créer des entreprises librement, sans restrictions excessives de la part des autorités. Toutes les nations permettent à leurs citoyens et à leurs entreprises de travailler dans un cadre juridique stable, avec des lois et des tribunaux relativement impartiaux, à même de traiter les litiges de manière équitable. La plupart des pays africains n’accordent pas ces droits fondamentaux aux entreprises. Dans les classements internationaux sur la liberté économique et les pratiques commerciales, seule l’île Maurice, une minuscule nation insulaire qui a aujourd’hui atteint un niveau de prospérité presque européen, se situe dans le peloton de tête. Quelques autres nations, parmi lesquelles le Botswana et le Rwanda, progressent dans la bonne direction. La plupart des nations africaines se situent dans la moitié inférieure, voire le tiers inférieur. Nos nations sont les plus mal placées au monde pour ce qui est de la liberté économique.

2. L’Afrique devrait être remplie de nations prospères, mais pourquoi? Pourquoi devrions-nous nous intéresser à l’Afrique? Voici une raison, très intéressée pour moi comme pour vous: une marée montante soulève tous les bateaux. Si l’Afrique est sous-productrice, et elle l’est de manière flagrante, les citoyens du continent ne sont pas les seuls à y perdre. Aux Etats-Unis, on dit souvent que notre plus grande ressource est notre peuple. A l’heure de la mondialisation, la perte des talents et de l’énergie de plus d’un milliard d’êtres humains est incalculable. Que pourrait apporter une Afrique libérée sur tous les plans de l’activité humaine? Nous avons des artistes, des philosophes, des universitaires, des hommes d’affaires, des penseurs et des faiseurs de toutes sortes qui ne demandent qu’à révéler leurs talents au monde! Je suis d’avis qu’il y a huit milliards de génies dans le monde. Chacun d’entre nous est venu sur cette Terre avec un génie unique, et ce génie représente une partie de la solution aux problèmes de l’humanité. Chaque fois qu’un être humain est privé de manifester son talent, c’est toute l’humanité qui est affaiblie.

3. L’Afrique doit avoir une mentalité de volontarisme et travailler à la réalisation des objectifs de prospérité par le biais d’une voie capitaliste positive. Nous ne devons pas succomber à une mentalité de victimes. Tant les organisations non gouvernementales (ONG) que les anticapitalistes peuvent favoriser cette mentalité de victimes. Alors que certaines ONG se concentrent sur une véritable autonomisation, d’autres considèrent trop souvent les Africains comme des objets pathétiques ayant besoin d’un sauveur blanc. Elles communiquent ce message à la fois ouvertement et indirectement. Oui, cela peut être difficile en raison du manque d’opportunités. Les intellectuels anticapitalistes, tant en Afrique qu’à l’étranger, répètent inlassablement un discours victimaire selon lequel l’Afrique est pauvre à cause de l’esclavage, du colonialisme et de l’exploitation permanente. Oui, l’Afrique a été victime. Mais tant que ces mêmes forces intellectuelles n’auront pas formulé et approuvé la voie capitaliste positive qui nous permettra de laisser ce passé derrière nous, elles feront partie du problème et non de la solution. Ce sont eux, les méchants.

Quelques mots personnels, enfin. Je voulais fabriquer des produits en Afrique pour deux raisons: tout d’abord, parce que je suis très intéressée par la création d’emplois dans mon pays, en particulier pour les produits haut de gamme qui prouvent que nous pouvons briser le plafond du toit en chaume. Je dois dire que malgré toute mon audace, il m’a fallu un certain temps pour me sentir à l’aise dans la fabrication de produits en Afrique.

La deuxième raison pour laquelle je voulais fabriquer des produits en Afrique est, il est vrai, plus idéaliste: si nous ne crions pas le besoin de dignité du peuple africain, qui le fera? Si vous et moi ne faisons pas pression en faveur de la prospérité de l’Afrique, qui le fera? La plupart des dirigeants africains cherchent à se remplir les poches. La plupart de ceux qui dirigent les organisations d’aide internationale ne sont pas disposés à défendre à fond l’esprit d’entreprise, l’indépendance et le respect de soi de l’Afrique. Aujourd’hui encore, la norme reste une approche condescendante de la pitié à l’égard des Africains. Nous devons être des leaders affirmés et persistants de ce mouvement alternatif.

Mon espoir le plus ardent est que nous puissions enfin convenir que les Africains méritent des environnements commerciaux de classe mondiale et des institutions capitalistes de classe mondiale, à l’instar de ceux dont jouissent les citoyens du Danemark, de la Nouvelle-Zélande, de la Suisse et des Etats-Unis. Je vous demande, si vous vous souciez vraiment des Noirs africains, si vous vous souciez vraiment de nous, de me rejoindre en tant que défenseurs acharnés de la liberté économique en Afrique.

Ce texte est un extrait retravaillé du nouveau livre de Magatte Wade, The Heart of a Cheetah (« Le cœur d’un guépard »), extrait publié initialement dans le magazine alémanique Schweizer Monat, dont Le Regard Libre traduit des articles au gré des numéros.

Vous venez de lire une tribune tirée de notre notre édition papier (Le Regard Libre N°103).

Magatte Wade
The Heart of a Cheetah
Cheetah Press
Novembre 2023
242 pages

Vous aimerez aussi

Laisser un commentaire

Contact

© 2024 – Tous droits réservés. Site internet développé par Novadev Sàrl