Vous êtes sur smartphone ?

Téléchargez l'application Le Regard Libre depuis le PlayStore ou l'AppStore et bénéficiez de notre application sur votre smartphone ou tablette.

Télécharger →
Non merci
Accueil » Campagne No Billag: une occasion pour la presse de se réinventer

Campagne No Billag: une occasion pour la presse de se réinventer3 minutes de lecture

par Jonas Follonier
0 commentaire
Jonas Follonier © Nathanaël Schmid pour Le Regard Libre

Le Regard Libre N° 36Jonas Follonier

L’initiative «No Billag», aussi extrême soit-elle, aura eu le mérite de poser des questions intéressantes concernant les médias en Suisse, dont la plus importante est la suivante: voulons-nous financer des chaînes de radio et de télévision étatiques? Le débat démocratique qui a eu lieu n’est que le début – nous l’espérons – d’une discussion plus large concernant les missions du service public ainsi que le journalisme en Suisse.

Outre la problématique fondamentale du rôle de l’Etat vis-à-vis de l’information, c’est évidemment la question du journalisme de manière générale qui se pose. Paradoxe peut-être, question dans tous les cas, pourquoi la radio et la télévision devraient-elles bénéficier d’une structure nationale, financée par une taxe imposée aux citoyens, mais pas la presse écrite?

On l’a entendu, trop peut-être, les médias traditionnels seraient en danger en Suisse romande, devant faire face à la diversification économique des éditeurs, dont la presse n’est de loin pas la principale priorité. Cette situation  se traduit notamment par des restrictions de personnel, règle à laquelle Le Temps, par exemple, n’échappe pas. De plus, la publicité abandonne peu à peu les journaux pour s’installer sur le Web, menaçant de fait le financement de ces derniers.

NEWSLETTER DU REGARD LIBRE

Recevez nos articles chaque dimanche.

Cependant, les changements économiques ont toujours existé, n’étant que les réceptacles de l’évolution de la société, ou parfois ses anticipateurs, voire ses instigateurs. Il convient de prendre la nouvelle donne de la presse écrite non comme un fardeau, mais comme un défi. Cette attitude est difficile, c’est certain; mais elle est indispensable. Ne pleurons pas la prépondérance d’Internet; épousons-la. Ne restons pas obsédés par l’information; ajoutons-y de la réflexion. Ne réduisons pas la quantité de notre travail; quadruplons-la. Ne cherchons pas à faire le «buzz» au détriment d’un traitement exigeant de la culture et du débat d’idées; efforçons-nous à montrer leur importance.

Ecrire à l’auteur: jonas.follonier@leregardlibre.com

Crédit photo: © Marina De Toro pour Le Regard Libre

Vous aimerez aussi

Laisser un commentaire

Contact

© 2022 – Tous droits réservés. Site internet développé par Novadev Sàrl