Quand Jean Echenoz nous offre un vrai coup de cœur littéraire

Les bouquins du mardi – Ivan Garcia

Avec Vie de Gérard Fulmard, l’écrivain français entraîne le lecteur dans la vie d’un ancien steward en surpoids, Gérard Fulmard, reconverti en détective privé, pour enquêter sur les dissensions au sein du FPI, un petit parti politique. Mais notre cher Fulmard, bras cassé un peu nigaud, ne fera pas son travail sans peine et apprendra, à ses dépens, que les intrigues politiques ont un prix… surtout quand on est un externe. Avalanche de surprises et tornade de rires garantis!

Après Envoyée spéciale (2016), Jean Echenoz signe son retour littéraire avec un dix-huitième roman où il s’attaque à la vie d’une personnalité méconnue du public, Gérard Fulmard. Comme nous l’annonce l’auteur du récit en guise de mise en bouche, «la carrière de Gérard Fulmard n’a pas assez retenu l’attention du public. Peut-être était-il temps qu’on en dresse les grandes lignes.» Et nous voici donc engagé dans la vie d’un parfait anonyme, un peu marginal, qui prend vite des airs de tragi-comédie.

Au sein du seizième arrondissement de Paris, dans un appartement de la rue Erlanger, vit un étrange personnage. Gérard Fulmard, ancien hôte de l’air et chômeur qui a perdu ses droits civiques à cause d’une sombre affaire sur un vol Paris-Zurich, médite sur son avenir alimentaire. Alors qu’au début du roman son hypermarché favori vient d’être réduit en bouillie à cause de la chute d’un satellite soviétique, notre protagoniste s’interroge sur le point de ravitaillement le plus approprié à ses besoins. Et sur son futur professionnel, ça ne mange pas de pain. 

Protagoniste en quête d’emploi

Fulmard, dont le nom évoque le fulmar, cet oiseau marin qui vomit sur ses prédateurs, est bel et bien un antihéros. Personnage en surpoids, homme solitaire et individu moyen, notre héros ne vend pas du rêve, comme il le dit lui-même. Attaché à son petit appartement de la rue Erlanger, il ne quitte ce dernier que pour aller faire ses courses, ainsi que pour se rendre chez son cher psychiatre, le docteur Jean-François Bardot. Dans ce quotidien bien réglé, Fulmard pourrait être le voisin de n’importe qui. Et peut-être est-ce pour cela qu’on s’attache à ce drôle d’oiseau. Un «bon type», victime des malchances de l’existence, qui survit tant bien que mal.

«A part ce nom, je ne suis pas sûr de provoquer l’envie: je ressemble à n’importe qui en moins bien. Taille au-dessous de la moyenne et poids au-dessus, physionomie sans grâce, études bornées à un brevet, vie sociale et revenus proches de rien, famille réduite à plus personne, je dispose de fort peu d’atouts, d’avantages ni de moyens.»

Bien décidé à se reconvertir professionnellement, Gérard Fulmard lance son propre cabinet d’homme à tout faire, le cabinet Fulmard Assistance. A ses débuts, c’est un gros flop. Mais un étrange événement lui donnera l’occasion de prendre du galon et de s’initier à la profession de détective privé. C’est devant son écran que le protagoniste apprend le kidnapping de Nicole Tourneur, la secrétaire nationale de la Fédération populaire indépendante (FPI). Désemparé par cet enlèvement, le président du parti, le mystérieux Franck Terrail, est plongé dans l’embarras.

Secrètement amoureux de sa belle-fille, la ravissante Louise Tourneur, Terrail se voit contraint d’affronter les divisions internes et les luttes de pouvoir intestines, dont un certain chef de faction, Jean-Loup Mozzigonacci, semble tirer les ficelles dans l’ombre. Par l’entremise du docteur Bardot, membre «secret» du FPI, Gérard Fulmard est chargé d’enquêter sur Louise Tourneur, dont il admire la bonne chair, et sur le mystérieux Mozzigonacci. Face à de si gros poissons, Fulmard parviendra-t-il à réussir sa reconversion?

Ivan Garcia présentant «Vie de Gérard Fulmard» pour l’émission «Marque-Page» de La Télé

Un romancier qui a le goût des détails

Pour mener la danse romanesque, deux voix s’entrecroisent dans le récit. Celle d’un narrateur, omniscient et adepte des digressions, ainsi que celle de notre protagoniste, Gérard Fulmard, qui aime aussi gloser sur des choses anodines. A propos de sujets spécifiques tels que la fréquence des chutes de satellites, fidèles au style Echenoz. Ces intermèdes laissent au lecteur le temps de souffler et l’aident à mieux cerner les personnages. Et il faut avouer qu’ils sont charismatiques.

«[…] c’est autour d’une grille de go que s’affrontent les frères Apollodore et Ermosthène Nguyen: ils tentent de rejouer la célèbre partie dite des Oreilles rouges qui vit se confronter Hon’inbō Shūsaku et Inoue Genan Inseki à Osaka, du 11 au 15 septembre 1846.»

Jean Echenoz possède ce don de la caractérisation. Avec des noms plutôt stéréotypés et des détails spécifiques, l’auteur parvient à créer des personnages que l’on apprécie, qui font rire et qui restent en tête. Il est un observateur du quotidien qui, au cours de ses déambulations, repère des lieux qui viennent ensuite nourrir ses fictions; ce n’est pas un hasard si le protagoniste réside à la rue Erlanger.

«Je vous tiens par les couilles»

Dans un entretien récent pour Le Temps, Jean Echenoz déclarait que «La rue Erlanger est une rue ingrate mais riche en faits divers». Eh oui, celle-ci a accueilli bien des faits étranges. En 1975, au 6 rue Erlanger, le chanteur Mike Brant s’est suicidé. Anecdote que raconte Gérard Fulmard dans le roman, ainsi que l’horrible crime commis par le japonais Issei Sagawa au 10 rue Erlanger en 1981 qui a assassiné puis dévoré une étudiante. Et maintenant, il faut aussi compter avec Vie de Gérard Fulmard qui vient enrichir cet univers de faits divers, au sein duquel faits réels et fiction se mêlent. Comme quoi, certaines rues parisiennes cachent bien des histoires potentielles!

Enfin, l’auteur aime récompenser ses lecteurs en disséminant des subtiles références à ses précédentes œuvres. «Je vous tiens par les couilles», disait un personnage dans Envoyée spéciale. Dans Vie de Gérard Fulmard, on retrouvera cette fameuse phrase prononcée par un personnage à l’intention du protagoniste qui, effectivement, n’aura pas d’autre choix que d’obéir. Un petit clin d’œil qui a de quoi inscrire l’œuvre dans l’univers d’Echenoz. En tout cas, à défaut de «nous tenir par les couilles», ce nouveau roman s’avère être un véritable coup de cœur. A lire absolument !

Crédit photo: © Ivan Garcia

Ecrire à l’auteur: ivan.garcia@leregardlibre.com

Jean Echenoz
Vie de Gérard Fulmard
2020
Les Editions de Minuit
235 pages

Publicités

Laisser un commentaire