Quentin Mouron: «La littérature est toujours engagée»

Le monde selon Quentin Mouron | La littérature est toujours engagée, même et surtout quand elle refuse de s’engager: son refus exprime alors l’idéologie dominante et silencieuse, son refus exprime alors ce qui est invisible à force de crever les yeux, ce qui est invisible à force d’être évident. La littérature est ce qui se confronte à l’époque, ce qui confronte l’époque, ce qui montre ce que nous ne pouvions voir à force d’évidence. La littérature est ce qui jette le trouble dans la clarté – ce sont les Chinois qui remontent en tourbillonnant du fond d’un bol de thé.

Ce contenu est réservé à nos abonnés.

Déjà un compte? Connexion

Pas encore de compte? Voir nos différentes formules d’abonnement (abo d’essai d’un mois gratuit)