Archives par mot-clé : chroniques de personnalités

Quentin Mouron: «Le capitalisme ne compte pas ses morts»

Le Regard Libre N° 84 – Quentin Mouron Chaque mois, retrouvez la chronique d’une des personnalités qui nous font le plaisir de prendre la plume en alternance. Dans son billet, l’écrivain canado-suisse Quentin Mouron questionne une facilité intellectuelle de notre temps. Le XXe siècle a été celui des massacres de masse, des guerres civiles, des génocides … Continuer la lecture de Quentin Mouron: «Le capitalisme ne compte pas ses morts»

Ce contenu est réservé à nos abonnés.

Déjà un compte? Connexion

Pas encore de compte? Voir nos différentes formules d’abonnement (abo d’essai d’un mois gratuit)

La lecture de Pascal Couchepin: «La splendeur et l’infamie»

Chaque mois, retrouvez la chronique d’une des personnalités qui nous font le plaisir de prendre la plume en alternance. Actualité, histoire, politique et philosophie: plongée dans les lectures de l’ancien conseiller fédéral Pascal Couchepin.

Ce contenu est réservé à nos abonnés.

Déjà un compte? Connexion

Pas encore de compte? Voir nos différentes formules d’abonnement (abo d’essai d’un mois gratuit)

«Non, Monsieur Zemmour, il n’y aura pas de ‘‘libanisation’’ de la France»

Le Regard Libre N° 82 – Sophie Woeldgen Chaque mois, retrouvez la chronique de l’une des personnalités qui nous font le plaisir de prendre la plume en s’alternant. La journaliste indépendante Sophie Woeldgen nous raconte de l’intérieur comment le Liban tente de se reconstruire. «Je veux que la France reste la France. Elle est en … Continuer la lecture de «Non, Monsieur Zemmour, il n’y aura pas de ‘‘libanisation’’ de la France»

Ce contenu est réservé à nos abonnés.

Déjà un compte? Connexion

Pas encore de compte? Voir nos différentes formules d’abonnement (abo d’essai d’un mois gratuit)

Quentin Mouron: «La littérature est toujours engagée»

Le monde selon Quentin Mouron | La littérature est toujours engagée, même et surtout quand elle refuse de s’engager: son refus exprime alors l’idéologie dominante et silencieuse, son refus exprime alors ce qui est invisible à force de crever les yeux, ce qui est invisible à force d’être évident. La littérature est ce qui se confronte à l’époque, ce qui confronte l’époque, ce qui montre ce que nous ne pouvions voir à force d’évidence. La littérature est ce qui jette le trouble dans la clarté – ce sont les Chinois qui remontent en tourbillonnant du fond d’un bol de thé.

Ce contenu est réservé à nos abonnés.

Déjà un compte? Connexion

Pas encore de compte? Voir nos différentes formules d’abonnement (abo d’essai d’un mois gratuit)

Pascal Couchepin: «Les menaces d’une apocalypse prochaine sont fausses»

Le Regard Libre N° 79Pascal Couchepin

Chaque mois, retrouvez la chronique d’une des personnalités qui nous font le plaisir de prendre la plume en alternance. Actualité, histoire, politique et philosophie: plongée dans les lectures de l’ancien conseiller fédéral Pascal Couchepin.

Lire la chronique (en libre accès)

Pendant ce temps, au Liban, l’anxiété est figée sur les visages

Le Regard Libre N° 78 Sophie Woeldgen

Chaque mois, retrouvez la chronique de l’une des personnalités qui nous font le plaisir de prendre la plume en s’alternant. La journaliste indépendante Sophie Woeldgen nous raconte de l’intérieur comment le Liban tente de se reconstruire.

Lire la chronique (en libre accès)

«Las de penser la crise, nous nous sommes mis à la réciter»

CHRONIQUE, Quentin Mouron | Dans sa lettre à Jamblique, Porphyre le mettait en garde contre la tentation d’accéder à Dieu – ou à l’Un – autrement que par l’usage patient de la raison. Dans sa réponse, connue sous le nom de «De Mysteriis», Jamblique défend sa propre compréhension de l’union avec Dieu qui, dit-il, ne peut se faire ni par la compréhension de la théologie, ni par la maîtrise des concepts philosophiques, mais bien par la pratique active de la théurgie. L’emploi de la discursivité rationnelle – et, partant, de la dialectique – se voit ainsi subordonné à la pure scansion des formules magiques et des invocations, les mots acquérant le statut de reliques enchantées maniées pour leur sonorité, pour leur matérialité, en dehors de toute exigence sémantique, en dehors de tout système linguistique.

Ce contenu est réservé à nos abonnés.

Déjà un compte? Connexion

Pas encore de compte? Voir nos différentes formules d’abonnement (abo d’essai d’un mois gratuit)

La lecture de Pascal Couchepin: «Les Vertus du Nationalisme»

CHRONIQUE LONG FORMAT Pascal Couchepin | Israël a été plusieurs fois ces derniers mois au centre de l’attention publique, pour sa réponse aux défis de la pandémie, ou ses difficultés politiques – la dernière actualité en date, funeste, est aussi la plus marquante. Le système électoral israélien ne permet pas de dégager des majorités claires.

Ce contenu est réservé à nos abonnés.

Déjà un compte? Connexion

Pas encore de compte? Voir nos différentes formules d’abonnement (abo d’essai d’un mois gratuit)

Au Liban avec Sophie Woeldgen: Petits arrangements affectifs

CHRONIQUE, Sophie Woeldgen | C’est une histoire banale au Liban. Celle d’une fille qui passe d’une dépendance à une autre. De celle de son propriétaire à celle d’un mari. Mais Sandra, un petit sourire timide au coin des lèvres, le regard fuyant, se dit heureuse. Originaire de Madagascar, elle a rencontré un Libanais, un musulman, qui veut l’épouser. En contrepartie, elle doit se couvrir et ne peut plus sortir comme elle le souhaite. Des conditions que ses compatriotes trouvent normales: il l’aide financièrement et lui permet d’envoyer de l’argent à sa famille restée au pays.

Ce contenu est réservé à nos abonnés.

Déjà un compte? Connexion

Pas encore de compte? Voir nos différentes formules d’abonnement (abo d’essai d’un mois gratuit)

Le film de Roland Jaccard: Un coup de chapeau à Lausanne

CHRONIQUE, Roland Jaccard | Chaque mois, retrouvez la chronique de l’une des personnalités qui nous font le plaisir de prendre la plume en s’alternant. L’écrivain Roland Jaccard relate son film préféré, aussi peu crédible qu’il n’est politiquement correct: le film de sa vie.

Ce contenu est réservé à nos abonnés.

Déjà un compte? Connexion

Pas encore de compte? Voir nos différentes formules d’abonnement (abo d’essai d’un mois gratuit)