Vous êtes sur smartphone ?

Téléchargez l'application Le Regard Libre depuis le PlayStore ou l'AppStore et bénéficiez de notre application sur votre smartphone ou tablette.

Télécharger →
Non merci
Accueil » A Genève, l’alliance prometteuse entre Le Centre et les Vert’libéraux
Suisse

Analyse

A Genève, l’alliance prometteuse entre Le Centre et les Vert’libéraux5 minutes de lecture

par Pablo Sánchez
0 commentaire
Pour les élections municipales de 2025 en Ville de Genève, Le Centre et les Vert’libéraux ont scellé un pacte ayant pour objectif de renforcer le bloc centriste. © Pexels

Le Centre se tourne vers les Vert’libéraux pour les élections municipales de 2025 en Ville de Genève. Outre la proximité entre les deux partis, cette union pourrait s’avérer fertile dans la mesure où chaque formation politique complète les faiblesses de l’autre.

Le mariage semblait évident. Et pourtant, le parti vert’libéral et Le Centre n’avaient pas formulé leurs vœux sur les deux derniers scrutins de personnes. Pour le deuxième tour de l’élection au Conseil d’Etat au printemps 2023, l’ex-Parti démocrate-chrétien avait préféré rejoindre l’UDC et le PLR pour former une alliance plus alléchante électoralement. Pari réussi: la candidate centriste Delphine Bachmann a été élue grâce aux voix de la droite élargie. Quelques mois plus tard, en octobre 2023, Le Centre se laissait de nouveau tenter par cette alliance pour le Conseil des Etats, avec beaucoup moins de succès dans les urnes.

En vue des élections municipales de 2025, le parti centriste joue la carte de la proximité en s’alliant avec les Vert’libéraux en Ville de Genève. Le ticket sera composé de la conseillère administrative centriste Marie Barbey-Chappuis et du vert’libéral Boris Calame. Au-delà des éléments de langage autour d’un «centre fort loin de la polarisation et du dogmatisme» récités par les deux partis lors de l’annonce de l’alliance, ce mariage pourrait être fécond s’il s’inscrit sur le long terme. Cela, pour plusieurs raisons.

Expérience et innovation

La force de l’alliance réside dans la complémentarité des deux partis. Le Centre revendique depuis toujours un discours modéré et responsable, éloigné de la politique spectacle. De cette posture découle une difficulté à imposer son agenda dans le débat public, à amener des idées disruptives et à fédérer autour d’elles. Le parti est désormais le septième groupe politique au Grand Conseil de Genève avec neuf députés. S’il peut compter sur son expérience et sa crédibilité hérités d’une longue histoire politique, Le Centre a besoin d’un nouveau souffle pour se relancer dans la ville du bout du lac.

NEWSLETTER DU REGARD LIBRE

Recevez nos articles chaque dimanche.

Cela tombe bien, son nouvel allié pour les élections municipales a des idées. Ou plutôt, il n’a que ça. Inexistants aux niveaux exécutif et législatif à Genève et désormais absents du Conseil national, les Vert’libéraux genevois sont obligés de faire preuve d’inventivité pour exister politiquement dans la cité de Calvin, notamment en lançant des initiatives qui, pour l’instant, ont convaincu l’électorat. Tant l’initiative sur le congé parental que celle pour l’abolition des rentes à vie des conseillers d’Etat ont été largement acceptées par le peuple. Le Parti vert’libéral se démarque donc par une capacité d’innovation qui fait souvent défaut au Centre. De son côté, Le Centre apporte une solidité institutionnelle et une expérience de gouvernement que les Vert’libéraux sont encore très loin d’avoir.

Proches mais complémentaires

Bien qu’ils évoluent sur un espace idéologique proche, les deux formations se complètent dans ce qui fait leurs identités politiques. L’écologie, au cœur du projet vert’libéral, n’a jamais été une thématique forte du Centre, qui a intégré l’action contre le changement climatique dans son programme dans la tendance générale des vingt dernières années, sans en être un fer de lance. De son côté, Le Centre s’inscrit dans une tradition politique qui s’inspire de valeurs chrétiennes qui n’ont jamais été revendiquées par les Vert’libéraux.

Enfin, l’électorat des deux partis s’agrège bien, surtout si à terme l’alliance s’agrandit au niveau cantonal. A Genève, les Vert’libéraux séduisent principalement un électorat urbain. Sur la dernière élection au Grand Conseil, leur liste a même réalisé un meilleur score que celle du Centre en Ville de Genève, à Carouge et à Chêne-Bougeries. Le Centre est quant à lui bien implanté dans certaines communes périphériques, notamment celles où il est représenté dans les exécutifs comme à Bernex, Plan-les-Ouates ou Bardonnex, précisément là où les Vert’libéraux sont encore peu reconnus.

A lire aussi | Le Centre n’a pas le monopole de la recherche d’équilibre

L’alliance semble donc cohérente stratégiquement, mais, à chaque élection, les deux partis butent sur la même question: comment convaincre et exister en tant que parti au centre de l’échiquier politique dans des campagnes de plus en plus polarisées? Désormais rassemblés, Le Centre et les Vert’libéraux auront fort à faire pour construire et vendre un «centre fort» à Genève. Les élections municipales de 2025 permettront d’entrevoir si cette union convainc l’électorat et peut s’élargir à une échelle plus grande.

Ecrire à l’auteur: pablo.sanchez@leregardlibre.com

Vous venez de lire un article en libre accès, tiré de notre édition papier (Le Regard Libre N°107). Débats, analyses, actualités culturelles: abonnez-vous à notre média de réflexion pour nous soutenir et avoir accès à tous nos contenus!

Vous aimerez aussi

Laisser un commentaire

Contact

Le Regard Libre
Case postale
2002 Neuchâtel 2

© 2024 – Tous droits réservés. Site internet développé par Novadev Sàrl