Archives par mot-clé : genève

«Ceux qui travaillent», quand le cinéma suisse de qualité se fait attendre

Les mercredis du cinéma – Loris S. Musumeci

«De quel côté tu veux être? Ceux qui travaillent ou les autres?»

Franck est une bête au travail. Il ne lâche rien. Jour et nuit, il a les yeux rivés sur son téléphone et sur son ordinateur. Son bureau, c’est sa deuxième maison, ou plutôt sa première tant il y passe du temps. Les sentiments n’existent pas pour lui. L’argent, l’entreprise et le profit sont les seuls moteurs de sa vie. Depuis Genève, il gère les déplacements de navires de commerce à travers le monde. Chaque petite erreur peut coûter des centaines de milliers de francs à l’entreprise. Un jour, le commandant d’un bateau lui signale qu’un Libérien clandestin s’est infiltré dans le bateau. Impossible de faire marche arrière; impossible de le ramener en Europe. «Débarrassez-vous de lui!» L’histoire ne tarde pas à être connue de ses supérieurs. Et c’est le licenciement.

Continuer la lecture de «Ceux qui travaillent», quand le cinéma suisse de qualité se fait attendre

«HEX», entre cordes synthétiques et incantations spectrales

Les mélodies du jeudi – Glenn Gomes

Un article également consultable sur LeMurDuSon.ch

Fans de Nine Inch Nails et des bandes sonores de John Carpenter, ceci est pour vous. Les Genevois de HEX sortent ce vendredi 25 mai leur premier album. Une musique sombre et prenante qui utilise les dernières technologies dans le domaine pour un résultat dense.

Continuer la lecture de «HEX», entre cordes synthétiques et incantations spectrales

Père, pain, pardon: la visite du pape François à Genève

Le Regard Libre N° 41 – Loris S. Musumeci

Le pape François était attendu depuis peu, mais il était très attendu. Sa visite à Genève du 21 juin dernier a été marquée par une forte valeur symbolique au niveau politique et œcuménique ; par une forte valeur émotionnelle pour la population. Outre le discours central prononcé au COE (Conseil œcuménique des Eglises), il y avait l’homélie qui suscitait l’impatience. Qu’aurait-il bien pu dire, ce brave homme, aux bons Suisses ? Une fois le prêche accompli, l’ardeur est passée ; le message, lui, a demeuré.

Continuer la lecture de Père, pain, pardon: la visite du pape François à Genève

Aux Brasseurs, là où brasserie rime avec gastronomie

Les vendredis de la microbrasserie – Max Moeschler

Dans le foisonnant paysage brassicole suisse, la désormais célèbre chaîne « Les Brasseurs » revêt un statut particulier. Elle s’inscrit en effet dans la spectaculaire montée de la bière artisanale observée ces dernières années dans tout le pays, et répond à une demande sans cesse grandissante dans ce domaine, avec une approche inédite au goût de défi : proposer des bières artisanales de qualité en accord avec des mets de saison, dans un cadre qui se veut à la fois agréablement chic et résolument convivial.

Continuer la lecture de Aux Brasseurs, là où brasserie rime avec gastronomie

Metin Arditi: «Dans tous mes livres, j’ai cherché l’estime de mon père»

Le Regard Libre N° 37 – Jonas Follonier

Connu pour ses nombreux engagements dans le milieu culturel, Metin Arditi est devenu depuis quelques années l’un des écrivains les plus importants de Suisse. L’auteur d’origine turque séfarade nous a ouvert les portes de son domicile, à Genève, pour une discussion autour de son dernier roman, Mon père sur mes épaules (2017), paru aux Editions Grasset. Un entretien aussi bouleversant que son ouvrage.

Jonas Follonier : Dans votre ouvrage Mon père sur mes épaules, vous racontez l’épisode marquant où l’une de vos deux filles atteint l’âge de sept ans. Vous écrivez : « Soudain je compris de quoi, à son âge, j’avais été privé. Je fus anéanti. » Est-ce le point de départ de ce livre ?

Metin Arditi : Dans la question de savoir s’il faut condamner Pâris et Hélène du fait que leur amour a déclenché la guerre de Troie, le véritable problème à affronter est le suivant : s’ils n’étaient pas tombés amoureux l’un de l’autre, est-ce que la guerre de Troie aurait eu lieu oui ou non ? Il s’agit de se demander s’il y a une véritable connexion entre les deux événements. Toutes proportions gardées, c’est un peu la même histoire ici. L’observation que j’avais faite de ma fille lorsqu’elle avait sept ans, c’est la cause profonde, en effet. Mais il y a eu des causes beaucoup plus immédiates qui m’ont amené à écrire ce livre, dont une particulièrement.

Continuer la lecture de Metin Arditi: «Dans tous mes livres, j’ai cherché l’estime de mon père»

Dissolution d’ETA, le défi d’une réconciliation

Les lundis de l’actualité – Diego Taboada

Les espagnols l’attendaient depuis des mois. Après cinquante-neuf ans d’activité, l’organisation terroriste Euskadi Ta Azkatasuna (ETA – pays basque et liberté en basque) a annoncé jeudi dernier la dissolution de son organisation et le démantèlement de toutes ses structures. L’annonce, faite à Genève, entérine la disparition d’un groupuscule qui avait déjà renoncé à toute activité terroriste en 2011.

Continuer la lecture de Dissolution d’ETA, le défi d’une réconciliation

Serge Lama et ses souvenirs à Genève

Les lundis de l’actualité – Loris S. Musumeci et Jonas Follonier

Au Théâtre du Léman, les 19 et 20 décembre derniers, passait un débutant. Ou pour le moins un artiste qui prit plaisir à se laisser considérer comme tel par le nom de la tournée : « Je débute ». Le Regard Libre était présent à ce moment haut en poésie. Impressions.

Un corps claudiquant s’avance sur la scène, pas à pas. Et voilà que la lumière se braque sur le visage d’un homme, aux traits vieillis par la nostalgie. Pourtant, malgré des jambes paraissant déjà en souffrance, et les lignes du temps passé dessinées sur le front, le personnage s’annonce puissant. Dès son premier sourire, Serge Lama transmet déjà la vivacité et la tendresse qu’il a acquises au prix de la même nostalgie, et du décès de son épouse survenu une semaine avant la sortie de son dernier album.

Les salutations au public sont chaleureuses, tout en restant dans la sobriété qui a toujours ressemblé au pâle noiraud. Il présente d’emblée ses musiciens pour lesquels il accompagne à chaque nom un petit propos d’éloge. Le chanteur se retrouve avec seulement neuf accompagnants, dont deux choristes. L’ambiance de la scène est alors quasiment familiale. Elle révèle une nécessaire collaboration entre ses membres. Serge Lama fait corps avec ses sept instrumentistes et ses deux choristes. Continuer la lecture de Serge Lama et ses souvenirs à Genève

L’œil bienveillant de Xochitl Borel

Le Regard Libre N° 35 – Alexandre Wälti

La rencontre est prévue à Vevey, le 29 octobre 2017, à 14h00. Elle attend déjà sous l’arbre devant le hall de gare et tapote du pied. Le temps est gris. Il deviendra plus clément à la fin de l’entretien. Nous parlerons notamment des patronymes, des personnages et des thématiques de son roman Les Oies de l’Île Rousseau, paru en 2017 aux Editions de l’Aire.

Ce second livre est plus ambitieux que le précédent. L’Alphabet des Anges s’articulait autour de deux personnages touchants, une mère et sa fille aveugle, tandis que Les Oies de l’Île Rousseau met en scène sept destins, entre détresse et tendresse, qui gravitent surtout dans Genève.

Les Oies de l’Île Rousseau raconte les existences entrecroisées de Mehran, Farid, Majda, Tsyori, Fiora, Eva et Eliott. Sept personnages qui n’ont, au départ de la narration, rien en commun et qui se rencontrent progressivement à la suite d’un suicide. Ce drame, bien loin d’être représentatif de l’ambiance du roman, est à l’origine de l’enquête policière d’Eliott. Cette dernière agit comme un fil conducteur de l’histoire parmi d’autres.

De l’importance du « flou identitaire » Continuer la lecture de L’œil bienveillant de Xochitl Borel

William Sheller de passage à Genève

Le Regard Libre N° spécial « Langue française » – Jonas Follonier et Loris S. Musumeci

Une facette importante de la langue française, du moins depuis le XXème siècle, se devait d’être traitée dans cette édition spéciale : la chanson française. Parmi les grands représentants de cette tradition artistique phénoménale, il y a William Sheller. Son style a le mérite d’être à la fois classique et original ; nous sommes allés l’écouter au Théâtre du Léman le 19 novembre dernier dans le cadre de sa tournée Stylus.

Un concert original

Nous nous attendions à ce que le chanteur de septante ans nous proposât des chansons tirées de son dernier album, mais étrangement, ce ne fut pas le cas. Etrangement, car la tournée porte le même nom que l’album ; étrangement aussi, car Stylus est un opus absolument sublime, si ce n’est le meilleur de William Sheller : construit sur la même formule instrumentale que la tournée (piano, voix, quatuor à cordes), l’album réunit de véritables perles (Youpylong, Bus stop, Les enfants du weekend, …) que l’on aurait aimé entendre.

Nous comprenons rapidement la formule de la soirée : avant chaque chanson, Sheller explique au public le contexte dans lequel il l’a créée, entre souvenirs d’enfance et rêveries. L’émotion ne se fait pas attendre avec comme premier titre J’cours tout seul, bien connu du grand public, et Nicolas, une pépite de 1980 qui raconte l’histoire d’un enfant envoyé dans un pensionnant. On ne regrette pas la batterie de la version originale. Continuer la lecture de William Sheller de passage à Genève

Le débat sur la laïcité déchire Genève

Regard sur l’actualité – Jonas Follonier

La laïcité, pour faire court, est un principe hérité du XIXe siècle qui vise à ce que l’Etat soit neutre en matière religieuse et séparé des Eglises. L’idée d’une séparation entre l’Eglise et l’Etat a bien sûr des origines lointaines (« il faut rendre à Dieu ce qui est à Dieu et à César ce qui est à César »), mais soyons clair : la laïcité telle qu’elle se manifeste (timidement, à part en France) depuis deux siècles a ses racines dans la pensée des Lumières – ne pensons qu’à Locke ou Voltaire et leurs traités sur la tolérance et l’Etat libéral.

Les républicains du XIXe siècle ont ensuite érigé la laïcité en tant que principe ; celle-ci est donc constitutive de nos Etats modernes, forgés par les radicaux en France comme en Suisse. Mais quel homme politique connaît encore l’Histoire aujourd’hui, si ce n’est quelques passionnés ? Il semble que personne ne se rend compte à quel point notre héritage bicentenaire est précieux. Continuer la lecture de Le débat sur la laïcité déchire Genève