Archives par mot-clé : Alice Bruxelle

«La Croisade» ou l’effondrement souhaitable

Les mercredis du cinéma – Alice Bruxelle

Dans la continuité de L’Homme fidèle (2018), Abel et Marianne reprennent du service avec La Croisade. A nouveau réalisé par Louis Garrel et co-écrit avec Jean-Claude Carrière, cette courte fiction aux allures écologiques sera-t-elle aussi durable que l’idéologie qu’elle prône? Certainement pas.

Lire la critique (en libre accès)

«Madres paralelas»: désossement de la passion

Les mercredis du cinéma – Alice Bruxelle

Pedro Almodóvar sort de son tombeau introspectif. Deux ans après Douleur et gloire et un an après son court-métrage La Voix humaine, le cinéaste renoue avec ses thèmes de prédilection et son actrice fétiche, Penélope Cruz. Une nouveauté? Une trame historique relative au passé franquiste surplombant le mélodrame.

Lire la critique (en libre accès)

Diagnostic? L’amour, pour une durée indéterminée

Les mercredis du cinéma – Alice Bruxelle

Sylvia Plath; une neurochirurgienne qui perd l’esprit; les rues anachroniques de Budapest: trio gagnant? C’est le pari de Lili Horvát dans Preparations to Be Together for an Unknown Period of Time. Sélectionné – mais non nominé – comme long-métrage hongrois pour les Oscars, le film se défend quand même remarquablement grâce à sa réalisation hautement esthétique. 

Lire la suite de la critique (en libre accès)

«Cette musique ne joue pour personne»: laissez-nous être des sauvages en paix!

Les mercredis du cinéma – Alice Bruxelle

Comédie dont la radicalité ne repose que sur son message tristement consensuel, Cette musique ne joue pour personne avait-elle prévu le caractère prémonitoire de son titre? Sorti le 29 septembre dernier, le nouveau film réalisé par Samuel Benchetrit réunit un casting tonitruant qui ne laisse aucun souvenir tangible après son passage.

Lire la suite de la critique (en libre accès)

«This is Not a Burial, It’s a Resurrection»: quand les morts réveillent les vivants

Les mercredis du cinéma – Alice Bruxelle

Présenté au 15e Festival Cinémas d’Afrique à la Cinémathèque Suisse le 22 août dernier, This is Not a Burial, It’s a Resurrection du lésothien Lemohang Jeremiah Mosese sort en salle ce mercredi 1er septembre 2021. L’actrice sud-africaine Mary Twala y incarne une veuve sauveuse du sacré. Œuvre alliant des problématiques politiques et sociales, mais surtout philosophiques et spirituelles, elle questionne des dualités comme la vie et la mort, la modernité et la tradition ou le christianisme et la spiritualité dans un ensemble subtil et complexe. Lemohang Jeremiah Mosese est en passe d’appartenir à la nouvelle génération du cinéma africain.

Lire la suite de la critique (en libre accès)

«Titane»: naissance d’un monstre

Les mercredis du cinéma – Alice Bruxelle

Remarquée par son premier long-métrage Grave (2016), Julia Ducournau parvient rapidement à se faire un nom dans le milieu du cinéma français de genre. Très attendu, son deuxième long-métrage, Titane, aurait provoqué, en plus de la Palme d’Or à Cannes, quelques malaises et vomissements au sein de la Croisette. Réalité ou coup marketing? Qu’importe, car l’audace de la réalisatrice ne laissera personne indifférent.

Lire la critique (en libre accès)

«Les Séminaristes»: le Rouge et le Noir

Article inédit – Alice Bruxelle

Le communisme et la chrétienté, une alliance impossible? Si Pasolini a eu l’audace (et l’hérésie?) de créer un Jésus à la fois chrétien et révolutionnaire dans L’Evangile selon Saint Matthieu (1964), Ivan Ostrochovský rappelle dans Les Séminaristes que la cohabitation entre le régime communiste et l’Eglise s’est exercée de manière bien moins pacifique. Retour sur un épisode historique où le matérialisme athée combattait les textes de la foi chrétienne.

Lire la suite de la critique (en libre accès)

«First Cow»: Kelly Reichardt poursuit sa marche à contre-pied du cinéma

Les mercredis du cinéma – Alice Bruxelle

Alors que de plus en plus de réalisateurs succombent à l’attractivité des grandes plateformes et à leur esthétique efficace, mais un brin répétitive, la réalisatrice américaine Kelly Reichardt, elle, puise sa force dans son indépendance. Chacun de ses films minimalistes et à petit budget est une tesselle qui, mis bout à bout, forme une mosaïque de l’histoire américaine couturée et modeste. Son septième long-métrage, First Cow sorti le 9 juin dernier dans les salles suisses s’installe au début de la Conquête de l’Ouest.

Lire la suite de la critique (en libre accès)

«Chico & Rita»: peinture sociale d’un rêve brisé

ARTICLE LONG FORMAT, Alice Bruxelle | Les dessins animés sont-ils réservés uniquement aux enfants ? Si, pour vous, la réponse est affirmative, c’est que vous n’avez sans doute pas encore découvert Chico & Rita (2011), long-métrage animé hispano-britannique réalisé par Fernando Trueba et Javier Mariscal. Histoire d’une passion amoureuse sur fond de jazz afro-cubain, il dessine la vie de deux musiciens aux rêves avortés par des enjeux sociaux bien plus puissants qu’eux. Abordant les thèmes de la perte d’identité et du racisme, les deux réalisateurs dotent à ce dessin animé une profondeur qui n’a rien à envier aux films traditionnels.

Ce contenu est réservé à nos abonnés.

Déjà un compte? Connexion

Pas encore de compte? Voir nos différentes formules d’abonnement (abo d’essai d’un mois gratuit)

«Ride or Die»: rencontre entre la poudre et le feu

Les plateformes ciné du samedi – Alice Bruxelle

Puisqu’il est passé presque inaperçu, c’est l’occasion de mettre en lumière le nouveau Ryuichi Hiroki, disponible sur Netflix. Romance plus que thriller psychologique, Ride or Die nous embarque dans une confusion de sentiments à travers la campagne japonaise. Adapté du manga Gunjōe, ce Thelma et Louise trash rend surtout compte d’un certain malaise au sein de la civilisation nippone. 

Lire la suite de la critique (en libre accès)