Archives par mot-clé : auschwitz

« Les années silencieuses » questionnent sans cesse

Les lettres romandes du mardi – Alexandre Wälti

Quand une femme de soixante-et-un ans pose un regard rétrospectif sur sa vingtaine, plus précisément les années 1942-1943, alors elle parle aussi de l’histoire de la Suisse. Quand cette femme est Yvette Z’Graggen, écrivaine et journaliste, alors l’exercice peut encore aujourd’hui enrichir l’opinion publique. Si celle-ci existe, bien sûr. L’enrichissement, lui, à la fin de la lecture du récit Les années silencieuses, est certain.

Continuer la lecture de « Les années silencieuses » questionnent sans cesse

Lectures du Goncourt 2017 (épisode 1/2)

Le Regard Libre N° 33 – Loris S. Musumeci

Le 5 septembre dernier, les membres de la prestigieuse académie du Goncourt avaient sélectionné quinze romans parus dans l’année. De ces quinze, huit ont été retenus le 11 octobre. La troisième sélection du 30 octobre a réduit encore le nombre des romans en lice et ce n’est que le 6 novembre que le grand vainqueur sera proclamé. Voici avis et aperçu de cinq romans de la première sélection, tous aussi riches que différents.

Nos vies, Marie-Hélène Lafon

« Ce livre ne raconte pas une histoire. Il noue, dénoue et tisse des histoires », annonce l’écrivain en présentant son roman. Tout commence par le portrait de Gordana, une jeune femme de l’Est qui travaille « en caisse quatre, au Franprix du numéro 93 de la rue du Rendez-Vous dans le douzième arrondissement de Paris. » La narratrice veut la connaître. Pour ce faire, elle imagine sa vie. Continuer la lecture de Lectures du Goncourt 2017 (épisode 1/2)

« Le Procès du siècle » et l’exigence de vérité

Les mercredis du cinéma – Loris S. Musumeci

Une rubrique partenaire de Cinérevue, l’émission cinématographique de NeuchVox. Prochain direct : lundi 5 juin 2017, 20h30 – 21h00

« La voix de la souffrance sera entendue. »

Le professeur Deborah Lipstadt (Rachel Weisz) enseigne l’histoire et la littérature juives à l’Université Emory d’Atlanta. La mémoire de l’Holocauste n’est, pour elle, pas seulement une tâche de son métier. C’est un devoir moral. Une vérité à reconnaître comme telle. L’historien anglais à succès, David Irving (Timothy Spall), n’a pas choisi la même direction. Il préfère « remettre en cause les affirmations de la bien-pensance », selon ses dires. Cette témérité le mène progressivement jusqu’au négationnisme pur et dur. Il est prêt à tout pour proclamer sa construction idéologique au sein des plus hautes sphères intellectuelles. Résultat : il colle un procès à sa rivale sémite, qui a impunément critiqué ses ouvrages. Sans concession.

Continuer la lecture de « Le Procès du siècle » et l’exigence de vérité