Archives par mot-clé : franz-olivier giesbert

Bernard Tapie, leçons d’un boomer

Le Regard Libre N° 78Daniel Wittmer

Si je connais les principaux contours et reliefs de l’histoire fantastique de Bernard Tapie, disparu dimanche, et bien que je lui prête une affection sincère et profonde, je dois reconnaître que Bernard Tapie. Leçons de vie, de mort et d’amour, la dernière biographie de Franz-Olivier Giesbert en date (éditions Les Presses de la Cité), ne m’a pas vraiment emballé, tant elle m’encombrait de détails technico-factuels brouillant ma compréhension. Cependant, ce passe-temps estival m’a ouvert les portes d’une réflexion: le cas Bernard Tapie montre à quel point le mépris qui s’agite parfois contre les baby-boomers est infondé.

Lire l’article (en libre accès)

Eloge du travail

Le Regard Libre N° 63 – Jonas Follonier

Il peut paraître vieux jeu de faire l’éloge du travail. Cela peut même sembler gonflé à un moment où tant d’individus ont dû faire des sacrifices pour lutter collectivement contre la crise. Il n’aura cependant échappé à personne que la crise sanitaire due au Covid-19 s’accompagne entre autres d’une crise économique et que celle-ci, selon plusieurs analystes reconnus s’étant exprimés dernièrement, pourrait bien être encore pire que celle-là. Pire, au sens où elle pourrait engendrer davantage de morts.

Lire la suite de l’édito

«Le Schmock»: FOG nous parle des flatulences d’Hitler

Les bouquins du mardi – Loris S. Musumeci

Si ce n’était pour la jaquette du livre avec sa petite poupée d’Hitler à genoux, si ce n’était pour le nom de l’auteur, Franz-Olivier Giesbert – FOG pour les intimes –, Le Schmock n’attirerait en rien au premier abord. Encore un roman sur la période de la Seconde Guerre mondiale, dans l’Allemagne nazie qui plus est. Mais quand on aime bien FOG, on se lance quand même. D’autant plus qu’il nous annonce en quatrième de couverture que cette histoire, il la rumine depuis longtemps. L’auteur a quelque chose d’important à nous raconter. Histoire d’amitié, de famille, de politique; Le Schmock est un partage.

Lire la critique