Archives par mot-clé : napoléon

Mendelssohn, le romantique qui peignait avec l’orchestre

ARTICLE LONG FORMAT, Jean-David Ponci | «Ah, vous aimez Mendelssohn». Dans une soirée mondaine, c’est sans doute le compositeur dont il ne faut pas trop chanter les louanges. Sa musique est trop accessible pour que vous puissiez attirer l’intérêt de votre interlocuteur. Le snob tend à oublier que la facilité est une qualité compatible avec la grandeur et avec la beauté. Mendelssohn était considéré comme le meilleur compositeur de son époque, en tout cas en Angleterre. Voici un petit tour d’horizon pour nous débarrasser des préjugés à son égard et découvrir ce qu’il a d’original et de profond.

Ce contenu est réservé à nos abonnés.

Déjà un compte? Connexion

Pas encore de compte? Voir nos différentes formules d’abonnement

Il y a deux cents ans : Frédéric Gard (1767-1848)

Article inédit – Sébastien Oreiller

L’histoire, selon Nietzsche, s’arrête pour bien des hommes à l’époque de leur grand-père. En cette année où nous fêtons le bicentenaire de l’entrée du Valais dans la Confédération, année de mémoire et d’identité, il me semble de mon devoir de rendre honneur à un ancêtre, Frédéric Gard, qui, député du dizain d’Entremont, avait voté l’union du Valais avec la Suisse.

Né en 1767 dans une dynastie de notaires bagnards, Frédéric Gard sert d’abord en tant que capitaine au service d’Espagne, avant d’occuper la charge féodale de banneret et capitaine d’Entremont.[1] A l’évidence, l’engouement pour les idées libérales le saisit assez rapidement puisqu’il prend déjà part à la révolution bas-valaisanne de 1798 en tant que membre du comité général des communes du Bas-Valais (gouvernement indépendant[2])[3]. Qui plus est, son frère, le docteur et chevalier Arnold Gard, connu pour avoir introduit la vaccination en Valais[4], épousera une nièce du grand-bailli de Rivaz[5], acteur majeur et parfois infortuné de cette période révolutionnaire. Continuer la lecture de Il y a deux cents ans : Frédéric Gard (1767-1848)