Archives par mot-clé : pascal couchepin

La lecture de Pascal Couchepin: «Les Vertus du Nationalisme»

CHRONIQUE LONG FORMAT Pascal Couchepin | Israël a été plusieurs fois ces derniers mois au centre de l’attention publique, pour sa réponse aux défis de la pandémie, ou ses difficultés politiques – la dernière actualité en date, funeste, est aussi la plus marquante. Le système électoral israélien ne permet pas de dégager des majorités claires.

Ce contenu est réservé à nos abonnés.

Déjà un compte? Connexion

Pas encore de compte? Voir nos différentes formules d’abonnement (abo d’essai d’un mois gratuit)

La lecture de Pascal Couchepin: «Le Choc démographique»

Le Regard Libre N° 71 Pascal Couchepin

Chaque mois, retrouvez la chronique d’une des personnalités qui nous font le plaisir de prendre la plume en alternance. Actualité, histoire, politique et philosophie: plongée dans les lectures de l’ancien conseiller fédéral Pascal Couchepin.

Les Français ont une affinité particulière pour les questions démographiques. L’origine de cet intérêt, dans le passé, était lié à des considérations géostratégiques. Après la défaite de 1870, la vitalité démographique de l’Allemagne inquiétait. Mais déjà à la Renaissance, le grand juriste Bodin disait qu’il n’y a de richesse que l’Homme. Le spécialiste des fortifications de Louis XIV, Vauban, pensait que «la grandeur d’un souverain se mesure au nombre de ses sujets». Aujourd’hui, l’évolution démographique nourrit l’angoisse d’une partie de nos contemporains, convaincus d’assister au «grand remplacement» des «Européens de souche» par des immigrants venus d’autres cultures.

Lire la chronique (en libre accès)

La lecture de Pascal Couchepin: «Le Coran des historiens»

CHRONIQUE, Pascal Couchepin | Les Editions du Cerf se sont lancées dans une aventure ambitieuse et périlleuse en publiant un coffret de trois volumes de plus de 900 pages chacun sur Le Coran des Historiens. L’ambition est de donner, dans le premier volume, un état des lieux de la recherche sur le Coran, son environnement historique, religieux et littéraire, sa rédaction, sa canonisation et sa réception par ce qui allait devenir les deux branches principales de l’Islam, les sunnites et les chiites. Les deux autres volumes sont consacrés à une exégèse, sourate par sourate, du texte du Coran.

Ce contenu est réservé à nos abonnés.

Déjà un compte? Connexion

Pas encore de compte? Voir nos différentes formules d'abonnement

La lecture de Pascal Couchepin: «Typhon»

Il y a une génération, le terme de charisme avait une forte connotation religieuse. C’était un don divin dont jouissait une personne qui avait le devoir de l’utiliser pour le bien de sa communauté. Aujourd’hui, le charisme est devenu plus simplement la capacité de convaincre les foules par le charme de sa personnalité. Le talent individuel y contribue certes, mais plus encore les nuées de spécialistes de la communication qui forgent l’image des dirigeants politiques. Trump a-t-il du charisme?

Ce contenu est réservé à nos abonnés.

Déjà un compte? Connexion

Pas encore de compte? Voir nos différentes formules d'abonnement

La lecture de Pascal Couchepin: «Barbarossa»

La guerre échappe à ceux qui la font.

Ce contenu est réservé à nos abonnés.

Déjà un compte? Connexion

Pas encore de compte? Voir nos différentes formules d'abonnement

Slash Média rejoint Le Regard Libre

Editorial pour diffusion immédiate – Jonas Follonier

Le 24 juillet dernier, Malick Touré-Reinhard, rédacteur en chef de Slash Média, a informé la presse de la cessation d’activités de son webzine au 1er septembre 2019. La raison? Un manque de recrues et de revenus. Une triste étape pour ce média de qualité dédié à la culture et aux sujets de société et fondé sur le Web en 2016 par une personnalité on ne peut plus méritante.

Par un hasard de calendriers, j’ai contacté mon confrère à la même période pour lui proposer un rapprochement avec Le Regard Libre. Cela faisait plusieurs mois que nous souhaitions augmenter l’offre de notre magazine papier. De plus, je me disais qu’entre jeunes médias romands partageant une même vision du journalisme, nous gagnerions à travailler ensemble plutôt que chacun dans son coin. C’est ainsi que j’ai ouvert des discussions avec lemultimedia.info, webzine apparu en 2014 et proposant de riches pages sportives et culturelles, et Slash Média. Au vu de l’arrêt de ce dernier, nous nous sommes dit que l’occasion était venue d’unir nos forces.

Lire la suite de l’éditorial

Pascal Couchepin et Philippe Nantermod débattent du libéralisme

Le livre «La suite des idées» sorti aux Editions Favre en mars dernier pourrait être reçu comme un simple dialogue politique entre deux personnalités libérales-radicales valaisannes, l’un ancien président de la Confédération, l’autre conseiller national. L’ouvrage est bien plus que cela: il livre des réflexions authentiques sur le libéralisme et tournées vers la pratique. Il donne une bonne idée des questions brûlantes dont cette famille de pensées ne peut pas faire l’économie à l’heure de la remise en question de l’individu, du mérite ou de la responsabilité. Pascal Couchepin nous ouvre les portes de son bureau en ville de Martigny, là où il a dialogué avec Philippe Nantermod sur un choix varié de sujets.

Ce contenu est réservé à nos abonnés.

Déjà un compte? Connexion

Pas encore de compte? Voir nos différentes formules d'abonnement

Pascal Couchepin: «Personnellement, j’étais pour un ticket à deux»

Un entretien inédit préparé par Jonas Follonier et Nicolas Jutzet

Vendredi dernier 1er septembre, le groupe parlementaire PLR a tenu séance à Neuchâtel pour choisir le type de candidature qu’il souhaite lancer dans la succession à Didier Burkhalter au Conseil fédéral. Un ticket à trois a été choisi: les candidats Ignazio Cassis (le favori), Isabelle Moret et Pierre Maudet restent en lice. Réactions d’un ancien président de la Confédération libéral-radical, Pascal Couchepin.

Jonas Follonier: Ce choix d’un ticket à trois était-il une surprise pour vous?

Pascal Couchepin: Je n’ai pas été surpris, car dans ce domaine, la préoccupation tactique l’emporte souvent sur la préoccupation du fond. Personnellement, j’étais pour un ticket à deux, et non à trois. Imaginez un ticket à quatre, cinq, six, ce serait laisser les autres partis décider. Non, il est essentiel que le parti s’accorde déjà sur un ou deux noms, afin de faire une première sélection au niveau des compétences, et ne pas laisser l’entier du choix aux autres formations politiques.

Lire la suite de l’entretien