Archives par mot-clé : virginie efira

«Adieu les cons» et bonjour le cinéma frustrant

Les mercredis du cinema – Jonas Follonier

Voilà une comédie dramatique française qui mêle des éléments excellents à des choix douteux, rendant son absurdité – pas entièrement assumée – totalement absurde. Un cinéma qui joue à cache-cache, en quelque sorte, faisant écho à notre visage masqué dans les salles obscures de 2021. Ambiance.

Lire la suite de la critique (en libre accès)

Mise en scène sibylline

Les mercredis du cinéma – Lauriane Pipoz

Sibyl est une femme qui a tout pour bien faire: ancienne romancière à succès reconvertie en psychanalyste, elle est mère de deux enfants et vit avec son mec dans un bel appartement. Mais son envie d’écrire s’approche comme une ombre inquiétante et menace sa vie bien rangée.

Lire la critique

«Le grand bain» des belles blessures

Les mercredis du cinéma – Alexandre Wälti

Sept types paumés et une femme brisée se reconstruisent grâce au rêve commun de participer aux mondiaux de natation synchronisée. Y parviendront-ils malgré leur mal de vivre? Ce condensé du synopsis annonce l’originalité du film de Gilles Lellouche. Le Grand Bain est une comédie dans laquelle la relation au corps joue un rôle important tout comme les blessures psychologiques. Elles donnent plus de force à l’humour. Nous aurions envie de parler d’ode à la difformité physique, d’éloge de la différence, d’apologie du singulier. Sans avoir peur de ces grands mots puisqu’ils soulignent précisément les particularités du film.

Continuer la lecture de «Le grand bain» des belles blessures

«Victoria» ou l’écriture d’un genre

Article inédit – Jonas Follonier

Il est difficile de se prononcer sur le film Victoria sorti le mois dernier. La critique n’est pas unanime, les parents ne partagent pas l’avis de leurs enfants, les voisins ne sont pas d’accord entre eux. Normalement, cette situation résulte d’un clivage opposant d’un côté un public populaire à la recherche de divertissement et, de l’autre, des spectateurs ouverts à la poésie et au cinéma d’auteur.

Lire la suite de la critique (en libre accès)