Tous les articles par Fanny Agostino

Enseignante, Fanny Agostino écrit des critiques de film et des articles touchant à l'histoire et à la musique pour Le Regard Libre. Elle est aussi co-responsable la rubrique Cinéma.

«Mi Iubita mon amour»: l’été sera chaud

Eblouissante dans Portrait de la jeune fille en feu, Noémie Merlant adoube à présent la réalisation. Avec Mi Iubita mon amour, elle signe une véritable tornade improvisée pour son premier long-métrage. Durant son enterrement de vie de jeune fille, Jeanne rencontre Nino, un Rom de 17 ans. Si le scénario semble déjà vu, la réalisatrice – qui tient également le premier rôle – transforme cette romance estivale en odyssée voluptueuse.

Lire la critique (en libre accès)

Nick Cave and the Bad Seeds à Montreux: l’Evangile du rock

Quatre ans après son dernier concert à l’auditorium Stravinski, le profil svelte et le costume trois pièces sont identiques. En ce samedi 2 juillet 2022, je suis à nouveau le témoin d’une épiphanie. Nick Cave et ses Bad Seeds déroulent, pendant plus de deux heures, leur liturgie. J’y reconnais les démons, mais surtout le parcours de rémission entamé par l’Australien. Une expérience organique et spirituelle. Récit.

Lire l’article (en libre accès)

L’identité suisse sous les regards contradictoires de deux historiens

DOSSIER «LA SUISSE, DEFINITION», Fanny Agostino | Les particularités de la Suisse font de ce pays un véritable terrain miné pour la question de l’appartenance identitaire. Unique aux yeux des uns, elle est plurielle aux yeux des autres. D’autres encore la jugent inexistante. Pour définir les contours de cette problématique, nous avons confronté les points de vue de deux historiens spécialistes de l’histoire helvétique, Dominique Dirlewanger et Olivier Meuwly. Quelle est leur vision de l’identité suisse? Et quel regard portent-ils sur des événements récents comme le déboulonnage de statues ou la féminisation de noms de rues? Regards croisés.

Ce contenu est réservé à nos abonnés.

Déjà un compte? Connexion

Pas encore de compte? Voir nos différentes formules d’abonnement (abo d’essai d’un mois gratuit)

«This much I know to be True»: apprivoiser la souffrance

Les mercredis du cinéma – Fanny Agostino

Véritable amuse-bouche avant la venue de Nick Cave au Montreux Jazz Festival le 2 juillet prochain, This much I know to be True signe la troisième collaboration entre le leader des Bad Seeds et le réalisateur Andrew Dominik. Ce documentaire oscille entre performance scénique et anecdotes de Nick Cave. S’il ne dévoile rien de surprenant, les captations vidéo des titres issus des albums Ghosteen et Carnage sont de véritables bijoux.

Lire la critique (en libre accès)

«Vortex»: la vieillesse en face

Les mercredis du cinéma – Fanny Agostino

Présenté en avant-première durant le Festival de Cannes l’année dernière, le dernier film de Gaspar Noé tranche avec ses précédents. La violence physique et verbale disparaît. L’ancrage est réaliste, le rythme lent conduit à la mort. En split-screen, les caméras s’immiscent dans le quotidien d’un couple de retraités atteint de dégénérescence mentale… et sentimentale. Victime d’un accident cérébral en 2019, le sulfureux réalisateur souhaiterait-il se racheter une conduite? Réponse ci-dessous.

Lire la critique (en libre accès)

«Notre-Dame brûle»: un thriller étouffe-chrétien

Les mercredis du cinéma – Fanny Agostino

Sidération, inquiétude et attente. Tel fut l’état d’esprit partagé par bon nombre de Parisiens le 15 avril 2019, lorsque la cathédrale de Notre-Dame de Paris s’embrasait dans la panique générale. Jean-Jacques Annaud (Le Nom de la Rose, La vérité sur l’affaire Harry Quebert) en propose le récit, sous une forme strictement chronologique. Aux allures documentaires, la fiction nous plonge dans un thriller qui colle aux événements. Le nez dans sa soupe, le réalisateur manque malheureusement de perspective.

Lire la critique (en libre accès)

Furax Barbarossa: la rime et l’œuvre au noir

Article inédit – Fanny Agostino

A l’occasion de son passage à Neuchâtel pour un concert à la Case à Chocs, le rappeur toulousain Furax Barbarossa nous a accordé un entretien juste avant de fouler la scène. Celui qui a écrit les interludes de l’album JVLIVS de SCH et qui collabore fréquemment avec le Belge Scylla navigue à vue; l’horizon de Barberousse n’est jamais limpide. Malgré une présence constante dans le paysage du rap francophone, il demeure l’un de ces artistes en marge de l’industrie musicale. La tempête menace, l’œil reste aux aguets. La fougue, elle, est toujours présente sur la scène. Rencontre avec celui qui est considéré comme un écumeur de prose.

Lire l’article (en libre accès)

«Madeleine Collins»: la tromperie n’est qu’apparence

Les mercredis du cinéma – Fanny Agostino

L’adultère et le phantasme de la double vie peuvent-ils encore être (re)visités au cinéma? Antoine Barraud répond par l’affirmative en engageant le spectateur dans un thriller où la folie guette, le tout porté par une Virginie Efira qui renoue avec le thème du trouble identitaire exploré dans Sybil. Elle livre une interprétation brillante en femme fougueuse et opiniâtre.

Lire la critique (en libre accès)

«Les Nouvelles Eves»: un docu sans casser des (m)œufs

Les mercredis du cinéma – Fanny Agostino

A quoi ressemble le quotidien des femmes en Suisse une année après la grève féministe de juin 2019? Quels défis doivent-elles surmonter cinquante ans après l’avènement du droit de vote? Telle est la colle posée par Judith Lichtnecker et Liliane Ott à un groupe de six réalisatrices suisses. Le résultat est brut pour une ambition présomptueuse. Les Nouvelles Eves: un documentaire qui, sous de bons sentiments, noie son propos dans un fatras de généralités.

Lire la critique (en libre accès)

«Aline»: Le biopic en trompe-l’œil

Les mercredis du cinéma Fanny Agostino

On la savait fan inconditionnelle, on n’attendait pas un tel hommage. Valérie Lemercier s’offre, pour son sixième long-métrage, la réalisation et le scénario (co-écrit avec Brigitte Buc) d’un film consacré à la vie de Céline Dion. Déjouant la structure attendue du «biopic-oscarisé», Aline se veut un savant mélange entre vérité et fantasmes. Décalé et inattendu… mais est-ce suffisant?

Lire la critique (en libre accès)