Christophe et son «succès fou» auprès des filles

Jonas Follonier – Les mélodies du jeudi

Avec son Succès fou repris avec Nusky & Vaati et annonçant son nouvel album de duos, le chanteur français Christophe, septuagénaire à l’élégance injustifiable, s’embarque dans le hip-hop-électro autotuné. Et, étonnamment, on aime. On aime beaucoup.

On le reconnaît tout de suite à sa crinière de cheveux lissés blonds, ses lunettes de soleil rondes teintées bleues, sa moue qui ne ressemble à rien et son air toujours inquiet, sensible et autoritaire tout à la fois. Le «beau bizzare» a marqué le paysage musical français par ses Mots bleus, nous a présenté ses Marionnettes et n’en finit pas de dire adieu à sa Petite fille du soleil. Daniel Bevilacqua, plus connu sous le nom de Christophe, est une légende.

Mais il arrive que les légendes s’éteignent, soit par la mort de leur inspiration, soit par leur mort tout court. Et le premier venu aurait de quoi s’inquiéter en voyant l’état de santé des choix artistiques de Christophe. Depuis plusieurs albums, l’artiste d’origine italienne développe une musique expérimentale empreinte d’électro et de choses indéfinissables. La chanson française qui en résulte est la seule actuellement à se renouveler en permanence. La voix écorchée, enfantine et suraiguë de l’auteur-compositeur-interprète reste quant à elle. Dévastante.

En réalité, quand on fait l’effort de se pencher attentivement sur ce travail de recherche de sons qui caractérise la démarche qui est celle de Christophe depuis longtemps, on est obligé de s’incliner. Océan d’amour, chanson exceptionnelle extraite de l’album Les Vestiges du chaos (2016), est représentative d’un artiste mûr qui a compris où se situaient les sonorités qui marchent aujourd’hui. Et qui se les approprie pour les intégrer à son univers sensible de textes et de mots, en restant dans la veine si spéciale de rock qu’il chérit.

On retrouve donc ce mélange si bizarre dans cette livraison peu encline à faire vibrer les jeunes demoiselles de notre siècle. Mais ne serait-ce pas précisément génial du simple fait que Christophe s’en fiche du qu’en-dira-t-on? Succès fou à la sauce hip-hop, c’est ceci:

«Le charme, c’est vraiment tout», comme le dit cette chanson. Oui, et c’est parce que Christophe a du charme qu’il est vraiment tout… tout ce qu’il faut pour s’évader un instant dans un éther musical ringard et délicieux. Non?

Ecrire à l’auteur: jonas.follonier@leregardlibre.com

Crédit photo: © Wikimedia CC 3.0

Publicités

Laisser un commentaire