Archives par mot-clé : chanson française

Jikaëlle: un style folk qui s’affine au fil du temps

Le Regard Libre N° 65 – Jonas Follonier

Julie, alias Jikaëlle, est une jeune auteure-compositrice-interprète qui prend tout simplement du plaisir à faire quelque chose de passé de mode: de la chanson française. La Française nous raconte des histoires, une façon de concevoir la chanson qui fut longtemps la règle du genre. Entre ici et ailleurs est son troisième opus et, Covid oblige, il aurait éventuellement dû sortir plus tôt. Le style de Jikaëlle, lui, n’a jamais été aussi évident. Produit par Bernard Léchot, cet album révèle une artiste complète. Rencontre.

Lire l’entretien

Avec «Comment est ta peine?», Biolay tutoie les anges

Publicités

Article inédit – Jonas Follonier

«Comment est ta peine? La mienne s’en vient, s’en va.» Benjamin Biolay n’a sans doute jamais été aussi touchant. Volver, Palermo Hollywood, … tout ça, c’était déjà de haute facture, qu’on s’entende. Mais il semblerait bien que Benjamin se soit encore bonifié au prix d’un énième émoi. Comment est ta peine? ouvre, deux mois avant, le neuvième album de l’auteur-compositeur-interprète, Grand Prix, dont la sortie est prévue le 26 juin. Et même si les autres titres devaient moins plaire que cette chanson d’ouverture, ce qui est peu probable, il deviendrait quand même un incontournable de l’artiste français. Car cette chanson est sensationnelle tant sur la fond que sur la forme et justifie à elle seule un petit article.

Lire la suite de l’article

«Histoire de Melody Nelson»: chef-d’œuvre musical et littéraire

Un album mythique et mystique

Ce contenu est réservé à nos abonnés.

Déjà un compte? Connexion

Pas encore de compte? Voir nos différentes formules d'abonnement

Bernard Léchot: «La réalisation d’un album débute quand on la croit terminée»

L'artiste neuchâtelois sort «Impasse du bonheur»

Ce contenu est réservé à nos abonnés.

Déjà un compte? Connexion

Pas encore de compte? Voir nos différentes formules d'abonnement

Christophe, hors format

Christophe est une véritable légende de la chanson française. Dans mon panthéon personnel de la variété francophone, il se situe dans la cour des plus grands, quelque part entre William Sheller et Michel Polnareff. «Les Mots bleus», «Aline», «Les Paradis perdus», autant de chefs-d’œuvre qui ont marqué à jamais les cinquante dernières années et qui marqueront encore les suivantes. Mais Christophe ne s’est pas satisfait de ses anciens succès. Désireux de se renouveler sans cesse sur le plan musical tout en restant dans le même style vestimentaire, l’éternel dandy assume une démarche expérimentale. En 2015, il a signé un magnifique album avec «Les Vestiges du chaos», renfermant des pépites telles que «Drone», «Océan d’amour», «Lou» ou «Dangereuse». Impossible de ne pas solliciter une discussion avec cet artiste total lors de son passage à Morges pour un concert en solo au Théâtre de Beausobre. Il me reçoit dans sa loge après un concert de 2h45 au lieu de 1h30. L’entretien sera également plus long que prévu, et irréel.

Ce contenu est réservé à nos abonnés.

Déjà un compte? Connexion

Pas encore de compte? Voir nos différentes formules d'abonnement

«Le regard de Charles» de là où il se trouve à présent

Les mercredis du cinéma – Loris S. Musumeci et Jonas Follonier

C’est un objet cinématographique bouleversant qui sort aujourd’hui. Surtout que le film est signé… Charles Aznavour. «A l’inverse de mes chansons, je n’ai jamais dévoilé mes images.» C’est maintenant chose faite avec Le regard de Charles, réalisé par Marc Di Domenico, reprenant les petits films qu’Aznavour, en secret, avait tournés avec sa caméra amateur pendant des décennies. On y entend également, portés par la voix de Romain Duris, des textes du quotidien écrits par le maître de la chanson française.

Lire la critique

«Philovision» à Vidy, une parodie réussie mais incomplète

Article inédit – Ivan Garcia

Annoncé comme le premier grand événement de cette saison théâtrale à Vidy, le concours européen de la chanson philosophique des artistes lausannois Massimo Furlan et Claire de Ribaupierre entend mettre en musique la philosophie sur le plateau et susciter ainsi la pensée critique. Vendredi dernier, Le Regard Libre y a assisté et, bien que le spectacle soit un chef-d’œuvre de la mise en scène, la pensée semble peu présente, voire absorbée par la forme de la performance; dès lors, on ne peut s’empêcher de se demander parfois, à l’instar de la chanson des Pixies: Where Is My Mind?

Lire l’article grand format

Sandrine Perroud sort son premier roman

Les bouquins du mardi – Jonas Follonier

Active dans la vulgarisation scientifique, férue d’écriture journalistique et de musique à ses heures perdues, Sandrine Perroud, Lausannoise de trente-sept ans, sort Les esprits aux Editions de l’Aire. Son premier roman et l’intelligence qui se dégage de cette femme lorsqu’on discute avec elle annoncent un itinéraire littéraire prometteur.

Lire la chronique

Un nouveau Patrick Bruel est né

Paléo Festival 2019 – Jonas Follonier

En clôture de ce Paléo mouvementé, le sieur Patrick Bruel s’est fait remarquer pour sa mutation efficace. Un coup de jeune dans son style musical comme vestimentaire. Le nouveau Bruel est né, avec les mêmes défauts que l’ancien. A l’arrivée de l’analyse, il faut simplement s’incliner devant l’artiste de scène.

Lire l’article

Chris is the Queen!

Paléo Festival 2019 – Amélie Wauthier

Ce soir, il fait encore bien chaud au moment où la pelouse de la grande scène se remplit petit à petit. Il y a du monde partout, mais on ne se marche pas non plus sur les pieds. C’est le premier concert de ce 44e Paléo festival auquel j’assiste et je suis plutôt impatiente de découvrir le show que nous réserve l’artiste de la soirée. Il faut dire qu’elle a beaucoup fait parler d’elle à chacun de ses albums, des prix qu’elle a remportés aux polémiques qu’elle a suscitées.

Lire la suite de l’article