Archives de catégorie : Littérature

Bienvenue dans «L’Oracle des loups»

Les bouquins du mardi – Lauriane Pipoz

La dernière création d’Olivier Beetschen est un polar qui se situe à Fribourg. Après deux recueils de poèmes et deux polars, le lausannois s’attèle à un récit qui mêle meurtre, drogue, amour et – sa spécialité – légende. Même s’il peut être facile de se perdre à travers les divers axes de lecture des aventures de René Sulic, enquêteur-star de la Sûreté de Fribourg, ce roman fribourgeois vaut certainement le détour – en particulier si vous affectionnez la Basse-Ville, les légendes, les belles plumes, ou les trois.

Lire la critique

«Licorne»: #BeYourself #CommeToutLeMonde

Les bouquins du mardi – Amélie Wauthier

Maëla, 20 ans, est une étudiante en lettres médiocre. Sa vie est rythmée par les réseaux sociaux. Du Facebook de Lisa, la nouvelle petite amie de Kilian, aux chaines de célèbres youtubeuses en passant par le compte Instagram de son rappeur préféré Mowgli et de son ours Balloo – deux figures omniprésentes dans le livre –, Maëla est accro. Avec son Iphone 6, la jeune femme est persuadée de tenir entre ses mains la clef de la notoriété et d’un futur radieux, faits de strass et de paillettes. Elle s’évertue à mettre en scène aussi scrupuleusement que maladroitement sa vie, de son bol de céréales quotidien à sa nouvelle coupe de cheveux.

Continuer la lecture de «Licorne»: #BeYourself #CommeToutLeMonde

«Ça raconte Sarah»: un Choix Goncourt de la Suisse au cœur d’une passion lesbienne

Le Regard Libre N° 51 – Loris S. Musumeci

Tour d’horizon de quelques grands prix littéraires, épisode #4

«Ça raconte Sarah, sa beauté inédite, son nez abrupt d’oiseau rare, ses yeux d’une couleur inouïe, rocailleuse, verte, mais non, pas verte, ses yeux absinthe, malachite, vert-gris rabattu, ses yeux de serpent au paupières tombantes. Ça raconte le printemps où elle est entrée dans ma vie comme on entre en scène, pleine d’allant, conquérante. Victorieuse.»

Vous savez donc de quoi il s’agit. Ça raconte Sarah, eh bien, raconte Sarah. Ça raconte Sarah à travers les yeux d’une narratrice dont elle tombe amoureuse. Avec laquelle elle vit une passion folle et érotique. Puis la fin de cet amour, et la mort lente qu’engage cette rupture. Le sujet est simple, le livre est court; ce qui a plu aux jurés du Choix Goncourt de la Suisse. 

Lire la suite de l’article

Rastignac au pays des cow-boys

Les bouquins du mardi – Ivan Garcia

Un jeune loup de la finance se lance dans l’acquisition d’un ancien site sidérurgique à l’abandon pour le compte d’un prince arabe. Mais, dans une Amérique profonde, les étrangers font peur. A force de toucher au patrimoine, l’homme d’affaires se trouve aux prises avec les cow-boys de la contrée. Un western moderne doublé d’une enquête policière qui entraîne le lectorat au sein de cette Rust Belt [ceinture de la rouille] qui a tant fait parlé d’elle à travers Donald Trump.  

Lire la critique

Parlons littérature d’aujourd’hui avec Thomas Hunkeler

Le Regard Libre N° 51 – Loris S. Musumeci

Le statut de professeur n’est qu’un titre parmi tant d’autres. Le vrai professeur est celui qui transmet non seulement une matière, mais encore une passion. C’est le cas de Thomas Hunkeler, professeur de littérature française à l’Université de Fribourg. Voilà un homme qui a de la prestance, voilà un homme animé. Il sait de quoi il parle, comme il sait aussi s’égarer dans la liberté d’une parole ouverte, non-académique et sans a priori, pour nous partager ses goûts et ses pensées au sujet de la littérature.

Lire l’entretien

Une machination orchestrée par Jérémy Ergas

Les bouquins du mardi – Lauriane Pipoz

Une bourgeoisie genevoise artificielle, un romancier à succès assassiné, des scènes de crime à la fois effroyables et géniales, un tueur obsessionnel, trois suspects principaux et deux inspecteurs motivés, mais dépassés : voilà les ingrédients principaux de La Machination. Résumé très sommairement, parce que le troisième livre et premier thriller de l’écrivain suisse Jérémy Ergas n’est pas un long fleuve tranquille et comporte de nombreux rebondissements.

Lire la critique

La chose à faire est de lire Antoine Vuille

Jonas Follonier – Les bouquins du mardi

La nécessité de sortir des calendriers intérieurs pour s’ouvrir aux autres et au monde. Tel pourrait être le thème reliant les quatre nouvelles parues sous le titre Les choses à faire, que publie le jeune auteur Antoine Vuille aux Editions L’Age d’Homme à Lausanne.

Lire la critique

«La femme du banquier», un excellent thriller

Les bouquins du mardi – Lauriane Pipoz

Marina Tourneau est journaliste. En vacances en France avec son fiancé, elle peine à décrocher et accepte une mission à la demande de son supérieur. Lorsque ce dernier est retrouvé mort, elle comprend qu’ils tiennent là une grande affaire. De son côté, l’américaine Annabel vit depuis deux ans à Genève avec son mari, banquier privé. Elle est effondrée lorsqu’elle apprend sa mort dans un accident d’avion. Et encore plus quand elle découvre en quoi consistait vraiment son métier.

Lire la critique

Entretien avec Guillaume Poisson, président du Cercle Littéraire de Lausanne

Le Regard Libre N° 50 – Ivan Garcia

Le lundi 1er avril 2019, au Cercle littéraire de Lausanne, nous rencontrons Guillaume Poisson, président du Cercle en question, historien professionnel et directeur scientifique d’un ouvrage récemment paru aux Editions Slatkine, Les trésors du Cercle littéraire de Lausanne, deux siècles de collections patrimoniales, 1819 – 2019. Monsieur Poisson a accepté de répondre à nos questions au sujet de cette institution lausannoise qu’est le Cercle littéraire; nous l’avons donc interrogé sur son intérêt pour celui-ci, le rôle de la société dans la vie lausannoise, ainsi que sur certains points évoqués dans le livre qu’il a dirigé.

Lire l’entretien

«Une histoire italienne», entre insouciance et désenchantement

Les bouquins du mardi – Amélie Wauthier

Attalo a tout juste six ans quand son père se fait exploser le crâne lors d’un accident de chasse, le laissant seul avec sa mère. En quête de repères masculins, Attalo trouve en la personne de Benito Mussolini un substitut paternel de premier choix. Et dans le fascisme, la promesse d’un «Nouvel Ordre», d’une appartenance.

Lire la critique