Archives de catégorie : Littérature

«Suzanne», ou ne jamais cesser de «sourire quand même»

Les bouquins du mardi – Amélie Wauthier

Suzanne a nonante-cinq ans et de nombreuses chutes à son actif, c’est pourquoi elle se retrouve contrainte de quitter sa résidence pour séniors pour un Ehpad, un établissement pour personnes âgées dépendantes. Le personnel, en sous-effectif, y est débordé et pas toujours aimable ni bienveillant à l’égard de ses pensionnaires. Chaque geste est compté, tout est calculé de façon à ce qu’on ne perde pas une seconde; c’est l’usine pour un salaire de misère et un burn-out à la clef. Les activités proposées sont infantilisantes et Suzanne refuse d’y participer. Il faut dire que ce n’est pas dans ses habitudes d’obéir aveuglément.

Continuer la lecture de «Suzanne», ou ne jamais cesser de «sourire quand même»

«Portnoy et son complexe»

Le Regard Libre N° 43 – Jonas Follonier

Dossier spécial Philip Roth (4/4)

Un petit livre incontournable que Portnoy et son complexe, roman de 1969 ayant valu à l’Américain Philip Roth sa sulfureuse notoriété. L’auteur avait déjà publié un recueil de nouvelles dix ans plus tôt, Goodbye, Columbus, qui n’avait pas obtenu le succès. Néanmoins, les thèmes obsessionnels de Roth étaient déjà présents, à commencer bien sûr par la judéité. Obsessionnel, cet écrivain l’est assurément, comme tous les génies. Imaginez un Tarantino qui ne fût pas obsessionnel, de même qu’un Proust, un Polnareff, un Flaubert ou un Kubrick. Et il est une obsession qui parcourt tout Portnoy et son complexe: celle du sexe.

Continuer la lecture de «Portnoy et son complexe»

L’«Indignation» de Philip Roth

Le Regard Libre N° 43 – Alexandre Wälti

Dossier spécial Philip Roth (3/4)

Mourir bêtement d’un coup de baïonnette par refus de subordination à n’importe quel ordre moral. Finir déchiqueté sur le champ de bataille comme un bout de viande parce qu’on a refusé l’inculcation d’une quelconque tradition. Est-ce que cela en vaut la peine? La question fait écho au terme «indignation» – le sentiment de colère qui soulève une action qui heurte la conscience morale, le sentiment de la justice – titre du roman de feu Philip Roth.

Continuer la lecture de L’«Indignation» de Philip Roth

«Pastorale américaine», un ouvrage qui dit tout

Le Regard Libre N° 43 – Loris S. Musumeci

Dossier spécial Philip Roth (2/4)

«Deux cent cinquante millions de personnes mangent une dinde unique et colossale, qui nourrit tout le pays. On met entre parenthèses les mets bizarres, les pratiques bizarres et les particularismes religieux, entre parenthèses la nostalgie trimillénaire des Juifs, et chez les chrétiens le Christ, sa croix et sa crucifixion ; chacun, dans le New Jersey et ailleurs, met son irrationalité en veilleuse mieux que tout le reste de l’année. On met entre parenthèses griefs et ressentiments, et pas seulement les Dwyer et les Levov, mais tous ceux qui, en Amérique, soupçonnent leur voisin. C’est la pastorale américaine par excellence ; cela dure vingt-quatre heures.»

Pastorale américaine (1997) est une révélation. Elle est une révélation de Philip Roth pour ceux qui, comme moi, n’avaient jamais lu l’auteur auparavant. Elle est aussi la révélation d’un roman on ne peut plus complet dans ses thèmes et où le style parle vrai. Elle est par là la révélation d’une œuvre d’art, qui s’érige indéniablement en authentique chef-d’œuvre de la littérature.

Continuer la lecture de «Pastorale américaine», un ouvrage qui dit tout

«Le complot contre l’Amérique»

Le Regard Libre N° 43 – Clément Guntern

Dossier spécial Philip Roth (1/4)

La dystopie de Philip Roth, auteur mondialement reconnu et apprécié, peint la vie dans une Amérique devenue antisémite. L’histoire modifiée révèle nos angoisses, brise nos certitudes et ravive une peur qui jusque-là sommeillait en nous.

Le livre de Philip Roth, publié en 2004 aux Etats-Unis, ne fait certainement pas partie de ses œuvres les plus connues ou que l’on citerait spontanément en discutant de la trace qu’il a laissée pour la littérature. Pourtant, tout autant que d’autres, Le Complot contre l’Amérique a sa place entre Pastorale américaine (1997) et La Tache (2000). Les préoccupations qui ont jalonné son œuvre y sont présentes, comme la place du Juif ou le rôle de l’histoire. Mais ce roman reste surtout celui de la peur, celle qui plane sur nous en permanence et pour toujours.

Continuer la lecture de «Le complot contre l’Amérique»

Les Billes du Pachinko – Un voyage intérieur

Les lettres romandes du mardi – Nicolas Jutzet

Le Regard Libre et ses lecteurs ont découvert Elisa Shua Dusapin grâce à son premier livre Hiver à Sokcho. Une rencontre relatée dans notre vingt-neuvième édition (juillet 2017). Entre temps, le livre s’est transformé en véritable succès, faisant de son auteur une promesse désormais attendue au tournant. Dernièrement, Elisa Shua Dusapin fut même l’invitée de l’Elysée, conviée au palais de l’Elysée par le président français Emmanuel Macron en présence de son homologue sud-coréen, Moon Jae-In. Que de chemin parcouru!

Continuer la lecture de Les Billes du Pachinko – Un voyage intérieur

«On n’arrête pas un peuple qui danse»: quand l’énergie du cœur fait la guerre au désespoir

Les bouquins du mardi – Hélène Lavoyer

Lorsque Sarah enfourche sa Part (une moto de 125cm3) syrienne en 2015, quatre ans après son retour de Syrie, la réalité de conflits dont la plupart ne connaissent que le récit médiatique est déjà ancrée dans l’esprit de la jeune femme. Pourtant, guidée par un feu intérieur et armée d’un culot bienvenu, elle entame la route qui l’emmènera sur les terres mixtes du Liban, qu’elle fait découvrir au lecteur en combinant un humour sarcastique et spontané, avec un ton grave, inévitable pour parler de la «sur-vie» imposée aux êtres sur les terrains de ces guerres où de multiples acteurs tentent de prendre le dessus. Continuer la lecture de «On n’arrête pas un peuple qui danse»: quand l’énergie du cœur fait la guerre au désespoir

«L’Art de perdre»: l’art de réussir à créer des liens

Les bouquins du mardi – Loris S. Musumeci

«Qu’est-ce que vous croyez qu’elles font vos filles dans les grandes villes? Elles disent qu’elles partent pour leurs études. Mais regardez-les: elles portent des pantalons, elles fument, elles boivent, elles se conduisent comme des putes. Elles ont oublié d’où elles viennent.»

Naïma est l’héritière d’une histoire familiale chargée de l’Histoire. Sa famille, d’origine kabyle, est arrivée en France durant l’été 62. Date maudite selon son père Hamid, qui n’a quasiment jamais parlé de l’Algérie à ses filles. Date maudite aussi pour son propre père, Ali, qui avait suggéré aux siens de ne jamais préciser la date de leur arrivée en France, surtout en présence d’autres ressortissants algériens. L’été 62 est en effet le moment où sont arrivés les «harkis», ces Algériens qui ont choisi la France face au FLN.

Continuer la lecture de «L’Art de perdre»: l’art de réussir à créer des liens

Le drame de l’Ordre du Temple solaire mis en roman

Les bouquins du mardi – Jonas Follonier

Le 4 octobre 1994, à Salvan (VS) et à Cheiry (FR), des adeptes de l’Ordre du Temple solaire périssaient au nom d’une apocalypse prochaine. Si les faits sont connus, Julien Sansonnens a choisi de prendre la plume pour en livrer l’histoire sous forme de roman. Au centre du récit, «l’enfant aux étoiles», la fille du gourou Joseph Di Mambro. Un ouvrage poignant, douloureux et questionnant.

Continuer la lecture de Le drame de l’Ordre du Temple solaire mis en roman

Rubem Fonseca, «Bufo et Spallanzani»

Les bouquins du mardi – Alexandre Wälti

La demande était pourtant simple: un roman dont on ne décroche pas et qui n’est pas un polar. Rien d’exceptionnel, c’est vrai. Il fallait juste éviter le schéma classique du meurtre, de l’enquête et de l’assassin. Ce n’est pas entré dans l’oreille d’un sourd puisque le libraire, à peine ces mots sont sortis de ma bouche, a immédiatement choisi le roman Bufo et Spallanzani. Sans dire trop de mots, juste ce qu’il faut, le contexte et deux-trois précisions au sujet de l’écriture piquante de Rubem Fonseca. J’étais convaincu.

Continuer la lecture de Rubem Fonseca, «Bufo et Spallanzani»