Vous êtes sur smartphone ?

Téléchargez l'application Le Regard Libre depuis le PlayStore ou l'AppStore et bénéficiez de notre application sur votre smartphone ou tablette.

Télécharger →
Non merci
Accueil » Canicule: cet Etat-nounou qui nous veut du bien

Canicule: cet Etat-nounou qui nous veut du bien5 minutes de lecture

par Jonas Follonier
0 commentaire
Jonas Follonier © Nathanaël Schmid pour Le Regard Libre

Au cours des récentes périodes de canicule ou simplement de chaleur tropicale, les instances officielles auront réussi à nous épuiser encore plus que la température, ce qui suppose un certain talent.

«Buvez de l’eau»

Quelques exemples. Dans les métros parisiens, une voix vous rappelait chaque tant de temps de boire de l’eau. En Suisse, la RTS est en pleine réflexion pour ne plus laisser passer des images d’enfants qui se baignent ou qui mangent des glaces pour illustrer les vagues de chaleur; d’autres, comme Le Monde, ont déjà mis en œuvre cette mesure. Le but? Nous faire comprendre que la canicule fait des victimes. Que si l’on se met trop au soleil ou qu’on ne s’hydrate pas suffisamment, on court un risque. Qu’il serait bien malvenu de se réjouir du beau temps. Et que si l’on ne fait rien pour lutter contre le réchauffement climatique, ce sera de pis en pis.

NEWSLETTER DU REGARD LIBRE

Recevez nos articles chaque dimanche.

Alors oui, certains parents n’inculquent peut-être pas suffisamment de règles de vie à leurs enfants et ceux-ci s’en trouvent défavorisés. C’est un argument qui s’entend: l’éducation est inégalitaire et n’est donc pas suffisante à la bonne marche de la société. Sans quoi il n’y aurait ni école, ni politique, ni justice, ni éthique…

Mais ce fait ne justifie pas que l’Etat bassine toute la population avec des appels à boire de l’eau en temps de canicule. Des mesures ciblées peuvent, doivent, être prises. Typiquement auprès des personnes âgées et vulnérables, comme dans le cas des pandémies… Mais de grâce, pas à l’ensemble de la société! L’immense majorité des gens est déjà au courant que quand il fait chaud, il faut boire de l’eau. Celui qui ne s’en rappellerait pas s’en rendrait d’ailleurs compte très vite, sur le plan strictement physiologique et instinctif.

L’avènement d’un Etat maternaliste

Cette situation est représentative d’un mouvement de fond: l’avènement d’un Etat paternaliste. Ou plutôt maternaliste, comme l’avait souligné il y a quelques mois Olivier Delacrétaz dans La Nation. De manière plus générale, on assiste à l’intervention de l’Etat auprès d’individus qui n’en ont nullement besoin et qui n’ont rien demandé. Si au moins cette intrusion passait inaperçue! Mais elle vous fait bouillonner, parce que c’est répétitif, parce que ça vous occupe la vue, les oreilles et l’esprit, ou tout simplement parce que vous n’aimez pas être pris pour un débile.

Le problème n’est pas tant que le pouvoir politique veuille notre bien: encore heureux qu’il ne nous veuille pas du mal. Le problème, c’est qu’il se prend pour un parent, un parrain, un protecteur, comme si sa mission consistait à nous discipliner. Le bien qu’on souhaite à ses enfants en tant que mère ou en tant que père est une autre sorte de bien que le bien public.

Pour une saine relation entre l’Etat et l’individu

L’ «Etat nounou» est l’expression qui a désormais pris sa place dans le débat public pour décrire ce phénomène. Mathieu Laine, auteur de l’essai Infantilisation, Cet Etat nounou qui vous veut du bien, écrit: «Chaque jour, l’Etat nounou s’éloigne de la devise de Lysander Spooner: ‘‘Les vices ne sont pas des crimes.’’ (…) Ne gagnerions-nous pas à imaginer, entre l’Etat et nous, un lien plus respectueux, plus juste, plus apaisé et plus vertueux? Nos dirigeants comme les citoyens doivent s’engager dans ce débat.»

Le virus de l’infantilisation s’accompagne d’autres fièvres: la bureaucratisation, la centralisation, la judiciarisation, la victimisation… Qui toutes entretiennent une certaine méfiance à l’égard de la responsabilité individuelle. Bientôt, sauf prise de conscience, plus rien n’échappera à cette bouffée de maternisation. Ce qui se passe désormais en temps de canicule n’en est qu’un thermomètre parmi d’autres.

Ecrire à l’auteur: jonas.follonier@leregardlibre.com

Image d’en-tête: Photographie du bar prise par l’un des jeunes renvoyés par le patron

Vous venez de lire un article en libre accès. Débats, analyses, actualités culturelles: abonnez-vous à notre média de réflexion pour nous soutenir et avoir accès à tous nos contenus!

Dessin: © Nathanaël Schmid pour Le Regard Libre

Abonnement jeune (moins de 25 ans)

25 CHF/ an

Accès à tous les articles du site pendant une année

Abonnement numérique

50 CHF/ an

Accès à tous les articles du site pendant une année

Abonnement standard (Suisse)

100 CHF/ an

Accès à tous les articles du site pendant une année et aux éditions papier (11 numéros)

Abonnement standard (UE)

125 CHF/ an

Accès à tous les articles du site pendant une année et aux éditions papier (11 numéros)

Vous aimerez aussi

Laisser un commentaire

Contact

© 2022 – Tous droits réservés. Site internet développé par Novadev Sàrl