«Le potentiel érotique de ma femme», pleinement burlesque

Les bouquins du  mardi – Edition spéciale «Les coronarétrospectives de la littérature» – Lauriane Pipoz

Le potentiel érotique de ma femme est le premier livre à succès de David Fœnkinos. Sorti en 2004, il fera connaître son auteur grâce à un ton impertinent et un humour burlesque, apposés sur des thèmes plutôt sérieux. Au fil d’une centaine de pages, on découvre la névrose, la baisse du désir et l’infidélité sous un nouveau jour. Récit d’une plongée dans un monde absurde.

Le principal talent de David Fœnkinos? Raconter une histoire à l’aide d’anecdotes ou de stéréotypes. Hector est atteint de collectionnite. Il collectionne des objets pour oublier que la vie, et particulièrement la sienne, est profondément absurde. Au bout du rouleau, il tente de se suicider. Mais c’était sans compter différentes rencontres qui vont le motiver à se soigner et lui donner goût à la vie.

«On dit souvent qu’il existe des hommes à femmes, on peut considérer qu’Hector est un homme à objets. Bien loin de comparer la femme à l’objet, nous notons toutefois d’évidentes similitudes, et les angoisses de notre héros pourront se refléter dans les angoisses des infidèles, et de tous les hommes transpercés par la rareté féminine.»

Le potentiel érotique de ma femme n’est pourtant pas l’histoire d’une lente guérison, mais celle d’une rapide replongée: peu après sa rencontre avec Brigitte, c’est le drame. Hector fait de sa nouvelle femme une obsession à part, un objet de collection bien plus addictif que tous les autres. En égratignant au passage toute théorie féministe. Mais ce n’est pas si grave, Hector n’est pas conçu pour être un exemple à suivre.

«Hector avait une tête de héros. On le sentait prêt à passer à l’acte, à braver tous les dangers de notre grosse humanité, à embraser les foules féminines, à organiser des vacances en famille, à discuter dans les ascenseurs avec des voisins, et, en cas de grande forme, à comprendre un film de David Lynch. Il serait une sorte de héros de notre temps, avec des mollets ronds. Mais voilà qu’il venait de décider de se suicider. On avait vu mieux comme héros, merci. Un certain goût pour le spectacle lui avait fait opter pour le métro.»

Ce roman tout entier est éclaté; la référence à David Lynch est donc on ne peut mieux choisie. Même si le récit est compréhensible, il est construit comme une œuvre dont il serait épuisant de chercher à comprendre tous les tenants et aboutissants. La faute ici à l’humour mordant de son auteur et à son goût pour l’anecdotique, renforcé par son amusement des idées préconçues.

Mais étonnamment, la psychologie des personnages tient la route: elle nous rappelle que nous aussi apprécions décrire le monde à l’aide d’histoires décousues. Pourquoi ne pourrait-on pas le faire dans un livre? Ca fonctionne. A l’aide d’exemples ridicules, le lecteur arrive à comprendre la dynamique des époux effrayés à l’idée de s’ennuyer ou de leur couple d’amis faussement équilibré. Un petit plus réside dans sa façon de décrire les amoureux, ce qui sera l’élément phare de La Délicatesse (2009) et en fera un autre succès.

A lire aussi: Le mystère Henri Pick

Fœnkinos n’a pas de limites: il tourne en dérision les préjugés, le sexisme, le suicide et même l’inceste. En arrachant au passage de beaux fous rires coupables, parce que la gravité des situations ne fait qu’augmenter leur potentiel comique. Cet humour burlesque atteint son paroxysme à la fin du livre, absolument absurde. On le referme en n’étant pas bien sûr de savoir ce qu’a voulu nous dire l’auteur, mais avec une très forte envie d’en parler.

Crédit photo: © Lauriane Pipoz pour Le Regard Libre

Ecrire à l’auteure: lauriane.pipoz@leregardlibre.com

David Fœnkinos
Le potentiel érotique de ma femme
Editions Gallimard
2004
192 pages



Laisser un commentaire