Vous êtes sur smartphone ?

Téléchargez l'application Le Regard Libre depuis le PlayStore ou l'AppStore et bénéficiez de notre application sur votre smartphone ou tablette.

Télécharger →
Non merci
Accueil » «Panorama», le cauchemar de la transparence
Littérature

Recension

«Panorama», le cauchemar de la transparence

par Sandrine Rovere
0 commentaire
Panorama © Unsplash

Dans un roman qui prend l’allure d’un polar, l’écrivaine française Lilia Hassaine mène la charge contre une société qui a érigé la transparence en vertu absolue.

Comment vivre dans un monde où la vie privée n’existe plus? L’auteure française Lilia Hassaine se pose la question dans son dernier livre, Panorama, publié cet automne dans la collection blanche de Gallimard.

Pour son troisième ouvrage, c’est au roman d’anticipation qu’elle s’attaque, en se projetant en 2050. Dans une France issue d’une nouvelle révolution, la classe politique est désavouée, les institutions démantelées, la police désarmée et la justice a perdu toute légitimité. C’est le peuple qui est au pouvoir: il vote les lois sur internet, relaxe ou condamne via des votes sur les réseaux sociaux.
 

«Renoncer à son intimité au nom de la paix civile»

Même l’intimité a disparu: revenus, diplômes, données médicales sont désormais accessibles en un seul clic sur internet. Les maisons sont vitrées, pour prévenir abus sur mineurs et violences conjugales. Chacun devient le garant de la sécurité et du bonheur de son prochain. «Si nous n’avons rien à nous reprocher, pourquoi ne pas accepter de tout montrer?», se demande cette société.

A lire aussi | «Je n’ai rien à cacher»: critique d’un argument fallacieux

Dans ce monde lisse et transparent, une famille – un couple et son petit garçon – disparaît pourtant sans laisser de traces. Comment est-ce possible, alors que chacun est en représentation permanente sous l’œil suspicieux de ses voisins? Hélène, une policière devenue «gardienne de protection» selon la nouvelle terminologie, mène l’enquête.

Au fil des investigations, ce sont tous les aspects les moins reluisants de cette communauté qui sont mis en lumière. S’il y a du 1984 dans ce monde de 2050, il n’y a pas de despote moustachu qui représente l’autorité. Chacun devient en quelque sorte le Big Brother de son prochain, via une obligation de bienveillance et de bien-être, ainsi qu’une certaine vision de la moralité. Et gare aux individus qui ne se couleraient pas dans le moule.

«Pour vivre heureux, vivons cachés»

A travers ce roman, l’écrivaine avertit toutefois que cette société n’est pas si éloignée de la nôtre. Leila Hassaine peint un portrait au vitriol de ces réseaux sociaux qui régissent déjà considérablement nos vies et ouvrent quotidiennement une vitrine sur notre intimité. De ces plateformes où une grande partie de l’opinion publique se forme aujourd’hui.

Il y a plus de 70 ans, Georges Orwell avertissait, en marge de la publication de 1984: «Faites en sorte que cela ne se produise pas. Cela dépend de vous.» Leila Hassaine reprend, pour sa part, quelques vers d’une fable du XVIIIe siècle: «Pour vivre heureux, vivons cachés.»

Ecrire à l’auteure: sandrine.rovere@leregardlibre.com

Vous venez de lire un portrait en libre accès. Débats, analyses, actualités culturelles: abonnez-vous à notre média de réflexion pour nous soutenir et avoir accès à tous nos contenus!

Leila Hassaine
Panorama
Gallimard, coll. «Blanche»
2023
240 pages

Vous aimerez aussi

Laisser un commentaire

Contact

© 2024 – Tous droits réservés. Site internet développé par Novadev Sàrl