Epicure, chantre du confinement et de la décroissance4 minutes de lecture

Le Regard Libre N° 77 Enzo Santacroce

Série «Les préjugés à l’égard des philosophes», épisode #2

S’il est un philosophe dont le nom est associé à un préjugé tenace, c’est bien le penseur grec du IIIe siècle av. J.-C.: Epicure. En effet, qui n’a jamais entendu le terme d’épicurien pour désigner une personne appréciant la bonne chère et les vins raffinés? En réalité, l’expression «vivre en bon épicurien» détourne de son sens premier l’enseignement du maître grec pour qui la recherche du plaisir doit être prudente et mesurée. Plus essentiellement, cultiver simplement les sensations agréables permet de répondre aux malheurs de la vie et aux angoisses qu’ils provoquent, selon le philosophe. Dans notre actualité, sa stratégie du repli serait comparable au confinement et ferait les beaux jours des décroissants.

Les malheurs sont nombreux et incontrôlables. A l’époque d’Epicure, c’est-à-dire pendant l’Antiquité, les hommes craignaient l’orage, les tempêtes, les inondations, les tremblements de terre et les guerres comme autant de catastrophes fomentées par la colère des dieux. La superstition était le guide, la peur de la mort régnait dans le cœur et l’esprit des citoyens. Epicure, fort de ce diagnostic, décida de remédier à cet état de chose en proposant une philosophie détonante dont le principe paraît limpide mais qui, à y regarder de près, recèle une complexité inattendue: le corps est l’ami de l’âme.

On ne s’en rend plus compte aujourd’hui, mais cette affirmation constitue une véritable révolution philosophique vis-à-vis de la suprématie des idées platoniciennes en cette période dans le paysage intellectuel grec, notamment à Athènes. Plus précisément, Platon, ami et disciple de Socrate, a quand même écrit plus d’une trentaine d’ouvrages pour exposer que le corps, ennemi juré de l’âme, détournait l’homme de la vérité et du bien. Selon Epicure, cette perspective est anxiogène, car ce qui préoccupe les humains, constate-t-il, c’est d’échapper aux caprices d’une nature et d’une vie souvent hostiles, non de rechercher sagement la vérité. Or, dire aux hommes qu’ils doivent viser la pureté alors qu’ils sont apeurés par une existence qui leur échappe est inadéquat et ajoute de la confusion.

Le nécessaire et le non-nécessaire

Epicure observe que les hommes, à l’instar des autres êtres naturels, sont traversés par des besoins: la faim, la soif, le sommeil. Considérant avec sérieux la part d’animalité en l’homme, le philosophe grec estime que les efforts de celui-ci doivent tendre vers le bonheur en empruntant le chemin du plaisir, lequel s’éprouve en satisfaisant les manques que dictent les rythmes biologiques. Toutefois, le plaisir recherché n’est simple que s’il est en lien direct avec la nécessité naturelle de restaurer le corps réclamant son dû.

Plus précisément, Epicure établit une hiérarchie des plaisirs selon les critères du nécessaire et du non-nécessaire, dont la fonction est d’indiquer si les choix répondant aux exigences de la chair sont raisonnables ou non. Par exemple, manger à midi une assiette végétarienne accompagnée d’un verre d’eau consent au bienheureux un plaisir sain puisque pondéré. En revanche, manger deux assiettes, boire un soda et s’autoriser un dessert est certes plaisant, mais non-nécessaire du fait que cela emplit de calories superflues, complique la digestion et coûte plus cher. Se satisfaire en se contentant du minimum est donc la devise épicurienne.

Cette manière de vivre, cette éthique de la simplicité est, aux yeux d’Epicure, la seule voie possible pour apaiser la douleur que prépare le besoin. Plus profondément, c’est moins le besoin lui-même que la peur du besoin qu’il s’agit d’apaiser. Se contenter du minimum est une discipline dont le but est d’amenuiser la crainte que génère l’esprit lorsqu’il se met à penser aux lendemains qu’il ne connaît pas. Aussi, le message épicurien est le suivant: évitons de nous demander de quoi demain sera fait, puisque le présent nous offre de quoi combler nos appétits. Vivant dans son Jardin qu’il avait transformé en école, Epicure répétait dans ses leçons qu’un repas simple constitué de pain, de figues et d’eau agrémenté de conversations amicales ouvrait l’accès à une plénitude permettant de vivre comme un dieu parmi les mortels.

Le repli comme marqueur du confinement et de la décroissance

Cette approche, à l’allure sympathique, est néanmoins porteuse d’un danger: le repli sur soi qui entraîne la distanciation des autres. C’est que selon Epicure, la recherche du plaisir minimal ne concerne pas uniquement la sélection des mets, elle s’accompagne également d’une contrainte sociale imposant l’exclusion de tout ce qui ne concerne pas directement la nature, à commencer par l’ambition personnelle et professionnelle. En d’autres termes, un aspect civilisationnel comme la concurrence, qui crée des stimulations intéressantes pour s’épanouir, est banni du discours épicurien prônant ainsi une forme de confinement moral. Dans cette optique, vivre simplement requiert un renoncement aux activités extérieures, qui sont pourtant autant de leviers de croissance sociétale, aussi bien sur le plan individuel que collectif.

Lorsque la Confédération a imposé à deux reprises le semi-confinement, elle a parlé le langage d’Epicure : évitons les contaminations en restant autant que possible à la maison et contentons-nous de l’essentiel, c’est-à-dire de la famille ou du ressourcement intérieur. Le problème, c’est que l’essentiel ne suffit pas. Moins ou ne plus travailler, arrêter d’aller chez le coiffeur, dans la salle de fitness, ne plus produire de culture au sens large démontre, par ses effets délétères sur la santé psychique des individus, à quel point ce mode de vie décroissant entame la cohésion sociale. Chacun ressent le besoin de sortir de chez soi, car c’est une façon de sortir de soi-même et ainsi de mettre la logique de nos désirs aux prises avec celle du monde. Voilà par excellence ce qui dynamise le développement de nos idées et de nos projets. Chercher l’apaisement via le renoncement n’est donc finalement pas si reposant.

Ecrire à l’auteur: enzo.santacroce@leregardlibre.com

Crédits photos: © DR

Laisser un commentaire