Vous êtes sur smartphone ?

Téléchargez l'application Le Regard Libre depuis le PlayStore ou l'AppStore et bénéficiez de notre application sur votre smartphone ou tablette.

Télécharger →
Non merci
Accueil » Andy Ngo: «Mon agression a été célébrée par la gauche radicale»
Politique

Interview

Andy Ngo: «Mon agression a été célébrée par la gauche radicale»10 minutes de lecture

par Ronnie Grob
0 commentaire
L’une des nombreuses inscriptions «Kill Andy Ngo» («Tuez Andy Ngo») © DR

Le journaliste infiltré Andy Ngo est devenu un ennemi du mouvement Antifa en raison de sa couverture des manifestations politiques et a été battu à plusieurs reprises. Il met en garde les Suisses contre la naïveté.


L’article original est paru en allemand dans Schweizer Monat.


Andy, vous avez grandi à Portland, dans l’Oregon; beaucoup de gens connaissent la ville grâce à la série télévisée Portlandia. La ville était autrefois connue dans le monde entier comme le cœur de la politique démocrate, où vivent les hipsters de gauche. Comment Portland a-t-elle évolué au cours des vingt dernières années?

«Portlandia» a contribué à faire connaître les belles choses de Portland au grand public. Les gens aimaient le fait que c’était décalé et étrange et qu’il y avait un sentiment de politique de gauche exagéré, mais aussi attachant d’une certaine manière. Les choses ont pris une tournure critique en 2016 lorsque Donald Trump est devenu le candidat présidentiel du Parti républicain et a organisé des rassemblements électoraux à travers le pays. La presse et ses critiques se sont ralliés à l’accusation et au discours selon lequel il était un candidat fasciste et que son programme et ses rassemblements politiques étaient basés sur le racisme et la suprématie blanche. Dans ce contexte, cette affirmation s’est répandue à travers les Etats-Unis. Cependant, elle était plus répandue à Portland qu’ailleurs, car la ville possède une monoculture sociale de gauche homogène.

Comment cette monoculture s’est-elle manifestée?

Après qu’il fut devenu clair que Trump remporterait les élections de 2016, des milliers d’habitants de Portland sont descendus dans les rues du centre-ville et Portland a été le théâtre de certaines des plus grandes manifestations des Etats-Unis à propos des résultats des élections. Bien que des violences politiques de gauche aient déjà eu lieu, c’était la première fois que moi-même et la majorité des habitants de Portland étions témoins d’une violence politique de grande ampleur perpétrée par le mouvement d’extrême gauche Antifa.

Vous avez décidé d’embarquer votre caméra et de filmer les manifestations pour savoir ce qui se passait. Pourquoi?

J’étais rédacteur pour le journal étudiant de l’Université d’Etat de Portland. Mon rédacteur en chef m’a demandé de prendre des vidéos ou des photos des manifestations. Je suis donc sorti avec mon iPhone pour immortaliser les événements. Il était extrêmement choquant de constater le niveau de violence et de destruction qui régnait dans le centre-ville: incendies, vitres brisées, voitures fracassées, la police était complètement débordée. Portland est devenu un haut lieu aux Etats-Unis pour les combats de rue et les bagarres entre la gauche et la droite.

Donc la droite aussi a agi violemment?

Bien qu’il n’existe pas de mouvement de droite organisé à Portland, certains partisans du président Trump des villes voisines ont décidé d’exercer leur droit à la liberté d’expression et de le soutenir. Ils se sont délibérément rendus dans des endroits où ils n’étaient pas les bienvenus – et cela incluait Portland. Chaque fois qu’ils sont venus, des milliers de contre-manifestants se sont présentés, et les antifas se sont montrés explicitement violents. La police a eu du mal à contenir ce type de violence, en particulier au cours des étés 2017 à 2019. Les procureurs de Portland ont principalement ciblé les individus de droite qui se livraient à des violences criminelles. Leur excuse pour cette approche sélective était qu’ils ne pouvaient pas identifier ceux qui avaient le visage couvert, à savoir les antifas. Au fil du temps, les violents manifestants d’extrême gauche ont rencontré peu de résistance.

Comment le gouvernement devrait-il traiter avec Antifa?

Les citoyens, les journalistes et les hommes politiques ne peuvent tolérer la violence politique. Le recours à la violence extrajudiciaire, pour quelque raison que ce soit, ne peut être toléré. J’ai vu cette violence militarisée aux Etats-Unis pour des raisons présentées comme particulièrement nobles. C’est pourquoi l’extrême gauche est si manipulatrice, trompeuse et efficace. Leur violence était au nom de la lutte pour la vie des Noirs – et contre le racisme, la suprématie blanche, les armes et le fascisme. Malheureusement, de nombreuses personnes et politiciens ont trouvé cela acceptable; ils étaient tellement d’accord avec la cause qu’ils ont accepté ces actions violentes.

Que faut-il savoir sur le mouvement Antifa?

Antifa lui-même fonctionne très différemment d’un pays à l’autre. La culture politique de la société dans laquelle elle s’organise, ainsi que la législation pertinente, affectent ses objectifs et ses tactiques. L’Antifa américain s’inspire de l’Antifa le plus violent au monde, qui – historiquement et actuellement – ​​vient d’Allemagne. Sa tactique consiste à détruire publiquement les biens. Aux Etats-Unis, selon la ville dans laquelle ils se trouvaient – de manière très efficace et sans entrave à Portland et à Seattle et, dans une moindre mesure, à New York et à Oakland – ils ont pu commettre des actes de violence. Ce sont des villes de gauche où les démocrates sont majoritaires et tolèrent ce genre de violence. Antifa a également tenté son arnaque dans des villes plus modérées avec un certain succès.

Aussi en Suisse?

Je sais qu’en Suisse, Antifa est organisé à Berne, mais jusqu’à présent, le mouvement n’a pas été aussi violent qu’en Allemagne. Cela a beaucoup à voir avec la culture helvétique, où tout est ordonné et se déroule bien. En Suisse, ces militants radicaux auraient de grandes difficultés à s’organiser, car l’opinion publique et même la gauche suisse ne toléreraient pas la destruction massive des biens. La Suisse dispose également d’une presse plus équilibrée, avec un bon équilibre entre les médias de centre droit et de centre gauche.

NEWSLETTER DU REGARD LIBRE

Recevez nos articles chaque dimanche.
A quand remonte la dernière fois que vous avez parlé à quelqu’un d’Antifa?

J’ai parlé à des gens qui sympathisent avec cette idéologie, mais pas à des membres actifs. Quiconque est pleinement ancré dans cette idéologie et y joue un rôle organisationnel actif ne me parlera pas, parce qu’il me considère comme un ennemi. Parler à « l’ennemi » est une des manières d’être excommunié de cette communauté. Ils appellent régulièrement à attaquer physiquement les « traîtres » en guise de vengeance. Ils sont religieusement fondamentalistes et voient le monde de manière binaire : « Vous êtes de notre côté ou vous ne l’êtes pas ; vous êtes fasciste ou vous êtes antifasciste. »

Les grands médias américains ont rendu compte des troubles à Portland et dans d’autres villes. Ces titres ont-ils rempli leur mission?

Pendant des années, les grands médias ont décrit la violence politique de gauche comme «des manifestations essentiellement pacifiques», «quelques actes de violence mineurs» ou «quelques dégâts matériels» – même lorsqu’elles étaient extrêmement violentes. Ces médias ne se sont pas intéressés aux raisons pour lesquelles les gens descendaient dans la rue pour détruire des biens. Ils ont décrit ces foules comme des mobilisations éclair de personnes qui sortaient et devenaient spontanément violentes. Pourtant, elles étaient organisées et portaient des armes, des outils et des uniformes.

Quelles solutions existe-t-il au problème des antifas?

Il s’agit de créer un changement dans la culture. Bien entendu, les Etats-Unis ont des lois contre les meurtres, les agressions, les incendies criminels, etc. Mais les lois deviennent un détail inutile lorsque la société ne les considère plus comme légitimes. Pour de nombreux gauchistes traditionnels, des choses comme la petite délinquance, le vol à l’étalage ou le camping en public ne sont plus des délits. Ils considèrent ces choses comme sans importance et jugent ceux qui adoptent un tel comportement comme des victimes méritant de la compassion.

Les médias et l’establishment donnent-ils carte blanche à Antifa et tentent-ils également de censurer ou de réprimer les groupes de droite qui deviennent parfois violents lors des manifestations de rue?

Aux Etats-Unis, les organisations nationales ne peuvent pas être interdites sur la base de leur idéologie. C’est pourquoi il peut y avoir des groupes islamistes, néonazis et antifas. Le premier amendement protège leur droit de s’organiser et de s’exprimer librement. Cependant, pour de nombreux politiciens américains de gauche, cela est assez frustrant. Ils délèguent donc la censure des opinions de droite à la société civile, par exemple aux réseaux sociaux. Les «fichiers Twitter» ont révélé un haut niveau de coordination entre les responsables du Parti démocrate et l’ancien régime de Twitter. Quant aux médias, si le public était correctement informé du caractère extrémiste et violent de certains de ces groupes de gauche, ils seraient beaucoup plus critiques à l’égard de leur pouvoir de recrutement et de leurs idées. En revanche, la société civile sait très bien détruire les organisations de droite.

Vous avez été sévèrement agressé par Antifa. Pouvez-vous nous en parler?

En 2019, j’ai été roué de coups dans le centre-ville de Portland lors d’une manifestation Antifa que je couvrais. J’ai été frappé à plusieurs reprises à la tête et battu par une foule de manifestations tout près du commissariat de police. Ensuite, ils ont volé mon matériel photo parce qu’ils ne voulaient pas que je divulgue les vidéos que j’avais prises de leurs actions ce jour-là. J’étais seul et j’ai dû appeler la police, monter dans une ambulance et me rendre à l’hôpital.

Avez-vous subi des dommages physiques ou psychologiques graves?

On m’a diagnostiqué une hémorragie cérébrale. Ce type de blessure entraîne un taux de mortalité élevé, j’ai donc été hospitalisé et j’ai eu beaucoup de chance de survivre. Mais j’avais des problèmes cognitifs et physiques qui ont nécessité plusieurs mois de thérapie en milieu médical. L’agression que j’ai subie a été célébrée sur les réseaux sociaux par la gauche radicale. Ils étaient sans filtre et célébraient la violence. Ils ont affirmé que j’avais simulé mes blessures.

Je suppose que ce n’était pas la dernière fois que vous avez été attaqué?

Antifa examine la forme du corps des gens, leur taille, leur posture, leurs chaussures et même le type de téléphone portable dont ils disposent – ​​ils mettent toutes ces informations en ligne. A Portland, j’ai été confronté à un groupe qui exigeait que j’enlève mon masque, ce que je n’ai pas fait. L’un d’eux l’a arrachée. J’ai couru et couru dans les rues du centre-ville. Ils m’ont violemment battu, m’ont obligé à implorer ma vie et m’ont tenu dans un étau. J’étais complètement couvert de sang lors de cette première attaque, puis j’ai couru vers un hôtel voisin. Le personnel ne voulait pas appeler la police, j’ai donc dû appeler la police moi-même. C’était la deuxième raclée grave que j’ai subie et qui m’a poussé à émigrer au Royaume-Uni. Je ne peux pas vivre en sécurité dans une ville américaine dans un tel climat politique.

Quel est votre message à la Suisse?

Le peuple suisse ne doit pas se reposer sur ses lauriers et penser que ce dont il dispose aujourd’hui durera éternellement. Regardez simplement vos pays voisins. En France et en Allemagne, il existe des mouvements politiques radicaux qui commettent beaucoup de violence en public. Ils sont motivés par une idéologie politique qui peut transcender les frontières. C’est pourquoi je suis un peu inquiet à propos de l’organisation Antifa à Berne. Oui, ils se comportent légalement en ce moment : les gens brandissent des banderoles, crient des slogans politiques, etc. Mais c’est ainsi que les radicaux de gauche ont commencé aux Etats-Unis. En même temps, j’ai confiance dans les institutions politiques suisses. Le système politique suisse est assez unique, car il oblige les rivaux politiques à travailler ensemble, ce qui favorise la stabilité.

Au gré des numéros, Le Regard Libre traduit des articles du magazine alémanique Schweizer Monat. Ronnie Grob est son rédacteur en chef.

Vous venez de lire un article en libre accès. Débats, analyses, actualités culturelles: abonnez-vous à notre média de réflexion pour nous soutenir et avoir accès à tous nos contenus!

Vous aimerez aussi

Laisser un commentaire

Contact

© 2024 – Tous droits réservés. Site internet développé par Novadev Sàrl