Archives par mot-clé : coupe du monde de football

Quelle place pour le jeu dans le football moderne ?

Le Regard Libre N° 40 – Diego Taboada

Cette année encore, la coupe du monde de football a tenu probablement en haleine les spectateurs de tous pays et tous horizons. L’occasion idéale de revenir sur les transformations du football moderne et ses conséquences pour ce qui constitue encore l’essence du sport-roi : le jeu.

Continuer la lecture de Quelle place pour le jeu dans le football moderne ?

La Fifa a-t-elle changé ?

Le Regard Libre N° 40 – Clément Guntern

D’années en années, les événements sportifs mondiaux comme la coupe du monde de football ou les jeux olympiques sont devenus pharaoniques. La Fifa, montrée du doigt pour sa corruption, a-t-elle réussi sa mue vers une gouvernance plus démocratique ?

Continuer la lecture de La Fifa a-t-elle changé ?

« Diamantino » : une naïve innocence bienvenue

Neuchâtel International Fantastic Film Festival (NIFFF) – Hélène Lavoyer

Le Portugal, vainqueur de la Coupe du Monde ? La question s’est posée au NIFFF, lors du match de la finale en Russie dans le film Diamantino, qui raconte l’histoire fantastico-fantasmique du footballeur du même nom. Nous avons découvert avec émerveillement ce long-métrage de Gabriel Abrantes et Daniel Schmidt.

Continuer la lecture de « Diamantino » : une naïve innocence bienvenue

Coupe du monde de football : quand la politique se nourrit du sport

Le Regard Libre N° 38 – Diego Taboada

A moins de quatre-vingts jours du coup d’envoi de la coupe du monde de football en Russie, les tensions diplomatiques avec le Royaume-Uni menacent de perturber l’événement. Un exemple parmi d’autres des relations étroites qu’entretiennent le sport et la politique.

Les conséquences de la dégradation exponentielle des relations entre la Russie et le monde occidental, symbolisée par la récente affaire d’empoisonnement d’un ex-espion russe sur le sol britannique, sont aussi visibles dans le monde du sport. L’Angleterre menace de ne pas envoyer son équipe nationale à la Coupe du Monde et l’Islande a déjà annoncé le boycott de la compétition en soutien au Royaume-Uni. Le risque que les considérations géopolitiques prennent des proportions importantes est réel. L’absence des cadors de la compétition comme la France, l’Espagne ou l’Allemagne par solidarité avec l’Angleterre aurait des répercussions sur la qualité de la compétition. Des conflits politiques entre états s’immiscent dans une sphère censée être indépendante, et menacent de gâcher l’événement le plus regardé et le plus populaire du monde.

Continuer la lecture de Coupe du monde de football : quand la politique se nourrit du sport

Matthias Sindelar, le Mozart du football

Le Regard Libre N° 34 – Nicolas Jutzet

Les grands héros se trouvent parfois sur un simple rectangle vert. Sindelar, précis face au but et courageux ailleurs, en fait assurément partie. Son histoire est celle d’un homme qui aura su lutter contre l’évidence, en assumant l’importance de son statut.

Le football, sport le plus pratiqué au monde. Sport du peuple par excellence. Praticable partout, tout le temps. Le football regorge d’histoires et d’anecdotes laissant supposer que, contrairement à la plupart des huées condescendantes que lui réserve une partie de la population, qui croit s’élever en critiquant sans comprendre, il est question de bien plus que des vingt-deux pantins qui courent après un ballon. Nous nous trouvons face à un véritable fait social.

Certains, comme Georges Haldas, passeur d’émotions à la plume soyeuse, écrivent sa légende. Albert Camus dira de son côté : « Ce que je sais de la morale, c’est au football que je le dois ». Vouloir opposer l’élite et le ballon rond n’est donc point pertinent. Prenons pour preuve les tribunes officielles lors des grands événements, garnies par les huiles politiques, économiques et culturelles. Mais avant d’en arriver au sport business quelque peu aseptisé que nous connaissons, le football a eu le temps de se créer sa légende. Focus sur un acteur de ce grand conte. Continuer la lecture de Matthias Sindelar, le Mozart du football