Archives du mot-clé donald trump

Kurdistan irakien, l’indépendance impossible

Regard sur l’actualité – Clément Guntern

Le 25 septembre dernier, le Kurdistan irakien organisait un référendum sur une indépendance éventuelle vis-à-vis de l’Etat irakien. Le résultat du vote s’annonçait joué d’avance tant on connaît la volonté du peuple kurde de vivre sous ses propres lois, bien que la région jouisse d’une grande autonomie depuis l’entrée en vigueur de la constitution de 2005. Ce vote, du point de vue kurde, n’est que l’aboutissement logique des événements qui ont suivi la montée de l’organisation « Etat islamique » en Irak et en Syrie et contre laquelle les forces kurdes ont activement mené de violents combats.

Le Kurdistan irakien et ses combattants peshmergas se sont battus aux côtés du gouvernement fédéral ainsi que de la coalition menée par les Etats-Unis et ont réussi à repousser les forces islamistes hors d’Irak au prix de nombreuses victimes. Après avoir été l’une des pièces maîtresses de la libération du pays et s’être considérablement renforcé en tant que région, le Kurdistan irakien, par son président, a trouvé assez de légitimité pour lancer un référendum sur l’indépendance. C’était sans compter sur les jeux entre puissances au Proche et Moyen-Orient. En effet, tous les pays de la région, de même que les Occidentaux et la Russie, se sont opposés à ce vote pour des motifs différents. Pourtant, le scrutin a eu lieu et Bagdad a immédiatement pris des mesures contre la région autonome, tout en ne fermant pas la porte à des discussions. Lire la suite Kurdistan irakien, l’indépendance impossible

Charlottesville : et si Donald Trump avait raison ?

Regard sur l’actualité – Jonas Follonier

Le 12 août dernier, en Virginie, une femme de 32 ans est décédée après avoir été renversée par une voiture fonçant volontairement dans la foule de manifestants anti-racistes parmi lesquels elle se trouvait. Ce groupe était venu montrer son opposition au rassemblement de plusieurs organismes de la droite dure américaine, dont les néonazis, les suprématistes blancs et le Ku Klux Klan.

Ces derniers s’étaient donné rendez-vous pour manifester contre le projet de démontage d’une statue à Charlottesville : celle d’un général sudiste défendant l’esclavage de la Guerre de Sécession. Que l’on soutienne ou pas la présence d’une telle statue, l’action de ces groupuscules n’avait rien d’illégal, pas même le port de leurs armes, permis en Virginie. Ce qu’il y a d’inacceptable, c’est leur violence, qui a mené à la mort de cette femme.

Une réaction trumpienne qui scandalise

Lire la suite Charlottesville : et si Donald Trump avait raison ?

Washington, Pyongyang et le téléphone rouge

Regard sur l’actualité – Loris S. Musumeci

La tension est montée en un rien de temps. Après les lancés de missiles nord-coréens du 4, 8 et 28 juillet derniers, Donald Trump n’a pas laissé planer le doute quant à la posture qu’il comptait tenir face à Kim Jong-un. Il a promis mardi à son ennemi, dans un élan d’improviste, « un feu et une fureur que le monde n’a jamais vus jusqu’à présent ». Ce point culminant des appels belliqueux ne fut pas sans rappeler la rhétorique de Harry Truman en 1945, déclarant aux Japonais qu’allait s’abattre sur eux « une pluie de destruction venant des airs comme on n’en a jamais vue sur cette Terre ».

Subitement, le chef de la République populaire démocratique de Corée (RPDC) a menacé en premier lieu l’île de Guam. Toujours dans un registre apocalyptique, il a condamné ce territoire américain en proximité de la péninsule à être « enveloppé par le feu ». Concernant les USA, sans trop de surprise de vocabulaire, ils deviendraient « un océan de feu ». C’est là tout l’enjeu des missiles intercontinentaux.

Lire la suite Washington, Pyongyang et le téléphone rouge

Emmanuel Macron : derrière le sourire, la main qui tremble

Regard sur l’actualité – Nicolas Jutzet

Quand son principal argument de vente est le renouveau, la jeunisme, faire de la vieille politique une fois élu est au minimum gênant. C’est oublier bien vite qu’une partie de son électorat, celle qui ne votait pas contre Marine Le Pen, mais pour son projet, le soutenait car il incarnait cela. Une idée de la France. La promesse de mettre ces vieilles pratiques au placard. Définitivement. Quelle déception !

Voir cette main qui se veut ferme et conquérante face à Donald Trump trembler au moment de débrancher le pathétique Richard Ferrand, c’est simplement affligeant. Pouvoir à ce point pavoiser à l’internationale, se voir en « leader du monde libre » et refuser de renvoyer d’où il vient ce vieux personnage, ancien frondeur qui, à défaut d’une éventuelle faute judiciaire (qui reste à prouver), est clairement coupable d’une faute politique, celle d’instiller le doute. Lire la suite Emmanuel Macron : derrière le sourire, la main qui tremble

L’ingéniosité française en Sicile fera-t-elle fléchir Donald Trump ?

Regard sur l’actualité – Jonas Follonier

Ce vendredi 26 mai, le Groupe des sept s’est réuni dans la cité de Taormine, en Sicile. Le G7, ce sont les dirigeants des Etats-Unis, du Japon, de l’Allemagne, de la France, du Royaume-Uni, de l’Italie et du Canada. Leur point commun ? Ces pays font partie des plus grandes puissances économiques mondiales. La plus grande d’entre eux, comme tout le monde le sait, ce sont les Etats-Unis.

Le mot d’ordre du président américain actuel, tout le monde le connaît également : l’Amérique d’abord. Ce principe s’est vérifié lors de la réunion des sept puissances. Sur les deux grands sujets de cette rencontre, les accords sur le climat et les accords commerciaux, l’administration Trump s’est trouvée en nette opposition avec ses six partenaires. Lire la suite L’ingéniosité française en Sicile fera-t-elle fléchir Donald Trump ?

Montée du populisme : un sentiment de déjà-vu

Le Regard Libre N° 25 – Rachel B. Häubi

« Trump-ci, trump-ça », « les gauchos-ci, les gauchos-ça », « les populistes par-ci, et les populistes par-là », … Impossible de lire, visualiser ou écouter un quelconque média sans tomber, à un moment ou à un autre, sur des expressions toutes faites et des nouvelles qui paraissent démesurées. Le gris ne semble plus exister dans ce monde manichéen où l’on prend plaisir à libeller les individus d’une part de « gauchos », de « gauchiasse », de « sales socialistes », d’« écologistes-utopistes », et de l’autre part, de « fachos », de « racistes » ou de « néonazis ». Toutes ces formules, qui tendent à discréditer la personne avant même de lui avoir accordé une chance de s’exprimer, ne seraient-elles pas le fruit de notre époque médiatique où la rapidité de l’information semble prioriser son efficacité et sa fiabilité ? En effet, l’ère numérique, qui permet d’informer spontanément les masses de l’actualité, cache cependant une face sombre : la propagation rapide d’informations erronées autour du globe, ces mêmes informations qui forgent nos opinions, et donc influencent nos actions. C’est pourquoi, lorsqu’on m’a invitée à écrire dans ce journal d’opinion, j’ai décidé avant tout d’effectuer une recherche approfondie des faits concrets afin de vous les présenter de manière à ce chacun puisse élaborer sa propre opinion, tout comme je l’ai fait.

Virage à droite

Autant en Europe que de l’autre côté de l’Atlantique, les tendances politiques semblent, depuis quelques années, virer vers la droite, voire vers l’extrême droite. Prenons pour exemples la Turquie d’Erdogan, le Brexit au Royaume-Uni, l’élection de Donald Trump aux Etats-Unis ou encore l’expansion du parti néonazi Aube Dorée en Grèce qui dispose de 18 sièges à l’Assemblée nationale depuis septembre 2015. En France, plus de 35 % des 18-24 ans voteraient Front National tandis qu’en Allemagne, le parti de l’AfD (« Alternativ für Deutschland ») prend de l’ampleur. Lire la suite Montée du populisme : un sentiment de déjà-vu

Islamofacile

Regard sur l’actualité – Léa Farine

Le décret anti-musulman de Donald Trump, une occasion en or de dénoncer le manque souvent total de profondeur des débats sur l’islam, sur l’Etat islamique et sur le terrorisme. Le raisonnement du président américain : les terroristes commettent des actes atroces au nom de leur religion, donc cette religion est mauvaise, donc les musulmans sont dangereux, donc il est justifié de les maintenir à distance afin de protéger la population américaine. C’est facile, tellement facile qu’on peut appliquer le même canevas à n’importe quoi. Les croisades vers la terre sainte, par exemple, du XIème au XIIème siècle, entreprises guerrières menées au nom de la religion catholique, cette fois, avec un « leitmotiv » somme toute universel : convertir ou anéantir l’hérétique.

Or l’on devrait avoir compris, à force, que ce qui crée le conflit ne consiste jamais dans la forme particulière que peut revêtir tel ou tel dogme ou système de croyances. L’animal humain est capable de se montrer coopératif et bienveillant mais, quand les circonstances extérieures le permettent et sous l’influence de différents facteurs, il peut également être guidé par des réflexes tout ataviques de domination et d’extension de son pouvoir. Et l’histoire nous enseigne que quand un individu ou un groupe d’individus cherche à asseoir ce pouvoir de façon belliqueuse et au mépris de l’autre, d’une part, et qu’il a les moyens de le faire, d’autre part, les conséquences sont meurtrières. Lire la suite Islamofacile