Archives par mot-clé : donald trump

GAFAM: Plaidoyer pour un pluralisme technologique

ARTICLE LONG FORMAT, Jean-David Ponci | On considère habituellement qu’avec Obama, les Etats-Unis commencent à renoncer à leur rôle de gendarmes du monde. Ce mouvement s’accélère avec Trump, dont le slogan «America First» sonne le repli des USA sur eux-mêmes. Toutefois, c’est curieusement à la fin du mandat de Trump qu’un nouveau pouvoir mondial, toujours en mains américaines, fait montre de sa puissance. Les GAFAM, acronyme pour les grandes entreprises Google, Apple, Facebook, Amazon et Microsoft, censurent certains contenus pour des raisons politiques, révélant aux yeux du monde, scandalisé, qu’ils ne sont pas que des fournisseurs de service. Cette situation historique est propice à une réflexion sur les conditions à fournir pour garantir la liberté d’expression sur le Net. Analyse.

Ce contenu est réservé à nos abonnés.

Déjà un compte? Connexion

Pas encore de compte? Voir nos différentes formules d’abonnement (abo d’essai d’un mois gratuit)

Pour en finir avec l’hystérie anti-Trump

BILLET D’HUMEUR, Antoine Bernhard | Dès 2016, toute la presse – ou presque – a fait de Trump son nouveau bouc-émissaire. On déclarait à l’envi qu’il avait «volé» l’élection américaine, qu’il était illégitime et que les Etats-Unis entraient par sa faute dans la période la plus sombre de leur histoire. Quatre ans plus tard, la situation n’a guère changé: l’anti-trumpisme forcené est la seule opinion politiquement correcte. Toute remise en question du discours majoritaire est méprisée, aussitôt associée à l’extrême droite ou au complotisme. Il est temps de renoncer à cette facilité d’esprit.

Ce contenu est réservé à nos abonnés.

Déjà un compte? Connexion

Pas encore de compte? Voir nos différentes formules d’abonnement

Vers une alliance des démocraties

ARTICLE LONG FORMAT, Clément Guntern | En ce début de siècle, une nouvelle donne s’installe progressivement: l’autoritarisme à travers le monde a gagné en puissance et les Etats qui s’en revendiquent s’affirment de plus en plus brutalement. La Russie et la Chine haussent le ton et vocifèrent, menacent de représailles tous ceux qui se permettent d’émettre des critiques sur la situation des principes démocratiques et des droits de l’homme sur leur territoire. Alors que l’escalade avec la Russie demeure mesurée, la Chine, elle, s’agite, vitupère et sanctionne. Pour l’instant, ce sont surtout sur leurs propres territoires que ces Etats commettent toujours plus de crimes, mais, pour des puissances dont l’ambition est mondiale, il est à craindre que ce ne soit un modèle de gouvernance exportable. Les principes démocratiques sont désormais directement menacés. Dès lors, les Etats démocratiques se doivent d’opposer aux forces autoritaires une réponse ferme, mais laissant ouverte la porte à la collaboration.

Trump n’a pas été une erreur de l’histoire

ARTICLE LONG FORMAT, Clément Guntern | Maintenant que le mandat de Donald Trump touche à sa fin, la question se pose: que laissera-t-il en héritage à l’histoire de son pays? Sa personnalité et ses actions politiques ont certes choqué ou impressionné, mais il ne perpétue pas moins une tendance présente depuis longtemps: la désunion nationale et le déclin international des Etats-Unis.

Ce contenu est réservé à nos abonnés.

Déjà un compte? Connexion

Pas encore de compte? Voir nos différentes formules d’abonnement

Les racines de la polarisation politique américaine

ARTICLE LONG FORMAT, Clément Guntern | Celle que l’on surnomme la première des démocraties, celle dont on a si longtemps loué les mérites et la vigueur, semble aujourd’hui à bout de souffle. Le «débat» chaotique entre Joe Biden et Donald Trump en témoigne. Les racines du mal sont si profondes qu’il serait injuste d’imputer la situation actuelle à tel ou tel président. C’est à la société américaine dans son ensemble de régler le mal qui la ronge: la polarisation rampante.

Ce contenu est réservé à nos abonnés.

Déjà un compte? Connexion

Pas encore de compte? Voir nos différentes formules d'abonnement

Parti républicain post-Trump: l’impossible retour en arrière

Que Donald Trump sorte gagnant ou non des élections de novembre, le Parti républicain, auquel il s’est rattaché, se trouvera remodelé de sa présidence. Alors que la crise du coronavirus et les sondages minent la candidature Trump, les Républicains s’écharpent déjà autour du futur du Grand Old Party. Un recentrement idéologique s’annonce difficile.

Ce contenu est réservé à nos abonnés.

Déjà un compte? Connexion

Pas encore de compte? Voir nos différentes formules d'abonnement

La lecture de Pascal Couchepin: «Typhon»

Il y a une génération, le terme de charisme avait une forte connotation religieuse. C’était un don divin dont jouissait une personne qui avait le devoir de l’utiliser pour le bien de sa communauté. Aujourd’hui, le charisme est devenu plus simplement la capacité de convaincre les foules par le charme de sa personnalité. Le talent individuel y contribue certes, mais plus encore les nuées de spécialistes de la communication qui forgent l’image des dirigeants politiques. Trump a-t-il du charisme?

Ce contenu est réservé à nos abonnés.

Déjà un compte? Connexion

Pas encore de compte? Voir nos différentes formules d'abonnement

Pierre Bessard: «Les effets du confinement montrent précisément d’où vient notre prospérité»

Le Regard Libre N° 63 – Jonas Follonier

Dossier «Covid-19 et mondialisation»

Selon Pierre Bessard, pas de doute: la mondialisation capitaliste, créatrice de richesse, permet de réduire les effets négatifs des épidémies. L’ancien directeur de l’Institut libéral se livre à un entretien consacré à la mondialisation face au coronavirus et à des questions plus générales sur le libéralisme en Suisse et dans le monde.

Lire l’entretien

«Si l’on tient à la liberté d’expression, on tient aussi à l’incertitude»

Jonas Follonier était l’un des invités du grand débat de «Forum» le 29 mai 2020 sur RTS 2 et la radio La 1ère au sujet du fact checking sur les réseaux sociaux, à l’occasion du duel Trump/Twitter:

Israël: entre lassitude et délaissement

Les lundis de l’actualité – Clément Guntern

Lundi 2 mars, les citoyens israéliens ont été appelé aux urnes pour la troisième fois en un an, un record dans l’histoire du pays. Par deux fois, les électeurs ont tenté de donner assez de force à l’un des partis pour gouverner enfin le pays, sans succès. Ce fut une campagne bien morne et répétitive qui n’a de loin pas suscité d’enthousiasme de la part de la population. Il faut dire, d’une part, que les partis n’ont pas proposé quelque chose de différent entre les trois scrutins et qu’il n’existe que très peu de différences entre les programmes du parti du premier ministre de droite, Benjamin Netanyahou, et celui de son rival, un peu plus au centre, Benny Gantz. D’autre part, l’opinion publique israélienne, de l’avis de certains commentateurs, n’est pas de celle à changer d’avis et de parti, si bien que très peu de mouvements de voix entre partis ont été enregistrés. Voilà de quoi donner l’image d’une scène politique figée et une absence totale de dynamique politique.

Lire la suite de la chronique