Archives par mot-clé : jean-pierre bacri

Comment «Le goût des autres» est devenu un classique

ARTICLE LONG FORMAT, Lauriane Pipoz | C’est 21 ans après sa sortie que je découvre "Le goût des autres", grand classique du duo gagnant Jean-Pierre Bacri - Agnès Jaoui. Nombre d’entre vous se sont déjà fait leur avis sur ce chef-d’œuvre. Je me permets donc d’ouvrir un peu la réflexion en vous parlant des raisons qui font de cette comédie dramatique mêlant dealeuse de drogue libérée, ex-flic désabusé et bourgeoise obsédée par les imprimés un film irrésistible et unique en son genre.

Ce contenu est réservé à nos abonnés.

Déjà un compte? Connexion

Pas encore de compte? Voir nos différentes formules d’abonnement

Bacri le bougon? Bacri l’être humain!

Article inédit – Jonas Follonier

Dossier «Hommage à Jean-Pierre Bacri»

«Le plus célèbre des bougons français» s’en est allé, a-t-on pu lire un peu partout. Oui et non. Car si un bougon, un ronchon, un grognon, c’est quelqu’un qui râle plus qu’il ne le devrait, Jean-Pierre Bacri, lui, râlait juste ce qu’il fallait. Maître du jeu d’acteur minimaliste, il incarnait tout ce qu’il y a de plus normal: l’être humain lui-même, avec ses paradoxes et sa tragique beauté. Hommage.

Lire l’article (en libre accès)

«Photo de famille»: un cliché d’émotions

Les mercredis du cinéma – Alexandre Wälti

Qu’est-ce qu’une photo de famille ? Une question simple pour une réalité qui ne l’est pas toujours : famille monoparentale, recomposée, éclatée, etc. Les schémas divergent de plus en plus. Voilà pourquoi l’idée banale de la réalisatrice Cécilia Rouaud pouvait soit tomber à l’eau soit éblouir le spectateur. Pas le droit à l’erreur ni à l’effet de déjà-vu.

Continuer la lecture de «Photo de famille»: un cliché d’émotions

«Place publique», une métaphore de Thierry Ardisson

Les mercredis du cinéma – Jonas Follonier Castro (Jean-Pierre Bacri) est un célèbre animateur de télévision dont la notoriété commence à s’effriter à cause des années. Il est convié par sa productrice, Nathalie (Léa Drucker), à la pendaison de crémaillère de sa nouvelle demeure, à une trentaine minutes de Paris. Décor champêtre, brochette d’invités issus du … Continuer la lecture de «Place publique», une métaphore de Thierry Ardisson

Ce contenu est réservé à nos abonnés.

Déjà un compte? Connexion

Pas encore de compte? Voir nos différentes formules d'abonnement